Les palestiniens de Cisjordanie font face à une grave pénurie d’eau

Écrit par sur 19 juillet 2022

RAMALLAH: Un village palestinien entouré de trois colonies israéliennes et d’un camp militaire des Forces de défense israéliennes est en proie à une grave pénurie d’eau, révèlent des responsables communautaires.

Près de 3 500 habitants du village de Douma, dans la vallée du Jourdain, au nord de la Cisjordanie, ont du mal à trouver suffisamment d’eau potable pour répondre à leurs besoins de base et entretenir leur bétail. Nombreux sont ceux qui ne peuvent d’ailleurs pas se permettre de payer 100 dollars (1 dollar = 0,99 euro) le réservoir d’eau.

Suleiman Dawabsheh, chef du conseil du village de Douma, déclare à Arab News que la population locale ne reçoit que 1 280 mètres cubes d’eau par semaine et que quatre communautés bédouines voisines comptent également sur Douma pour leur approvisionnement en eau.

«On nous appelle le village asséché en raison de la petite quantité d’eau qui nous parvient et de la petite quantité de pluie qui tombe chaque année – sachant qu’elle ne dépasse pas 420 millimètres.»

Suleiman Dawabsheh, chef du conseil du village de Douma

Il dit: «On nous appelle le village asséché en raison de la petite quantité d’eau qui nous parvient et de la petite quantité de pluie qui tombe chaque année – sachant qu’elle ne dépasse pas 420 millimètres.»

Photo: Mohammed Najib 
Photo: Mohammed Najib 

M. Dawabsheh affirme que les colons les ont empêchés de remettre en état quatre sources d’eau dans le village, qui auraient pu contribuer à atténuer la pénurie.

«Nous avons un grand nombre d’animaux qui consomment de grandes quantités d’eau, en particulier cet été qui est plus chaud que les précédents. Par conséquent, il est impossible de trouver suffisamment d’eau pour les activités humaines et l’abreuvement des moutons.»

Douma n’est qu’un exemple parmi tant de villes et de villages palestiniens de Cisjordanie – où vivent trois millions de personnes – qui souffrent d’un manque d’eau.

Pendant ce temps, bon nombre des 700 000 personnes vivant dans les colonies israéliennes à travers la Cisjordanie ont accès à des approvisionnements abondants en eau pour boire, remplir les piscines, irriguer les cultures et laver les véhicules.

Plus de 85% de l’eau palestinienne serait détournée et revendue aux Palestiniens. Ces derniers se voient également refuser toute demande de permis pour forer des puits supplémentaires ou installer des pompes de surpression.

Bassam Darwish, superviseur de cinq immeubles résidentiels et commerciaux à Ramallah qui abritent environ 65 appartements et boutiques, explique à Arab News que la pénurie d’eau cette année est pire que l’année dernière, puisque le nombre d’heures et de jours de pompage d’eau dans les maisons des citoyens avait été réduit. Parfois, dit-il, l’eau met jusqu’à dix jours avant d’atteindre la zone.

«Chaque jour, je reçois des demandes des habitants des immeubles que je gère. Ils me demandent tous quand nous aurons de l’eau et pourquoi nous avons une pénurie. Je n’ai pas de réponse à leur donner. Certains habitants me demandent le numéro de téléphone du propriétaire de réservoirs d’eau pour en acheter à leurs frais», ajoute-t-il.

M. Darwish souligne que les approvisionnements sont en déclin depuis avril.

FAITS MARQUANTS

Près de 3 500 habitants du village de Douma, dans la vallée du Jourdain, au nord de la Cisjordanie, ont du mal à trouver suffisamment d’eau potable pour répondre à leurs besoins de base et entretenir leur bétail. Nombreux sont ceux qui ne peuvent d’ailleurs pas se permettre de payer 100 dollars (1 dollar = 0,99 euro) le réservoir d’eau.

Le village ne reçoit que 1 280 mètres cubes d’eau par semaine – qui servent également à l’approvisionnement de quatre communautés bédouines voisines.

Trente-quatre des quarante-deux puits d’eau contrôlés par la compagnie nationale israélienne de l’eau, Mekorot, se trouvent sur des terres palestiniennes dans la vallée du Jourdain. L’Autorité palestinienne a demandé à Israël d’augmenter la quantité d’eau vendue à la Cisjordanie, mais les Israéliens affirment que l’infrastructure hydraulique palestinienne est incapable de gérer de plus grandes quantités.

Mahmoud Barham, maire de Beita, au sud de Naplouse, déclare que sa ville de 15 000 habitants ne reçoit que 50% de ses besoins en eau.

«Nous avons besoin de 2 400 tasses d’eau, mais Mekorot ne nous fournit que 120 tasses et les pompe par intermittence dans notre ville. Pendant huit ans, l’entreprise a refusé d’augmenter la quantité d’eau, malgré la forte augmentation de la population de la ville», poursuit-il.

Il note que les autorités israéliennes ne permettraient pas de creuser des puits d’eau sur des terres appartenant au village.

Bassam al-Sawalhi, directeur des opérations de la Jerusalem Water Undertaking, dit à Arab News qu’il est toujours en mesure d’assurer aux 380 000 habitants des régions de Ramallah et d’Al-Bireh leurs besoins de base en eau, malgré les contraintes. Il ajoute que l’autorité cherche à remettre en état les puits d’eau autour de Ramallah dans le but d’atténuer la crise.

Bien que le taux de consommation d’eau quotidien moyen se situe entre 60 000 et 65 000 mètres cubes pendant l’été, M. Al-Sawalhi précise que la Jerusalem Water Undertaking ne peut fournir que 53 000 mètres cubes par jour à ses clients.

La compagnie Mekorot a réduit les approvisionnements à 32 000 mètres cubes par jour contre 38 000 les années précédentes. Elle est accusée de déverser le reste dans les colonies israéliennes autour de Ramallah.

Le 1er juillet, des dizaines de jeunes Palestiniens ont fermé l’entrée sud de Bethléem pour protester contre les pénuries d’eau dans la ville.

Mais les autorités israéliennes maintiennent que c’est à l’Autorité palestinienne de fournir de l’eau à ses citoyens. M. Al-Sawalhi insiste qu’Israël fournit 76 millions de mètres cubes d’eau supplémentaires par an, en utilisant 200 points de connexion.

Un habitant palestinien de Ramallah, Mohammed Abou Qassem, qui possède un réservoir d’eau, confie à Arab News que son téléphone portable n’arrête pas de sonner. Les habitants ainsi que les propriétaires de cafés, de restaurants et d’hôtels proposent d’acheter son réservoir.

Il indique que la situation actuelle ne s’améliorera probablement pas avant le début du mois de novembre. «Je pense que la prochaine guerre entre les Palestiniens et les Israéliens sera une guerre pour l’eau, pas seulement pour la terre», conclut-il.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background