Ukraine: Kiev frappe les Russes dans le sud, discussions prochaines entre Moscou et Ankara

Écrit par sur 12 juillet 2022

KIEV : L’Ukraine a annoncé mardi avoir frappé dans la nuit les forces russes dans la région occupée de Kherson, dans le sud du pays, les autorités d’occupation russes l’accusant d’avoir touché des maisons.

De leur côté, les ministres des Finances de l’Union européenne ont approuvé une nouvelle aide financière d’un milliard d’euros pour l’Ukraine, portant à 2,2 milliards d’euros le total de l’assistance macrofinancière des Vingt-Sept à l’Ukraine depuis le début de l’invasion russe le 24 février.

Le Kremlin a annoncé mardi un entretien bilatéral entre les présidents russe Vladimir Poutine et turc Recep Tayyip Erdogan, en marge d’un sommet sur la Syrie le 19 juillet à Téhéran avec le dirigeant iranien Ebrahim Raïssi.

La Turquie se pose en médiatrice entre Kiev et Moscou. Parallèlement, selon Washington, l’Iran s’apprête à livrer « des centaines de drones » à la Russie.

Mercredi, la Turquie doit accueillir à Istanbul une réunion entre représentants russes, ukrainiens et de l’ONU pour discuter de la reprise des livraisons par la mer Noire de céréales bloquées dans les ports ukrainiens.

Sur le terrain, le renseignement militaire ukrainien a annoncé mardi avoir libéré lors d’une « opération spéciale » cinq Ukrainiens, dont un soldat et un ancien policier, « gardés en captivité par les occupants russes » dans la région de Kherson.

Dans la même région, l’Ukraine a annoncé avoir frappé dans la nuit de lundi à mardi les forces russes à Nova Kakhovka, tuant 52 soldats russes et détruisant un dépôt de munitions. Les autorités d’occupation russes ont accusé Kiev d’avoir touché des maisons et tué au moins sept personnes.

Le chef de l’administration militaro-civile installée dans cette localité par les forces russes, Vladimir Leontiev, a dénoncé un « acte de terrorisme ». Ekaterina Goubareva, une vice-dirigeante de l’administration d’occupation de la région de Kherson, a accusé les forces ukrainiennes d’avoir utilisé des lance-roquettes multiples américains Himars.

Limitrophe de la péninsule de Crimée annexée par Moscou en 2014, la région de Kherson est largement occupée par les forces russes. L’armée ukrainienne y mène depuis plusieurs semaines une contre-offensive alors que le gros des troupes russes est déployé dans la région minère du Donbass, dans  l’est.

Frappes sur Mykolaïv

Egalement dans le sud, les forces russes ont lancé mardi des frappes « massives » de missiles sur Mykolaïv, touchant deux établissements médicaux et des immeubles d’habitation, selon le maire Oleksandre Senkevytch.

Ces attaques, menées vers 04H00 (01H00 GMT) avec au moins 19 missiles Smerch et Tornado, ont fait 12 blessés, selon le gouverneur de la région de Mykolaïv, Vitaly Kim.

« La terreur russe a franchi depuis longtemps la ligne au-delà de laquelle il est devenu évident pour beaucoup dans le monde civilisé que punir la Russie, un Etat terroriste, pour tout ce qu’elle a fait en Ukraine est une question de sécurité mondiale », a commenté le président ukrainien Volodymyr Zelensky sur Telegram.

L’armée russe, elle, a affirmé avoir détruit un système Harpoon avec un missile Iskander à Berezan, dans la région d’Odessa, toujours dans le sud, ainsi que des unités militaires et des dépôts de munitions dans le district de Matviivka de la région de Mykolaïv.

Elle a également affirmé que le nombre de « mercenaires étrangers » combattant pour l’Ukraine était en « baisse constante », faisant état de l’arrivée à Zamosc (Pologne) le 6 juillet de cinq d’entre eux en partance pour l’Ukraine, deux Britanniques et trois Américains, et donnant leurs noms.

La Russie a affirmé mi-juin avoir déjà tué plus de 2.000 combattants étrangers.

Dans l’est de l’Ukraine, Kiev s’attend à une nouvelle offensive russe dans la région de Donetsk, formant le bassin du Donbass avec celle de Lougansk dont les forces russes affirment s’être emparées début juillet. Le Donbass est partiellement contrôlé depuis 2014 par des séparatistes soutenus par Moscou.

«Le front se rapproche»

Le bilan du bombardement russe dimanche d’un immeuble d’habitation à Tchassiv Iar, dans la région de Donetsk, a grimpé à au moins 35 morts, selon la branche locale des services de secours ukrainiens.

A Bakhmout, dans la région de Donetsk, des tirs d’artillerie se faisaient entendre mardi dans un centre-ville quasi déserté. Derrière la mairie, une trentaine de personnes attendaient d’être évacuées dans deux minibus en partance pour Dnipro, affrétés par l’ONG Rescue Now.

« Je voudrais évacuer moi aussi, mais mes parents ne veulent pas », confie à l’AFP Sofyia, une petite blonde de 8 ans en les regardant embarquer avec envie. « Tout le monde est parti, je n’ai plus qu’un seul copain ici ».

« Le front se rapproche », observe Dmytro Podkuyidko, un responsable de la mairie. Selon lui, quelque 27.000 personnes ont fui la ville depuis le début de la guerre, sur 73.000 habitants selon un chiffre de 2020.

De 10 à 30 personnes partent selon lui chaque jour dans les évacuations organisées par la mairie. Sa famille est déjà à Dnipro: « Si cela empire, je finirai par partir aussi », dit-il.

A Moscou, l’ambassade de la région séparatiste de Donetsk doit être inaugurée mardi, en présence du ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov.

Lundi, la Russie a annoncé faciliter l’accès à la nationalité russe pour tous les Ukrainiens, élargissant une mesure qui jusqu’ici s’appliquait aux territoires ukrainiens qu’elle occupe.

Sur le front de l’économie, le commissaire européen à la Justice Didier Reyders a annoncé qu’environ 13,8 milliards d’euros d’avoirs d’oligarques et autres entités avaient été gelés dans l’Union européenne à la suite des sanctions contre la Russie après l’invasion de l’Ukraine.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background