Mohammed ben Zayed en France: «Un geste fort et symbolique» selon l’Élysée

Écrit par sur 17 juillet 2022

PARIS : À plus d’un titre la visite d’État qu’effectuera le président des Émirats Arabes Unis, le cheikh Mohammed Ben Zayed Al Nahyan, en France le lundi (18 Juillet) revêt une importance particulière.

Il s’agit de la première visite d’État de Ben Zayed depuis son élection à la présidence de son pays, le 14 mai dernier, et de la première visite d’État depuis 1991, année où les présidents François Mitterrand et le cheikh Zayed étaient à la tête de leur pays respectifs.

C’est donc « un geste fort et symbolique » qui « témoigne à la fois de la force de notre partenariat et de la proximité de nos deux pays » affirme le palais de l’Élysée.

La réaffirmation de ce partenariat sera illustrée notamment par l’annonce lundi de la création du Conseil d’affaires franco-émirien qui sera présidé pour la partie française par Patrick Pouyanné, PDG du groupe TotalEnergies et par le ministre de l’industrie Sultan Al- Jaber pour la partie émirienne.

Au-delà de la symbolique, cette visite intervient dans un contexte international et régional chargé, marqué par l’agression russe contre l’Ukraine et ses conséquences, ainsi que les négociations qui patinent sur le dossier iranien.

Axes prioritaires

Ce contexte dicte à la visite ses axes prioritaires, même si l’Élysée soutient qu’il s’agit « en premier chef de réaffirmer le partenariat entre nos deux pays », qui a été illustré par la visite du président Emmanuel Macron début décembre dernier, dans le cadre de sa tournée dans le Golfe.

Au menu des pourparlers présidentiels qui se dérouleront au cours d’un déjeuner en tête à tête au Palais de l’Élysée figurent des questions de sécurité, avec la poursuite de la lutte contre le terrorisme, ainsi que des dossiers régionaux dans le prolongement de ce que l’Élysée qualifie de « dialogue régulier et approfondi » entretenu par les deux présidents.

Les discussions porteront également sur le dossier nucléaire iranien, et selon l’Élysée, même si les choses n’avancent pas, la position de la France reste inchangée, et « il faut absolument que les négociations aboutissent et qu’on revienne au JCPoA ».

Parallèlement indique-t-on de même source, les deux pays sont soucieux de travailler à la baisse de la tension régionale et « se retrouvent sur la nécessité d’avoir des instances de dialogue et de coopération régionale, pour faire baisser la tension ».

Processus de paix

Il sera également question du processus de paix au Moyen-Orient. À cet égard, la position de la France est claire et connue, selon l’Élysée : tout en soulignant l’importante dynamique des accords d’Abraham, la France ne s’inscrit pas dans l’approche d’une résolution du conflit israélo-palestinien  par l’exclusivement économique.

Pour ce qui est de la Syrie, et en référence à la visite récente aux EAU du président syrien Bachar El-Assad, mis au ban par la France, l’Élysée estime qu’il existe une différence d’appréciation désormais « de notoriété publique, mais qui n’empêche pas qu’on travaille ensemble ».

Le Liban quant à lui sera présent sur la table des discussions surtout que le président français « parle avec des dirigeants qui peuvent contribuer avec nous à faire avancer les choses » dans ce pays.

Partenariat énergétique et stratégique

La visite verra également la signature d’un partenariat énergétique stratégique global qui portera sur l’ensemble des aspects énergétiques, dont les énergies renouvelables et aussi des annonces sur la garantie de fourniture en hydrocarbures à la France.

Selon l’Élysée la signature de cet accord aura lieu en présence des deux présidents, et portera la double signature du ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire et de la ministre de la Transition Énergétique Agnès Pannier-Runacher. Du côté émirien le signataire sera le ministre de l’Industrie Sultan Al-Jaber, également Envoyé pour le climat.

L’objectif de ce partenariat est d’identifier des projets d’investissements communs dans les domaines énergétiques en tous genres.

Parallèlement, l’Élysée affirme qu’un accord bilatéral sera finalisé sur des garanties de fournitures en quantité d’hydrocarbures, précisément le diesel « pour répondre aux besoins de la France et aux attentes des Français en termes de sécurité énergétique » dans le contexte de l’agression en Ukraine, qui à son tour fera l’objet de discussions entre les deux dirigeants.

Culture et espace

La coopération culturelle illustrée par le Louvre Abou Dhabi et la Sorbonne n’est pas en reste et sera étendue à de nouveau domaines comme la musique, de même que la coopération spatiale où les Émirats ont des ambitions tout comme la France.

Ben Zayed arrive à Paris dimanche en fin d’après-midi et sera accueilli par Bruno Le Maire. La visite d’État débutera le lendemain avec l’arrivée du président émirien à l’Hôtel National des Invalides où il sera reçu par le ministre des Armées Sébastien Lecornu.

Selon le cérémonial habituel d’une visite d’État, Ben Zayed se rendra en cortège au Palais de l’Élysée où aura lieu le déjeuner en tête à tête avec Macron.

Dans l’après-midi il s’entretiendra avec le président du Sénat Gérard Larchet, avant d’être reçu le soir par le président français au Grand Trianon à Versailles pour un dîner d’État.

Le lendemain Ben Zayed s’entretiendra avec la présidente de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet puis il rencontrera la Première ministre Élisabeth Borne à l’hôtel Matignon avant d’être accompagné, pour son départ de Paris, par la ministre de l’Europe et des affaires étrangères Catherine Colonna.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background