Les investisseurs du Moyen-Orient revoient la répartition d’actifs face aux craintes d’inflation

Écrit par sur 19 juillet 2022

RIYAD: La hausse du taux d’inflation et la récente invasion de l’Ukraine par la Russie incitent les investisseurs du Moyen-Orient à réévaluer leur répartition des actifs, selon le dernier rapport d’Invesco Global Sovereign Asset Management Study.

Selon le rapport, 55% des États souverains de la région du Moyen-Orient ont repositionné leurs portefeuilles en prévision de nouvelles hausses de taux, bien que la forte correction des actions et l’incapacité des obligations à protéger les portefeuilles aient présenté des choix difficiles.

«L’inflation augmente, la croissance mondiale est en perte de vitesse et les tensions géopolitiques s’exacerbent. L’environnement macroéconomique est désormais plus incertain, obligeant les États souverains à repenser la manière de positionner leurs portefeuilles à l’avenir», déclare Zainab Faisal Kufaishi, responsable de la région Mena et cadre supérieur chez Invesco.

Le rapport d’étude, qui détaille les points de vue de 139 directeurs des investissements, suggère que les allocations de titres à revenu fixe des États souverains mondiaux ont diminué régulièrement ces dernières années. En effet,  la plupart d’entre eux se tournent vers des solutions de rechange sur le marché privé, notamment l’immobilier, le capital-investissement et les infrastructures.

Quelque 82% des personnes interrogées déclarent que les actifs immobiliers sont des couvertures efficaces contre l’inflation et la hausse des rendements.

Selon le rapport, l’intérêt pour les actifs privés se poursuit avec 50% des fonds souverains au Moyen-Orient, au motif d’augmenter les allocations au capital-investissement, 20% à l’immobilier et 20% aux infrastructures au cours des douze prochains mois.

Le rapport note en outre que les actifs privés constituent désormais 22% en moyenne des portefeuilles des États souverains à l’échelle mondiale. Invesco ajoute que les investisseurs souverains détiennent désormais 719 milliards de dollars (1 dollar = 0,99 euro) d’actifs privés, contre 205 milliards de dollars en 2011.

«Alors que beaucoup se tournent vers les marchés privés pour trouver des solutions, nous ne devons pas surestimer le rythme de ce changement. En tant qu’investisseurs à long terme, les États souverains agissent avec beaucoup de prudence et nombre d’entre eux n’apportent que des modifications progressives à leurs portefeuilles en adoptant une approche attentiste», déclare Rod Ringrow, responsable des institutions officielles chez Invesco.

À la suite de l’invasion de l’Ukraine, la plupart des États souverains du Moyen-Orient ont perdu leur affinité avec l’Europe.

Selon le rapport d’étude, 40% des États souverains du Moyen-Orient prévoient de réduire leurs allocations aux pays développés d’Europe et 30% aux pays émergents d’Europe au cours des douze prochains mois.

Le rapport ajoute que ces personnes interrogées sont les plus susceptibles d’augmenter leur exposition à l’Amérique du Nord, à l’Asie-Pacifique et au Moyen-Orient.

Selon 52% des investisseurs, la Chine est devenue un endroit où il est difficile d’investir cette année en raison des risques réglementaires et des interventions gouvernementales.

Le rapport ajoute que les fonds souverains ne considèrent pas les actifs numériques comme pouvant être investis, puisque 20% seulement de ces personnes interrogées pensent que les actifs numériques jouent un rôle dans la répartition d’actifs en matière de diversification.

Selon le rapport, seuls 7% des investisseurs souverains mondiaux sont exposés aux actifs numériques au moyen d’investissements dans des entreprises blockchain sous-jacentes.

Environ 70% des États souverains du Moyen-Orient ont plus intérêt à investir dans des entreprises impliquées dans l’infrastructure derrière les actifs numériques que dans les actifs numériques eux-mêmes.

La recherche sur les actifs numériques, cependant, s’améliore. En 2018, 12% des États souverains mondiaux menaient des recherches dans le secteur des actifs numériques. En 2022, ce chiffre est passé à 41%, dont 40% d’États souverains du Moyen-Orient.

Selon le rapport, 71% des banques centrales du Moyen-Orient font des recherches sur les monnaies numériques des banques centrales ou envisagent d’en lancer elles-mêmes.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background