Redéploiement français dans le Sahel: le choix du Niger

Écrit par sur 27 juillet 2022

PARIS : Au moment où la France s’attelle à redéfinir son offre politique et militaire en Afrique, la visite des ministres des Affaires étrangères et des Armées, le 15 juillet dernier, à Niamey, tombe à point nommé, coïncidant avec le début effectif de l’ère Macron II. En effet, le Niger a été choisi comme principal partenaire de la France au Sahel.

Cette «politique africaine de la France», encore en gestation, serait-elle mieux adaptée à la nouvelle donne géopolitique dans le continent noir? Paris pourra-t-il dépasser les erreurs du passé et esquisser un nouveau départ? La nouvelle offre militaro-diplomatique sera-t-elle mieux accueillie par les autorités africaines, alors que les acteurs internationaux se livrent à une concurrence particulièrement âpre?

Le choix du Niger

Il est important de rappeler que, au Sahel, le concept des interventions militaires françaises a évolué depuis quelques années: les forces françaises n’agissent pas de manière solitaire, mais souvent en deuxième ligne, en soutien des forces locales et en fonction de leurs demandes. Même avec cette méthode, l’opération Barkhane s’est soldée par un quasi-échec.

Au Niger, la France va maintenir plus d’un millier d’hommes et ses capacités aériennes afin de fournir un appui feu et du renseignement aux armées nigériennes dans le cadre d’une nouvelle stratégie.

C’est pour cette raison que, la veille de la fête nationale, le président français a déclaré qu’il souhaitait «repenser toutes les situations [militaires] sur le continent africain». De fait, les armées françaises actives au Niger et au Sahel sont également présentes au Sénégal, au Gabon, en Côte d’Ivoire et à Djibouti. La marine française, quant à elle, est très fréquemment engagée dans le golfe de Guinée.

Au Niger, la France va maintenir plus d’un millier d’hommes et ses capacités aériennes afin de fournir un appui feu et du renseignement aux armées nigériennes dans le cadre d’une nouvelle stratégie («partenariat de combat»). Cette dernière a pour objectif de lutter contre les groupes terroristes au Sahel, alors que des milliers de soldats ont achevé leur retrait du Mali et que les pays d’Afrique de l’Ouest se trouvaient menacés.

Contrairement au style d’action mis en échec au Mali, la nouvelle méthode qui sera employée au Niger, laboratoire de cette nouvelle doctrine au Sahel, consiste à allier les deux aspects, civil et militaire. Cette démarche sera issue d’une consultation avec les partenaires concernés pour définir les politiques et les appuis les plus adaptés.

Les leçons du revers malien

Le bilan de la présence française au Mali est mitigé. La force Barkhane a remporté de grands succès tactiques en éliminant un grand nombre de chefs djihadistes et en réduisant les marges de mouvement des groupes armés; mais le faible État malien n’a pas réussi à contenir la violence et les schismes internes, sans parvenir à endiguer les sentiments antifrançais.

Pour la France, le retrait total de l’armée française de Mali, à la fin de cet été, a un goût amer, après neuf ans de présence renforcée et deux opérations antiterroristes.

La France entend désormais tirer les leçons de ce processus pour éviter de répéter les échecs passés. Elle a ainsi opté pour la formule d’un partenariat plus discret, car le déploiement d’une grande armée n’est plus compatible avec notre temps.

C’est une façon de réduire la visibilité de ses mouvements, qui sont une source de mécontentement pour les communautés africaines, tout en maintenant sa présence dans cette zone d’influence historique.

Pour la France, le retrait total de l’armée française de Mali, à la fin de cet été, a un goût amer, après neuf ans de présence renforcée et deux opérations antiterroristes (Serval et Barkhane). La faute n’incombe pas exclusivement à la junte au pouvoir depuis 2020, qui a fait appel aux services du groupe paramilitaire russe Wagner; elle est aussi la conséquence d’une stratégie française inadaptée et d’un comportement qui n’a pas pris en compte les changements à l’intérieur de Mali ni certains facteurs extérieurs.

Plus préoccupant encore, ce revers français au Mali s’inscrit largement dans le sillage d’un recul démocratique en Afrique de l’Ouest, avec des putschs successifs au Mali (à deux reprises), en Guinée en septembre 2021 ainsi qu’au Burkina Faso en janvier 2022.

Toutefois, ce nouveau départ politique et ce redéploiement militaire montrent qu’il est essentiel de mieux saisir les particularismes identitaires et religieux en Afrique et de marquer une rupture franche avec le style de l’époque coloniale.

Alors que l’on assiste à une concurrence accrue sur la scène internationale, La France ne pourra pas s’éclipser du Sahel et de l’Afrique face à l’irruption russe et l’influence chinoise.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background