Réduction de la dépense publique: Bruno Le Maire laisse la main au Parlement

Écrit par sur 10 juillet 2022

PARIS: Trois jours après l’avertissement de la Cour des comptes sur la dégradation des finances publiques, Bruno Le Maire a annoncé dimanche confier aux parlementaires le soin de lui adresser des propositions de réduction de la dépense publique.

En plus des deux « priorités » que sont le pouvoir d’achat et le plein emploi, « je propose que nous changions radicalement de méthode pour réduire les dépenses » de l’État, a indiqué le ministre des Finances à l’occasion des Rencontres économiques d’Aix-en-Provence.

« Je propose que ce soient les parlementaires qui se saisissent du sujet, et plus le gouvernement », a ajouté le n°2 de l’exécutif, qui a confirmé la présence du député Renaissance Daniel Labaronne au sein d’une « task force qui va repenser en profondeur la dépense publique ».

« Je considère que les seuls qui ont la légitimité pour faire ce travail, ce sont les députés et les sénateurs », a jugé Bruno Le Maire, qui a tout de même écarté d’emblée « les économies de bouts de chandelle ».

« Le petit coup de rabot sur les 5 euros d’APL (aides personnalisées au logement), pas sûr que ce soit notre plus grand succès du dernier quinquennat », a-t-il ironisé.

Il a également proposé d’organiser à la rentrée des « Assises des finances publiques » afin de « regarder ensemble, parlementaires et gouvernement, à quels choix nous arrivons ».

La mission confiée par Bercy aux parlementaires s’annonce d’ampleur, avec un déficit public à 6,4% du PIB et une dette à 112,5% de la richesse nationale fin 2021.

AIDES CIBLÉES SUR LE CARBURANT: AUSSI POUR LES «CLASSES MOYENNES», SELON LE MAIRE

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire souhaite que « les classes moyennes » bénéficient des aides ciblées sur le carburant qui remplaceront le bouclier tarifaire sur les prix de l’énergie l’an prochain, et les Français qui y sont éligibles seront prévenus par sms, a-t-il dit dimanche dans un entretien à LCI.

« C’est important d’aider des classes moyennes qui travaillent, qui font tourner la nation, pour dire les choses simplement, et qui n’ont pas d’autre choix que de prendre leur voiture pour aller travailler », a plaidé le ministre en marge des Rencontres économiques d’Aix-en-Provence.

« Moi je serai très attentif à ce que ces classes moyennes qui parfois tirent la langue parce que le carburant augmente, que tout augmente, elles puissent aussi continuer à travailler: elles font la force de la nation, elles font tourner les entreprises, les usines, les administrations », a détaillé M. Le Maire.

« Une femme qui est seule avec deux enfants, qui touche 3.000 euros de revenus par mois, elle a un revenu qui est substantiel: pour moi, elle doit avoir droit à cette aide », a-t-il affirmé à titre d’exemple.

« Un couple qui a deux enfants et dont chacun gagne 1.800 euros, soit 3 600 euros avec deux enfants, c’est déjà un niveau de revenus qui est significatif mais pas très élevé, c’est la classe moyenne: pour moi, cette famille-là doit avoir droit à cette indemnité », a-t-il poursuivi.

« Je ne veux pas préempter le débat, moi c’est la proposition que je fais. Après je suis ouvert évidemment, à l’Assemblée nationale, à débattre de ce sujet avec les parlementaires » a-t-il ajouté. « C’est un vrai beau débat politique: qui est-ce que nous aidons, jusqu’à quel niveau, pour quel objectif  ? »

En outre le ministre de l’Économie a promis un dispositif « simple »: « sur le site de la direction générale des finances publiques, vous inscrivez votre voiture (…) et vous touchez cette indemnité », a-t-il déclaré.

« On va même faire quelque chose de tout à fait nouveau: c’est la direction générale des Finances publiques, à ma demande, qui va envoyer des sms, envoyer des mails aux gens qui ont droit à cette indemnité », a-t-il annoncé.

« On va faire une démarche proactive », a-t-il conclu.

Jeudi, le gouvernement avait annoncé qu’une aide ciblée sur les personnes qui prennent leur voiture pour aller travailler prendrait le relais en octobre de la remise générale de 18 centimes sur le prix du litre de carburant, qui va diminuer progressivement puis s’éteindre définitivement en décembre.

Dans son dernier rapport sur la situation des finances publiques, publié jeudi, la Cour des comptes s’est inquiétée des milliards de nouvelles dépenses dégainés cette semaine par le gouvernement pour soutenir ménages et entreprises face à la forte inflation (5,8% sur un an en juin selon l’Insee).

Celles-ci « vont venir détériorer le déficit 2022 par rapport au scénario de la loi de finances initiales », qui prévoyait un déficit à 5% du PIB fin 2022, un objectif récemment confirmé par le gouvernement mais soumis à de « nombreux aléas », selon les magistrats financiers de la rue Cambon.

Le gouvernement assure de son côté que les dépenses nouvelles seront compensées par des recettes fiscales particulièrement dynamiques.

En matière fiscale justement, Bruno Le Maire a réitéré dimanche sa proposition d’affecter « toutes les recettes de la fiscalité sur les énergies fossiles » à la lutte contre le réchauffement climatique.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background