Au Soudan, l’or laisse derrière lui maladies et pollution

Écrit par sur 18 juillet 2022

BANATE : A quatre ans, Taleb ne peut ni marcher ni voir: l’or du sous-sol qui devait enrichir son village a ruiné sa santé, assure sa mère, à coups de mercure et autre cyanure désormais incrustés dans la terre et les corps au Soudan.

A Banate, village de 8 000 habitants à 360 kilomètres au nord de la capitale Khartoum, les enfants sont toujours nés bien portants, se rappelle la mère de Taleb, Awadya Ahmed, 45 ans.

« Mes quatre premiers enfants vont tous bien, sauf Taleb qui est le seul né après que la poussière d’or a recouvert le village », affirme-t-elle à l’AFP.

« La poussière d’or », ce dépôt blanc qui forme de petits tas au pied des maisons, à l’ombre d’un verger ou au beau milieu d’un champ, est un mélange de métaux lourds utilisés par les mineurs artisanaux pour extraire l’or.

On y trouve du mercure, du cyanure et d’autres agents encore, nocifs pour l’homme comme pour l’environnement.

Pour Aljayli Abdelaziz, dignitaire du village, tout a commencé il y a cinq ans.

« Depuis qu’on a vu apparaître ces dépôts poussiéreux, des enfants sont nés avec des malformations et il y a eu des fausses couches, j’ai compté 22 naissances avec malformation », rapporte-t-il à l’AFP.

Mercure dans l’eau, l’urine, le sang

En janvier, des chercheurs ont testé l’eau potable à Banate: la concentration de mercure y atteint un record national. Et ils ont aussi trouvé du mercure dans les urines et le sang des habitants.

Ce métal liquide couleur argent est particulièrement dangereux une fois dans l’eau car, bu par les animaux, il se retrouve dans la chaîne alimentaire humaine.

Chez la femme enceinte, il peut toucher de façon permanente le cerveau et le système nerveux en développement de l’enfant.

Si Banate est l’épicentre du phénomène, au total, il y a « 450 000 tonnes de résidus d’extraction d’or saturés de mercure nocif » dans l’Etat du Nil, estime Ali Mohammed Ali, de l’Association soudanaise pour la protection de l’environnement.

L’extraction d’or n’est pas une découverte récente au Soudan: dès l’Antiquité, des hommes sont descendus dans les entrailles de la terre nubienne –le Soudan actuel– pour en sortir des pépites.

Mais longtemps, aucun produit chimique n’a été utilisé et ces dernières décennies, seules des entreprises professionnelles se chargeaient de cette tâche –et de la gestion des déchets chimiques ensuite.

Aujourd’hui, les mines artisanales assurent 80% de la production d’or du Soudan. Chaque jour, deux millions de Soudanais y travaillent dans 16 des 18 provinces du pays.

Les 20% restants, soient 30,3 tonnes au premier semestre 2021 selon les chiffres officiels, sont extraits par les compagnies officiellement enregistrées.

Or, les orpailleurs « manipulent des produits chimiques aux résidus dangereux comme du mercure qui devraient être traités par des gens spécialisés et de façon très encadrée, surtout loin des habitations et des sources d’eau », dénonce Saleh Ali Saleh, professeur d’université et spécialiste de la question.

«Des années pour rattraper les dégâts»

A une cinquantaine de kilomètres de Banate, une poignée de mineurs manipulent à main nue des cuves d’eau remplies de roches concassées mêlées à du mercure pour tenter d’en extraire des pépites d’or.

Parmi eux, Mohammed Issa. A 25 ans, ce fils d’éleveur du Kordofan-Nord, à 1 600 kilomètres de là, vit littéralement sa ruée vers l’or… quitte à y laisser sa santé.

« Quand je suis arrivé ici, j’ai vu que tout le monde faisait comme ça et que c’était le patron de la mine lui-même qui nous ramenait le mercure », assure-t-il à l’AFP.

Pourtant, en 2019, quelques mois après la fin de la dictature militaro-islamiste d’Omar el-Béchir, le gouvernement a interdit l’usage du mercure et du cyanure dans les mines.

Car les chiffres sont connus: au niveau mondial, l’orpaillage artisanal génère plus du tiers des émissions mondiales de mercure, selon l’Agence européenne pour le développement.

Mais aujourd’hui encore, partout au Soudan, « on peut en acheter », assure à l’AFP le propriétaire d’une mine artisanale qui emploie 95 orpailleurs, sous couvert d’anonymat tant la question est sensible.

Sollicitée à plusieurs reprises par l’AFP, l’entreprise d’Etat chargée des activités minières a refusé de répondre.

Le commerce de l’or –720 millions de dollars au premier trimestre 2022 selon la Banque centrale– a longtemps été contrôlé par d’obscurs groupes liés aux services de sécurité sous Béchir.

Aujourd’hui, il explose, et avec lui, les dégâts environnementaux, prévient M. Saleh.

« Les dommages existants ne sont pas facilement résorbables. Et même si on arrêtait tout aujourd’hui, il faudrait des années pour rattraper les dégâts ».


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background