«Pas de bonne surprise» pour les soldes, moins réussies qu’en 2021

Écrit par sur 18 juillet 2022

PARIS : Inquiétudes sur le pouvoir d’achat et désintérêt structurel ont pénalisé les soldes d’été en 2021, indiquent les professionnels dans un premier bilan lundi, certains réclamant une réforme tandis que d’autres restent attachés à ce moment de consommation.

« Comme il y a des réductions toute l’année, on attend moins les soldes » : à l’image de Mélanie, 32 ans, social media manager dans une banque, qui a quand même poussé les portes de quelques boutiques avant de partir en vacances, les clients semblent s’être lassés des soldes.

La période reste bien sûr un temps fort de la consommation en France : « Les périodes de soldes génèrent des ventes supérieures aux périodes de non soldes », explique à l’AFP Sophie Brenot, présidente de la Fédération des détaillants Maroquinerie. Mais elle perd d’année en année de l’intérêt aux yeux des acheteurs.

Francilienne, Mélanie « déteste faire les boutiques » et n’y va que « quand elle a un objectif précis, besoin d’une robe par exemple ». Même si après avoir écumé Promod, H&M ou Pull&Bear, elle avait « tout acheté sauf une robe ». Seule condition, explique-t-elle : que les vêtements « soient vraiment bien soldés ».

«Très mauvais démarrage»

La recherche des bonnes affaires est d’autant plus importante cette année que le sujet du pouvoir d’achat s’est imposé comme la préoccupation première des Français, dans un contexte d’inflation inédit depuis plus de 30 ans.

« On pouvait se demander s’il y allait avoir un effet d’aubaine avec une quête de prix bas, mais ça ne s’est pas produit », note toutefois le directeur de l’observatoire économique de l’Institut Français de la Mode (IFM), Gildas Minvielle.

« Il n’y a pas eu de bonne surprise », poursuit-il, « quand on a un marché qui n’est pas dynamique, les soldes ne font pas exception ». L’IFM a interrogé les professionnels sur les quinze premiers jours de la période de soldes, qui donnent généralement le « la », et le bilan est une baisse moyenne des ventes de 4,5% par rapport à l’année précédente.

L’Alliance du commerce, qui rassemble des professionnels des grands magasins, de l’habillement et de la chaussure et qui avait alerté début juillet sur le « très mauvais démarrage » des soldes, a de son côté noté, via le panel d’une quarantaine d’enseignes représentatives du marché de l’habillement qu’il réalise avec Retail Int, une « légère amélioration » des ventes lors de la troisième semaine de soldes.

Comparant de son côté à la période pré-Covid, en 2019, son directeur général Yohann Petiot évoque auprès de l’AFP des ventes en recul de 13%. « La situation s’est un peu améliorée mais reste largement décevante », précise-t-il, avec une fréquentation en nette baisse dans les magasins.

Touristes de retour

La reprise du trafic aérien et du tourisme a toutefois fait quelques heureux : les grands magasins, « qui ont retrouvé une meilleure dynamique avec la reprise des voyages », note Gildas Minvielle.

Et le secteur de la bagagerie, « qui en compensation des années Covid a vraiment explosé », note Sophie Brenot. « On vend même des bagages qui ne sont pas en soldes car les gens veulent s’équiper ».

Les ventes dans les stations balnéaires et zones littorales restent également très dynamiques, selon les acteurs interrogés.

Si les mauvaises performances de la période trouvent en partie leur explication dans « les difficultés de pouvoir d’achat » pour une partie des Français, avec un secteur « très fragile et très touché par les changements d’environnement économique » selon Gildas Minvielle, certains estiment que les soldes sont aujourd’hui largement obsolètes.

En juin, le trésorier de la Fédération nationale de l’habillement (FNH) Stéphane Rodier appelait à une « réflexion globale » pour faire émerger des « solutions viables qui ne nous fassent pas consommer pour consommer », jugeant le modèle des soldes « pas du tout écologique ».

Un point de vue que tous ne partagent pas. Les soldes « ne sont plus ce qu’ils étaient mais ont le mérite d’exister et sont réglementés, je crains que si on ne les retire, ça pourrait un peu encourager le n’importe quoi… », estime ainsi Sophie Brenot, de la Fédération des détaillants Maroquinerie.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background