Pouvoir d’achat: le chef de file de FO critique les «rustines» du gouvernement

Écrit par sur 26 juillet 2022

PARIS : Le nouveau secrétaire général de Force ouvrière, Frédéric Souillot, a critiqué mardi les « rustines » du gouvernement pour le pouvoir d’achat avec les mesures en cours d’examen au Parlement, réclamant des augmentations des salaires et une revalorisation accrue du Smic.

« Pour les Français aujourd’hui la première préoccupation, c’est le pouvoir d’achat, et dans ces lois, c’est des rustines », a-t-il déclaré sur France 2.

« Comment on partage les richesses dans l’entreprise? Pas par de l’intéressement, de la prime mais par des augmentations de salaire », a défendu le secrétaire général de FO, après avoir lancé que « c’est avec le salaire qu’on remplit le frigo ».

Force ouvrière défend notamment, comme d’autres confédérations syndicales ou partis de gauche, un Smic porté à 1 500 euros.

« Le président de la République le 14 juillet a dit qu’il était presque à 1.500 euros (…) c’est faux, il est à 1 300 plus 150 euros qui vont être réévalués de 4% de prime d’activité. Et c’est nous tous qui payons, par notre protection sociale collective, cette prime d’activité », a déclaré Frédéric Souillot.

Interrogé sur le vote de mesures pour le pouvoir d’achat au-delà des élus de la majorité, le leader de FO a répondu: « quel député pourrait dire aujourd’hui ‘on ne revalorise pas les minima sociaux, on ne revalorise pas les retraites et on ne dégèle pas le point d’indice’? ».

« En même temps, l’inflation est à 5,8%, certainement presque 7% à la fin de l’année », et comme ces revalorisations sont inférieures, « ça fait une perte de pouvoir d’achat », a-t-il ajouté.

Prié de dire si FO se joindrait à la journée d’action sur les salaires appelée par la CGT le 29 septembre, Frédéric Souillot a renvoyé au 5 septembre « pour voir quelle suite on donne », mais déploré la méthode de la CGT qui a donné une date de mobilisation « deux jours avant une intersyndicale ».

Quant à la volonté de LFI de mobiliser aussi dans la rue, le leader de FO a jugé, à l’instar de la CGT, que « les partis politiques, sur le social, qu’ils accompagnent les organisations syndicales sur les côtés, devant ou derrière, mais c’est la responsabilité des organisations syndicales (…) pas l’inverse ».


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background