Pour la 105e fois, l’ONU demande au régime syrien de faire toute la lumière sur ses armes chimiques

Écrit par sur 21 juillet 2022

NEW YORK: Le régime syrien ne se conforme toujours pas à la résolution du Conseil de sécurité ordonnant la destruction de ses stocks d’armes chimiques, a déclaré l’ONU mercredi.

Damas continue également de dissimuler des informations relatives à l’utilisation présumée d’armes chimiques contre sa propre population. Le régime syrien n’a pas donné d’explication cohérente concernant la présence de traces d’agents neurotoxiques de guerre chimique sur les sites de plusieurs attaques et refuse d’accorder un visa d’entrée à un membre clé d’une équipe d’évaluation des Nations unies, a déclaré Izumi Nakamitsu, secrétaire générale adjointe et haute représentante des Nations unies pour les affaires de désarmement.

Elle présentait au Conseil de sécurité son 105e exposé sur la mise en œuvre de la résolution 2118, adoptée à l’unanimité en septembre 2013 à la suite d’une enquête de l’ONU qui a confirmé l’utilisation d’armes chimiques contre des civils dans une banlieue de Damas le mois précédent. Les images de personnes, dont des enfants, suffoquant après avoir respiré l’agent neurotoxique ont suscité l’indignation dans le monde entier.

La résolution appelle le régime syrien à détruire ses stocks d’armes chimiques d’ici la mi-2014 et prévoit des mesures punitives en cas de non-respect. Elle interdit également à la Syrie d’utiliser, de mettre au point, de fabriquer, d’acquérir, de stocker ou de conserver des armes chimiques, ou de les transférer à d’autres États ou à des acteurs non étatiques.

En octobre 2013, la Syrie a soumis à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) une première déclaration officielle concernant son programme d’armes chimiques, notamment un plan de destruction de ses stocks.

Neuf ans plus tard, a affirmé Nakamitsu, la déclaration et les réponses aux 20 questions en suspens à son sujet restent truffées de lacunes et d’incohérences et ne peuvent toujours pas être considérées comme exactes.

L’une de ces questions concerne une installation qui, selon les autorités syriennes, n’a jamais été utilisée pour produire des armes chimiques. Cependant, les informations et les preuves recueillies par l’OIAC depuis 2014 indiquent que la production ou la militarisation d’agents neurotoxiques de guerre chimique y a bien eu lieu.

Nakamitsu a une nouvelle fois demandé au gouvernement syrien de divulguer les types et les quantités d’agents chimiques produits ou utilisés comme armes sur le site. Le gouvernement n’a cependant pas répondu aux demandes répétées de ces informations.

Un autre problème, selon Nakamitsu, est le «déplacement non autorisé» par le gouvernement syrien de deux cylindres de chlore trouvés sur les lieux d’une attaque à l’arme chimique dans la ville de Douma en avril 2018. Le régime syrien a déclaré que les deux cylindres ont été détruits à la suite de l’attaque présumée, mais Nakamitsu a de nouveau exhorté Damas à divulguer l’emplacement des cylindres «avec l’urgence nécessaire».

Elle a ajouté qu’une coopération totale avec l’OIAC était nécessaire afin de résoudre les questions en suspens et a déploré le refus du régime d’accorder un visa d’entrée à un membre éminent de l’équipe d’évaluation de la déclaration, ce qui a bloqué le 25e cycle de consultations à Damas entre l’équipe et le gouvernement syrien.

«J’exhorte le gouvernement de la République arabe syrienne à faciliter les arrangements pour le déploiement de l’équipe d’évaluation de la déclaration (DAT) en permettant un accès immédiat et sans entrave à tout le personnel désigné par le secrétariat de l’OIAC dès que possible», a-t-elle avisé.

Dimitry Polyanskiy, représentant permanent adjoint de la Russie auprès des Nations unies, a décrit les commentaires de Nakamitsu comme faisant partie d’un «schéma» visant à donner l’impression que les autorités syriennes ne sont pas coopératives.

Il a affirmé que le régime syrien respecte pleinement ses obligations envers l’OIAC. L’envoyé a accusé l’organisation de «partialité de longue date à l’encontre de Damas» et sa mission d’enquête de diffuser des informations erronées et de façonner ses rapports «pour qu’ils correspondent au récit de la culpabilité de Damas». Il a également rejeté «tout rapport» que l’OIAC produit comme «un aboutissement illégitime d’un organisme illégitime».

Polyanskiy a accusé les pays occidentaux de politiser l’OIAC et de saper sa capacité à «faire face aux menaces réelles», en particulier «les preuves que des groupes terroristes au Moyen-Orient ont accès à des produits de guerre chimique», indiquant: «Daech a un programme chimique à part entière, mais on n’entend jamais parler d’une mesure dans le but de le contrer.»

Chahd Matar, des Émirats arabes unis, a réaffirmé que son pays «rejette et condamne explicitement l’utilisation d’armes chimiques en toutes circonstances, par qui que ce soit et en tout lieu, lorsque cette utilisation constitue une violation flagrante des dispositions de la Convention sur les armes chimiques et du droit international».

Elle a signalé aux membres du Conseil de sécurité que «l’engagement d’un dialogue constructif est essentiel afin d’évaluer l’état des questions en suspens et faire avancer ce dossier, qui exige que les autorités concernées trouvent une solution consensuelle».

Matar a souligné la nécessité d’éradiquer complètement les armes chimiques et d’empêcher toute partie de les obtenir ou de les utiliser, «que ce soit en Syrie ou à l’extérieur», mettant en garde contre le danger que ces armes tombent entre les mains de groupes terroristes qui cherchent à les acquérir à des «fins dangereuses».

Elle a également appelé le Conseil de sécurité à renforcer ses efforts pour combattre Daech et «l’empêcher de se regrouper et d’acquérir des armes chimiques», au moment où le groupe terroriste essaye de développer sa capacité de combat.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background