Actualités

Gabriel Attal veut développer «un plan Marshall pour les classes moyennes»

PARIS: Le ministre délégué aux Comptes publics, Gabriel Attal, a déclaré mardi vouloir “continuer à bâtir un plan Marshall pour les classes moyennes” pour leur permettre de “mieux vivre” de leur travail, au lendemain de l’allocution télévisée du président Emmanuel Macron.

“Ce que le président nous demande (…), c’est finalement de continuer à bâtir un plan Marshall pour les classes moyennes dans les mois à venir”, a indiqué M. Attal sur la radio France Inter.

“On a beaucoup agi pour les classes moyennes”, a-t-il souligné en évoquant notamment la suppression de la taxe d’habitation, une baisse de 5 milliards d’euros de l’impôt sur le revenu ou la défiscalisation des heures supplémentaires. “Je crois que le président nous demande (…) de continuer cette action avec des mesures pour mieux vivre de son travail.”

Outre la possibilité de mesures supplémentaires pour le pouvoir d’achat des classes moyennes, cela nécessite, selon Gabriel Attal, d’agir sur l’organisation du travail et de garantir “un meilleur accès aux services publics”.

“En plus des mesures fiscales de pouvoir d’achat sur lesquelles on doit continuer à avancer pour ceux qui travaillent, on doit aussi avancer sur d’autres enjeux, le sens et l’organisation du travail”, a-t-il affirmé.

“Je crois qu’on peut refaire de la France le pays qui a les meilleurs services publics en Europe. On y met les moyens en termes de budget”, a-t-il encore dit à propos des milliards débloqués pour l’hôpital et l’éducation.

Dans son allocution lundi, Emmanuel Macron s’est donné “cent jours” pour agir “au service de la France” et relancer son second quinquennat englué dans la crise provoquée par sa réforme des retraites.

Outre “un nouveau pacte de vie au travail”, le président a promis de s’attaquer à l’immigration illégale ainsi qu’aux fraudes sociales et fiscales.

Gabriel Attal a indiqué qu’il présenterait “dans les prochaines semaines” un plan de lutte contre la fraude “avec des mesures fortes”, comme un doublement des effectifs du Service d’enquêtes judiciaires des finances (SEJF).

Actuellement composé de 266 enquêteurs selon le site internet des Douanes, le SEJF avait notamment participé en mars à des perquisitions massives dans des banques en France soupçonnées de fraude fiscale.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *