Pouvoir d’achat: Bergé (LREM) ouverte à des «compromis» mais «pas à n’importe quel prix»

Écrit par sur 10 juillet 2022

PARIS: La cheffe de file des députés LREM Aurore Bergé s’est dite ouverte à des « compromis » avec l’opposition sur le projet de loi pouvoir d’achat, mais « pas à n’importe quel prix », dimanche dans le JDD.

« Ce ne sera pas le ‘n’importe quoi qu’il en coûte !’. Si c’est 35 milliards de dépenses supplémentaires pour bloquer le prix de l’essence, ce serait une irresponsabilité absolue », estime-t-elle.

Dans une Assemblée sans majorité absolue pour les macronistes, « oui, nous avons besoin d’avoir une recherche absolue et permanente du compromis. Mais on ne le fera pas à n’importe quel prix », souligne la présidente du groupe LREM, désormais baptisé Renaissance.

Aurore Bergé évoque de possibles discussions avec « l’arc républicain », dont elle exclut « l’extrême droite » RN et « l’extrême gauche » LFI.

Après Bruno Le Maire la veille, le ministre des Comptes publics Gabriel Attal a à son tour évoqué samedi dans Le Parisien des pistes de négociations pour compléter ce projet de loi, par exemple sur la « défiscalisation des heures supplémentaires », susceptible de plaire à LR.

« Nous avons en partie rétabli dans le quinquennat précédent la défiscalisation des heures supplémentaires. Certains élus voudraient aller plus loin encore, on peut y réfléchir. C’est cohérent avec notre souhait que le travail paye plus », dit-il.

« Le paquet pouvoir d’achat prévoit par ailleurs une indemnité carburant travailleurs qui pourrait aller jusqu’à 300 euros pour les salaires les plus bas. Les parlementaires voudraient que davantage de Français y soient éligibles, c’est aussi une piste, notamment en faveur des classes moyennes », ajoute le ministre de 33 ans.

Les députés examinent ce projet de loi de « mesures d’urgence pour le pouvoir d’achat » à partir de lundi en commission. Il est attendu dans l’hémicycle le lundi suivant 18 juillet.

Parmi les principales mesures de ce texte figurent les revalorisations anticipées de 4% des pensions de retraite et des prestations sociales, l’augmentation de 3,5% du traitement des agents publics, un chèque alimentaire de 100 euros, auquel il faudra ajouter 50 euros par enfant.

On y trouve également la prolongation de la remise carburant de 15 à 18 centimes et du bouclier tarifaire sur l’énergie, la suppression de la redevance ou encore le triplement de la prime Macron (prime exceptionnelle de pouvoir d’achat, défiscalisée et désocialisée).


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background