Les Républicains repoussent l’élection de leur président en décembre

Écrit par sur 20 juillet 2022

PARIS : Les Républicains ont reporté l’élection de leur prochain président à début décembre, au lieu de la fin novembre, en l’absence de « candidat naturel » après le renoncement de Laurent Wauquiez à briguer la succession de Christian Jacob.

Le premier tour de l’élection aura lieu par voie électronique du 3 décembre 18H00 au 4 décembre 18H00 et, si aucun candidat n’obtient la majorité des suffrages exprimés, un second tour sera organisé les 10 et 11 décembre, a précisé dans un communiqué Annie Genevard, présidente par intérim du parti, à l’issue de la réunion d’un bureau politique au siège à Paris.

Évoquant les nombreux « travaux de coordination parlementaire » et le « contexte politique général », Mme Genevard a insisté sur le fait que « pour la première fois, la présidence du parti n’est pas sollicitée par de possibles candidats à l’élection présidentielle ». Ce qui a poussé le parti à revoir son calendrier électoral.

“Pour la refondation (du parti) et tout le travail qu’il nous reste à faire, on n’est pas à deux semaines près!”, a plaisanté le vice-président LR de la région Île-de-France Othman Nasrou.

Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez, seul candidat pressenti, et favori de Christian Jacob – qui a quitté ses fonctions le 1er juillet – a annoncé dimanche qu’il renonçait à briguer la présidence.

Tout comme Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France, ou Julien Aubert, battu aux législatives.

Mme Genevard n’exclut pas être candidate mais n’a pas pris de décision. Parmi les autres noms qui circulent figurent ceux des députés Aurélien Pradié et Eric Ciotti, de l’ancienne ministre et maire du VIIe arrondissement de Paris Rachida Dati, ou encore du maire de Cannes et président de l’Association des maires de France David Lisnard.

L’ancien commissaire européen Michel Barnier a fait savoir mardi soir au Figaro qu’il n’écartait pas l’idée de se présenter. « Mais avant de m’engager, je veux être sûr que notre objectif sera collectif », a-t-il fait valoir.

« Je veux être utile à ma famille politique et je suis prêt à participer à la reconstruction du parti. Qu’on ne sous-estime pas ma propre capacité à relever ce défi », a ajouté celui qui fut le négociateur du Brexit.

M. Barnier, qui avait participé à la primaire de LR pour la présidentielle de 2022, a également promis qu’il n’avait « pas de plan de carrière » et ne serait donc « pas candidat à la présidentielle » en 2027.

Le prochain président de LR devra quoi qu’il en soit être en mesure de « rassembler », a prévenu Annie Genevard, et avoir de surcroît « l’énergie pour se tourner vers l’avenir ».

Dans Le Parisien paru mardi, elle a dit « abandonner l’idée que le président de LR soit le candidat naturel de la présidentielle » et jugé nécessaire de « repenser » le rôle de son parti, notamment après l’échec cuisant de la dernière présidentielle.

Les candidats potentiels ont jusqu’au 3 octobre à 18H00 pour déposer les parrainages requis auprès de la Haute Autorité du mouvement qui publiera la liste des prétendants le 18 octobre.

Un guide électoral sera rendu public et adressé aux militants à jour de cotisation le 22 juillet.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background