L’armée libanaise s’entraîne à la guerre psychologique avec une équipe américaine

Écrit par sur 16 juillet 2022

BEYROUTH : Le commandement de l’armée libanaise a annoncé qu’il participait à une formation et à des exercices de guerre psychologique en coopération avec une équipe américaine.

L’opération se déroule « dans le cadre d’un échange d’expertise et d’une formation conjointe avec des équipes spécialisées », a-t-il précisé.

Les commandos marine libanais, ainsi qu’une équipe des forces spéciales jordaniennes, ont effectué des patrouilles maritimes conjointes et un entraînement à l’occupation des plages dans le cadre de « ResoluteUnion2022 », ajoute le communiqué

Cette activité militaire intervient dans un contexte d’impasse politique au Liban. Un conflit oppose le Premier ministre désigné Najib Mikati et le Président Michel Aoun qui s’accusent mutuellement d’entraver la formation d’un nouveau gouvernement.

Cependant, Mikati devrait rendre visite à Aoun la semaine prochaine vu que les tensions entre les deux parties ont montré des signes d’apaisement.

Dans un communiqué publié jeudi soir par le bureau de presse du président, il est dit que « le président n’a jamais fermé les portes du palais présidentiel à quiconque, et encore moins au premier ministre désigné ».

Il a ajouté : « Ce qui s’est réellement passé, c’est que le président attendait une nouvelle approche de la part du premier ministre désigné à la lumière des remarques qu’il (le président) a faites sur la proposition de composition du cabinet dans le but de la protéger, étant donné les défis et les circonstances critiques et dangereuses auxquels le pays est confronté et qui ne peuvent supporter aucune erreur. »

Le bureau de Aoun a nié « toute offense au poste de Premier ministre ».

Pendant ce temps, les grèves dans le secteur public libanais ont atteint l’agence de presse nationale, qui est contrôlée par l’État, laissant les médias sans source d’information officielle.

Les manifestants réclament principalement une augmentation de salaire, car ils affirment que leur rémunération actuelle ne suffit même pas à couvrir leurs frais de transport.

Les grèves se déroulent sur fond de décision de la banque centrale d’autoriser les juges à retirer leurs salaires à un taux de change de 8 000 livres libanaises pour un dollar américain, au lieu du taux officiel de 1 507 livres pour un dollar.

Le député Ayoub Hmayed a déclaré : « La situation des citoyens est tragique et touche les autorités publiques, le secteur public, les agences de sécurité et militaires, les entrepreneurs et les retraités. »

Il a ajouté qu’« avec l’absence continue de réformes gouvernementales pour réguler le travail des institutions publiques et la paralysie qui touche toutes les installations, nous nous dirigeons vers l’inconnu. »

Pendant ce temps, les troupes libanaises ont été positionnées à l’est de la ville méridionale de Houla, face au site israélien d’Abad de l’autre côté de la frontière, en réponse au déploiement des forces israéliennes dans la zone.

Cette mesure a été prise après que deux coups de feu ont été tirés en l’air du côté israélien pour intimider un certain nombre de jeunes Libanais qui s’approchaient de la barrière frontalière du côté libanais.

Elle a également lieu moins de 48 heures après un discours incendiaire du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, concernant la démarcation de la frontière maritime avec Israël et cinq jours après que le porte-parole de l’armée israélienne, Avichay Adraee, a déclaré qu’un suspect libanais avait été arrêté après s’être déplacé du Liban vers la zone de Misgav Am en territoire israélien.

Les forces israéliennes « continueront à travailler pour empêcher toute tentative de franchir la frontière et de violer la souveraineté d’Israël », a déclaré Adraee.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background