Les enregistrements d’Al-Maliki laissent présager l’échec de la formation d’un gouvernement en Irak

Écrit par sur 26 juillet 2022

ERBIL (Kurdistan irakien): Si l’on isole ces enregistrements sonores de leur contexte, ils semblent assez banals. Ils ne font qu’attester une réalité connue de tous en Irak: la profonde antipathie qui existe entre les protagonistes chiites les plus puissants du pays (Nouri al-Maliki et Moqtada al-Sadr) et la complexité des relations qu’ils entretiennent avec les autres responsables irakiens.

Aux yeux des analystes, ces enregistrements révèlent les fortes divisions et les inimitiés tenaces qui gangrènent la scène politique irakienne et entraveront probablement davantage la formation d’un gouvernement dans les mois à venir.

Parmi ces bandes sonores, connues en Irak sous le nom de «Maliki Wikileaks», on peut entendre l’homme qui a été Premier ministre entre 2006 et 2014 dénoncer ses rivaux politiques et évoquer la guerre civile qui se dessinerait.

«L’Irak se trouve à l’aube d’une guerre meurtrière dont personne ne sortira indemne si on ne déjoue pas le projet de Moqtada al-Sadr, Massoud Barzani et Mohamed al-Halbousi […] et je n’hésiterai pas à attaquer Nadjaf s’il le faut», déclare Al-Maliki dans l’un des nombreux enregistrements dont il conteste cependant l’authenticité.

Il allègue également que le Royaume-Uni manigance un complot qui vise à confier à Al-Sadr le commandement des chiites d’Irak pour l’assassiner ensuite, ce qui restaurera la suprématie des sunnites sur le pays.

''
Sur cette pancarte, on voit le religieux chiite irakien Moqtada al-Sadr lors d’une prière du vendredi à Sadr City, à l’est de Bagdad, le 15 juillet 2022. (AFP) 

Ces enregistrements ont été publiés par le journaliste et activiste Ali Fadhel. Ils remontent vraisemblablement à deux mois, voire davantage, puisqu’ils évoquent la coalition parlementaire tripartite «Sauver la patrie» (composée du Mouvement sadriste, du Parti démocratique du Kurdistan [PDK] de Barzani et du Parti du progrès d’Al-Halbousi). Cette coalition a affronté les partis chiites favorables à l’Iran sous l’égide du Cadre de coordination (CC), auquel appartient la Coalition de l’État de droit de Nouri al-Maliki.

Al-Sadr a exigé la démission de ses soixante-treize députés à la mi-juin. Il s’était efforcé pendant des mois de former un gouvernement majoritaire sans le Cadre de coordination. Ce dernier prône en effet un autre type de gouvernement fondé sur le consensus, ce qui constitue la norme en Irak depuis 2003.

''
Les enregistrements ont été publiés par le journaliste et activiste Ali Fadhel et ils remontent à deux mois, voire davantage. (Capture d’écran de Twitter) 

Après la démission massive des sadristes, l’alliance baptisée «Sauver la patrie» a pris fin, et avec elle la perspective d’un gouvernement majoritaire en Irak.

Le CC négocie depuis lors la formation d’un nouveau gouvernement avec les autres blocs parlementaires.

C’est au mois d’octobre 2021 que se sont tenues les élections législatives anticipées en Irak. Toutefois, le pays n’est pas parvenu à ce jour à constituer un nouveau gouvernement. La gouvernance du pays est actuellement confiée au gouvernement intérimaire dirigé par Moustafa al-Kazimi, le Premier ministre actuel.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background