Le prince héritier saoudien à Paris dans une conjoncture d’urgence pour l’Europe

Écrit par sur 28 juillet 2022

PARIS: Que peut faire l’Arabie saoudite pour aider la France à atténuer la crise énergétique qui la guette à la suite de l’agression russe qui se poursuit en Ukraine? Que peut faire la France et plus globalement l’Europe pour soutenir l’Arabie saoudite et les pays du Golfe si l’accord sur le nucléaire iranien passe à la trappe?

Ces deux questions, ces deux urgences, pèsent de tout leur poids sur les entretiens à Paris entre le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, et le président français, Emmanuel Macron.

Au cours de leur rencontre, les deux dirigeants vont s’efforcer d’apporter certaines réponses.

Interrogé à ce sujet par Arab News en français, David Rigoulet-Roze, chercheur associé à l’Institut des relations internationales et stratégiques (Iris), estime que la visite de Ben Salmane «s’inscrit dans le cadre d’une reprise de contact avec les Européens en général, dans le contexte de la guerre en Ukraine et la problématique énergétique qui en découle».

Préparer la période post-pétrole

Le 2 juin dernier, l’Opep+ avait accepté une augmentation de 216 000 barils par jour en plus des 432 000 bpj fixés les mois précédents. Cette augmentation ne semble cependant pas d’un niveau suffisant pour rassurer les Européens, surtout à l’approche de la saison hivernale.

Il est donc nécessaire de poursuivre les efforts pour pallier l’embargo sur le pétrole russe, souligne Rigoulet-Roze. Le secteur du gaz est également menacé, donc «on espère qu’il y aura une écoute de la part des pétromonarchies pour les fournitures nécessaires d’énergie».

Si les Européens ont besoin de s’approvisionner en énergie, pour les pays du Golfe, il s’agit avant tout de préparer la période post-pétrole. «L’Europe en général et la France en particulier espèrent qu’il y aura une écoute de la part des pétromonarchies pour garantir les approvisionnements en hydrocarbures. Les pays du Golfe, de leur côté, souhaiteraient développer des synergies avec l’Europe sur ce sujet.»

«Dans ce domaine, l’Europe et la France sont dotées d’une expertise, notamment pour ce qui est des énergies renouvelables, qu’il s’agisse de l’hydrogène vert, du solaire, de l’éolien», note le chercheur associé à l’Iris.

Concernant le volet géopolitique et le blocage sur le dossier nucléaire iranien, les données sont moins claires. «De manière générale, on a l’impression que la renégociation sur le JCPOA aura du mal à être finalisée et c’est ce que pensent désormais les États-Unis du fait d’une forme d’obstruction avérée de la part de l’Iran», affirme Rigoulet-Roze. «C’est dans ce contexte que s’inscrit la tournée de Biden notamment axée sur l’établissement d’un système de sécurité régionale dont l’Arabie saoudite constituerait une pièce centrale, même si Riyad n’a pas encore formalisé une normalisation (tatbi) officielle avec Israël comme d’autres pétromonarchies engagées dans les accords d’Abraham.»

Les Français comme les Américains continuent à dire qu’ils y sont favorables, mais le temps est compté pour un accord, indique le chercheur, et Emmanuel Macron l’a d’ailleurs dit il y a quelques jours lors d’un entretien téléphonique avec le président iranien, Ebrahim Raïssi.

L’accord sur le nucléaire iranien: vide de substance

La France s’est positionnée de manière à garder un canal de discussion avec l’Iran, parce qu’il n’est pas possible de couper les ponts. Macron adopte un peu la même posture face au président russe, Vladimir Poutine, estimant qu’il faut, malgré les circonstances, essayer de garder les canaux de dialogue ouverts. «Cette attitude lui a parfois été reprochée avec Poutine parce qu’elle n’a pas forcément été couronnée de succès et ce sera peut-être la même chose avec Téhéran. Mais il considère qu’il demeure nécessaire d’essayer», affirme Rigoulet-Roze.

Si l’accord sur le nucléaire iranien venait à tomber à l’eau, de quoi sera fait le jour d’après? Le problème, estime Rigoulet-Roze, est que l’Europe ne possède pas encore d’identité stratégique, «ce n’est pas un partenaire en tant que tel comme les Américains peuvent l’être. Il faudra donc revenir au renforcement de l’architecture régionale envisagée par les États-Unis, avec toutes les difficultés que cela implique».

Les États-Unis souhaiteraient mettre en place une sorte d’Otan israélo-arabo-sunnite dotée d’un système antibalistique pour pallier la menace croissante des drones, voire des missiles d’origine iranienne, utilisés par les proxies de Téhéran au Yémen ou ailleurs. Les Émirats arabes unis ont indiqué à l’issue de la tournée de Biden qu’ils n’avaient pas l’intention d’intégrer un axe anti-iranien, voire dans une moindre mesure la Jordanie, souligne Rigoulet-Roze.

Le point de bascule reste de savoir si l’accord nucléaire sera sauvé ou pas «et tant que ce n’est pas établi, les différents pays auront du mal à se positionner de manière actée», selon le chercheur. Pour lui, «Les Iraniens jouent la montre. Il devient évident qu’on ne parviendra pas à finaliser un accord tel qu’on l’espérait encore au début de 2021 lors de la relance des négociations.»


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background