Biden arrive en Israël pour une visite au Moyen-Orient

Écrit par sur 14 juillet 2022

JÉRUSALEM: Le président américain, Joe Biden, est arrivé mercredi en Israël pour son premier voyage au Moyen-Orient depuis son entrée en fonction.

Il s’entretiendra avec des responsables israéliens, palestiniens et saoudiens au cours de ce voyage de quatre jours.

Le président a été reçu à l’aéroport Ben Gourion par des responsables israéliens, notamment le président israélien, Isaac Herzog, le Premier ministre Yaïr Lapid, et le Premier ministre par intérim, Naftali Bennett.

Il a prononcé un discours dans lequel il s’est engagé à «faire progresser l’intégration d’Israël» au Moyen-Orient et à discuter du soutien à la solution à deux États du conflit israélo-palestinien.

«Nous continuerons à faire progresser l’intégration d’Israël dans la région», a déclaré Biden peu de temps après l’atterrissage d’Air Force One.

Le président a ensuite effectué une visite des systèmes avancés de défense antimissile d’Israël.

Israël a peaufiné sa présentation dans son principal aéroport international, montrant un système à plusieurs niveaux capable de tout intercepter, des missiles balistiques à longue portée dans l’espace aux roquettes à courte portée. Les systèmes ont été développés en partenariat avec les États-Unis.

Ils comprennent l’Iron Dome, un système de défense antiroquettes qui a intercepté des milliers de roquettes tirées par des militants de Gaza, ainsi qu’un nouveau système à base de laser appelé «Iron Beam». Ce système n’est pas encore opérationnel.

Biden a également reçu un exposé de sécurité confidentiel du ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, avant de se rendre à Jérusalem.

Le président, âgé de 79 ans, rencontrera les dirigeants israéliens cherchant à étendre la coopération contre l’Iran, ainsi que les dirigeants palestiniens frustrés par ce qu’ils décrivent comme l’incapacité de Washington à freiner l’agression israélienne.

Les déceptions permanentes de la diplomatie israélo-palestinienne ne sont pas nouvelles pour Biden, qui s’est rendu pour la première fois dans la région en 1973 après avoir été élu au Sénat.

L’Iran et Israël étaient alors alliés, tandis que l’État juif considère désormais Téhéran comme sa principale menace.

Le Premier ministre israélien par intérim, Yaïr Lapid, qui a pris ses fonctions il y a moins de deux semaines, a déclaré que les pourparlers «se concentreraient d’abord et avant tout sur la question de l’Iran».

Israël insiste sur le fait qu’il fera tout ce qui est nécessaire pour contrecarrer les ambitions nucléaires de l’Iran, et s’oppose fermement à un rétablissement de l’accord de 2015 qui a allégé les sanctions contre Téhéran.

Israël dit vouloir préparer tout Jérusalem pour accueillir le dirigeant américain, qui n’est pas revenu sur la décision controversée de l’ancien président Donald Trump de reconnaître la ville comme capitale de l’État juif.

Les Palestiniens qui revendiquent Jérusalem-Est annexée par Israël comme capitale, ont, avant cette visite, accusé Biden de ne pas avoir tenu sa promesse de redonner aux États-Unis leur rôle d’intermédiaire impartial dans ce conflit.

«Nous n’entendons que des paroles creuses et ne voyons aucun résultat», a déclaré Jibril Rajoub, un dirigeant du mouvement laïc Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas.

Biden rencontrera Abbas vendredi, dans la ville de Bethléem, en Cisjordanie occupée, mais l’on ne s’attend pas à des annonces radicales pour un nouveau processus de paix, ce qui signifie que la visite ne peut qu’aggraver la frustration palestinienne.

Israël est également embourbé dans une impasse politique avant les élections du 1er novembre, les cinquièmes en moins de quatre ans.

Les relations américano-palestiniennes ont dernièrement connu une tension à la suite du meurtre de la célèbre journaliste d’Al-Jazeera, Shireen Abu Akleh, en mai, alors qu’elle couvrait un raid de l’armée israélienne en Cisjordanie occupée.

Les Nations unies ont conclu que cette ressortissante américano-palestinienne avait été tuée par des tirs israéliens, ce que Washington a trouvé probable, mais a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve que le meurtre était intentionnel.

La famille d’Abu Akleh a exprimé son «indignation» face à la «réponse abjecte» de l’administration Biden à sa mort, et la Maison Blanche n’a pas fait de commentaire concernant sa demande de rencontrer le président à Jérusalem.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background