Nucléaire: Les Européens appellent l’Iran à «ne pas formuler de demandes irréalistes»

Écrit par sur 6 août 2022

VIENNE: Les pays européens engagés dans les négociations sur le nucléaire iranien (Royaume-Uni, France et Allemagne) exhortent l’Iran « à ne pas formuler de demandes irréalistes hors du cadre » de l’accord de 2015, dans une déclaration vendredi.

Ces propos interviennent au lendemain de la reprise des pourparlers de Vienne, alors que Téhéran réclame la clôture d’une enquête de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Ce dossier, qui concerne des traces d’uranium enrichi retrouvées sur trois sites non déclarés dans le pays, empoisonne de longue date les relations entre l’Iran et le gendarme onusien du nucléaire.

Pour les diplomates européens, cette question doit être réglée dans le cadre de discussions distinctes avec l’Agence.

Les négociations qui ont redémarré jeudi à Vienne « ne marquent pas la reprise d’un nouveau cycle », insistent les pays dits de l’E3.

« Le texte est sur la table. Il n’y aura pas de réouverture des négociations. L’Iran doit maintenant prendre la décision de conclure l’accord, tant que cela est encore possible », ajoutent-ils.

Et de poursuivre : « Nous demandons instamment à l’Iran à ne pas formuler de demandes irréalistes hors du cadre », « y compris sur les questions en suspens liées aux garanties de l’AIEA ».

Mais Téhéran voit là un sujet « politique par nature et qui ne devrait pas être utilisé comme un prétexte pour punir l’Iran », selon un diplomate interrogé vendredi par l’agence officielle Irna.

« Nous sommes à un moment décisif à Vienne et la partie iranienne doit recevoir des garanties (sur ce point) dès que possible », a-t-il insisté.

Après un blocage de plusieurs mois, les diplomates de l’ensemble des parties (Iran, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) sont de retour dans la capitale autrichienne afin de sauver l’accord moribond de 2015.

Le pacte connu sous son acronyme anglais JCPOA vise à garantir le caractère civil du programme nucléaire iranien, accusé de chercher à se doter de l’arme atomique malgré ses démentis.

Mais à la suite du retrait unilatéral en 2018 des États-Unis sous l’impulsion de Donald Trump et du rétablissement des sanctions américaines, Téhéran s’est progressivement affranchi de ses obligations.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background