International

Retraites: routes bloquées, réquisitions et mouvements sociaux dans plusieurs régions

RENNES: Le dépôt pétrolier de Vern-sur-Seiche, près de Rennes, était toujours occupé mardi matin par des manifestants opposés à la réforme des retraites, tandis que le trafic routier était perturbé en Bretagne par des blocages, a-t-on appris de source syndicale et par Bison Futé.

En Bretagne, comme lundi matin, le trafic routier était perturbé par plusieurs blocages en raison de “manifestations sociales”, selon Bison Futé, notamment sur le périphérique rennais et nantais, ou encore à Laval, Vannes et Brest.

A Rennes, il y a “des difficultés de circulation en cours sur la rocade et ses abords”, a indiqué sur Twitter la préfecture d’Ille-et-Vilaine, qui conseille aux automobilistes “d’éviter le secteur”.

A environ cinq kilomètres plus au sud, le dépot de Vern-sur-Seiche était toujours à l’arrêt et inaccesible aux camions.

“Le dépôt est toujours bloqué, il y a une dizaine de camions qui attendent. On est une cinquantaine” de manifestants de la CGT et de Force ouvrière (FO), a déclaré à l’AFP Céline Cussac, responsable syndicale FO présente sur place.

“Potentiellement on pourrait être délogé aujourd’hui” par les forces de l’ordre, a-t-elle ajouté alors que le dépôt est bloqué depuis lundi matin. Mais, au lendemain du rejet de la motion de censure et de l’adoption de la réforme contestée des retraites, les manifestants “étaient plus déterminés que jamais”, a-t-elle assuré.

Selon le site de TotalEnergies, ce dépôt, proche de Rennes, “approvisionne l’Ouest en essence sans plomb 95 et 98, en gazole et en fioul domestique”.

Lundi soir, dans le centre historique de Rennes, des échauffourées ont éclaté entre plusieurs centaines de jeunes et les forces de l’ordre, causant des dégradations.

Selon la préfecture, 9 personnes ont été interpellées pour “incendie volontaire et jets de projectiles”.

En Loire-Atlantique, les forces de l’ordre sont intervenues dans la nuit de lundi à mardi pour débloquer le terminal pétrolier de Donges qui était occupé depuis une semaine par des grévistes, a constaté un photographe de l’AFP.

LES FORCES DE L’ORDRE ÉVACUENT LE PORT PÉTROLIER DE DONGES BLOQUÉ PAR LES GRÉVISTES

Les forces de l’ordre sont intervenues dans la nuit de lundi à mardi pour débloquer le terminal pétrolier de Donges (Loire-Atlantique) qui était occupé depuis une semaine par des grévistes, a constaté un photographe de l’AFP.

Selon une source de la CGT à l’AFP, le port pétrolier a été évacué en moins de 2 heures pour faciliter un déchargement d’une cargaison de gasoil.

Les gendarmes mobiles ont démarré leur intervention vers 02H00 du matin, a-t-on appris auprès de la même source.

Ils ont, à l’aube, sécurisé la zone en éteignant notamment des feux allumés par les manifestants, a vu un photographe de l’AFP.

Vers 04H30, plus aucun manifestant n’était présent sur le site, selon le photographe.

Une source proche des grévistes jointe par l’AFP avant la fin de l’intervention a fait état “d’affrontements” dans la nuit.

Selon cette source, les forces de l’ordre auraient “commencé à charger” les manifestants “dès leur arrivée” vers 02H05.

Selon le photographe, une dizaine de fourgons des forces de l’ordre étaient visibles sur le site vers 04H30 du matin.

Contactée par l’AFP, l’astreinte de la préfecture n’a pas été en mesure de confirmer si une intervention des forces de l’ordre avait eu lieu, ni la présence de blessés.

La préfecture a prévu un point presse sur la situation dans la matinée.

“On est bloqué à côté, on ne peut pas passer”, a indiqué à l’AFP la source proche des grévistes, qui a évoqué la mise en place de “herses” par les gendarmes.

“On devait être 200-300 grévistes. Donges est bloqué depuis une semaine”, a rappelé cette source.

Parmi les manifestants qui ont occupé le site de la raffinerie de Donges: des agents de la raffinerie, des dockers, ou encore des salariés de la centrale thermique de Cordemais.

Réquisitions de personnel au dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer

Le ministère de la Transition énergétique a annoncé mardi la réquisition de “trois salariés par relève” au dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer “face à l’aggravation des tensions d’approvisionnement dans les Bouches-du-Rhône”, conséquence des grèves contre la réforme des retraites.

“La réquisition est valable pendant 48h en tant que de besoin, à compter du 21 mars” et concerne “des personnels indispensables au fonctionnement du dépôt” qui approvisionne la région PACA et l’Est de la région Occitanie en carburants, a précisé le ministère dans un communiqué.

Le dépôt expédie également du carburant par oléoduc vers la région lyonnaise.

“Aujourd’hui les stations restent globalement bien approvisionnées au niveau national, mais des tensions se cristallisent en PACA”, a expliqué la ministre Agnès Pannier-Runacher.

La moitié des stations-service des Bouches-du-Rhône manquaient d’un type de carburant, et 37% étaient à sec lundi, selon des données publiques analysées par l’AFP. La situation était particulièrement perturbée également dans les départements voisins du Gard (40,9%), du Vaucluse (33,33%), du Var (23,24%) et des Alpes-de-Haute-Provence (22,22%). Au niveau national, environ 8% des stations-service de France étaient à court d’essence ou de gazole.

Les préfectures du Vaucluse et du Gard ont décidé lundi de limiter les ventes de carburants dans les stations du département, jusqu’à jeudi inclus, notamment à 30 litres par véhicule tout en interdisant la vente d’essence dans des jerricans.

Le manque de carburants touche également quelques départements de l’Ouest, comme la Loire-Atlantique.

La France compte 200 dépôts pétroliers. L’Ufip, syndicat professionnel des entreprises pétrolières, a évoqué lundi “entre cinq et huit dépôts de carburants bloqués”.

Dans les raffineries, qui continuent à produire même si le carburant n’est pas expédié, les grèves se sont également durcies récemment, avec l’arrêt ce week-end de la production sur le site TotalEnergies en Normandie, puis de la raffinerie Pétroineos à Lavéra (Bouches-du-Rhône).

Les forces de l’ordre sont intervenues dans la nuit de lundi à mardi pour débloquer le terminal pétrolier de Donges (Loire-Atlantique), qui était occupé depuis une semaine par des grévistes, pour faciliter le déchargement d’une cargaison de gasoil.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *