Inspirés par l’Ukraine, des civils taïwanais se forment à la guérilla urbaine

Écrit par sur 7 juillet 2022

NOUVEAU TAIPAI: En tenue de camouflage, fusil d’assaut à la main, le « Prof » Yeh risque un regard depuis derrière un véhicule. Il observe les environs et attend le signal d’avancer.

Dans la vraie vie, Yeh, 47 ans, travaille dans le marketing. Son arme est une réplique. Mais le temps d’un weekend, il s’est enrôlé dans un cours de guérilla urbaine pour se préparer à une invasion chinoise de Taïwan, une perspective très réelle selon lui.

« La guerre Russie-Ukraine, c’est la grande raison pour laquelle je suis venu à cet atelier », explique « Prof » – son « nom de guerre » pendant l’entraînement – pendant une pause entre deux séances.

Quand le président russe Vladimir Poutine a ordonné à ses troupes d’envahir l’Ukraine en février, il a réveillé les craintes les plus noires chez de nombreux Taïwanais.

L’île démocratique vit sous la menace permanente de la Chine communiste, qui la considère comme une partie de son territoire et s’est jurée de la reprendre un jour.

Mais pour Yeh, la guerre en Ukraine est aussi une source d’inspiration. La résistance acharnée des forces ukrainiennes lui a donné l’espoir qu’en employant les bonnes tactiques, Taïwan aura une chance de se défendre contre son puissant voisin.

Il n’est pas le seul. Depuis février, le nombre de participants à la formation au combat de rue a quadruplé, selon les organisateurs. Les Taïwanais se bousculent également dans les cours de maniement d’armes à feu et de premiers secours.

A Taïwan, les inquiétudes concernant la Chine couvaient déjà bien longtemps avant l’invasion de l’Ukraine. Selon Max Chiang, le patron de l’entreprise qui organise les formations, les Taïwanais ont développé « un sens aigu de la crise » depuis 2020, quand les avions militaires chinois ont commencé à multiplier les incursions dans la zone d’identification de défense aérienne de l’île.

Environ 380 de ces sorties aériennes menaçantes ont été signalées cette année-là. Le nombre a plus que doublé en 2021, et est en passe de faire de même cette année, selon une base de données de l’AFP.

Supériorité écrasante 

La supériorité militaire de Pékin face à Taipei est écrasante. Selon le ministère américain de la Défense, l’Armée populaire de libération compte plus d’un million d’hommes, contre 88.000 pour l’armée taïwanaise, 6.300 chars contre 800, et 1.600 avions de chasse contre 400.

Mais l’Ukraine a fourni un modèle très concret de comment réduire les effets de cette disparité. Elle a notamment démontré à quel point le combat pour le contrôle des villes pouvait s’avérer difficile et coûteux pour l’assaillant. Or la plupart des 23 millions de Taïwanais habitent dans des zones urbaines.

Courant en colonne à travers le parking, s’abritant derrière des bâtiments et des véhicules pour simuler l’attaque de positions ennemies, Yeh et ses quinze coéquipiers tentent de mettre en pratique certaines des leçons apprises dans les villes ukrainiennes dévastées.

« La meilleure défense, c’est l’attaque », affirme Yeh alors que non loin de là, ses instructeurs vêtus de gilets fluo prennent des notes. « Ou pour dire les choses crûment: anéantir l’ennemi et freiner toutes ses avancées ».

Dans un entrepôt à côté du parking, Ruth Lam, 34 ans, tient entre ses mains un pistolet pour la première fois de sa vie. Cette employée d’un fabriquant d’ampoules pour automobiles raconte que la plupart de ses clients européens lui affirmaient qu’il n’y aurait jamais de guerre en Ukraine.

« Mais c’est arrivé », dit-elle.

«Penser au parapluie avant l’averse»

Elle espère qu’apprendre le maniement des armes lui permettra de se protéger, elle et sa famille, en cas de guerre. Elle prévoit d’approfondir son apprentissage en compagnie de ses amis. « C’est avant l’averse qu’il faut penser à son parapluie », poursuit-elle. « Nous ne savons pas quand les choses vont se produire ».

Selon un sondage réalisé en mai, 61,4% des personnes interrogées se déclarent prêtes à prendre les armes en cas d’invasion de l’île.

« La volonté du peuple ukrainien de lutter contre l’agresseur a renforcé la détermination des Taïwanais de protéger leur patrie », explique à l’AFP Chen Kuan-ting, qui dirige le groupe de réflexion NextGen Foundation.

Lin Ping-yu, un ancien parachutiste, qui participe au cours de guérilla urbaine « pour rafraîchir ses connaissances en matière de combat », est du même avis.

« Ce n’est que quand les citoyens d’un pays ont la forte volonté et la détermination de défendre leur terre qu’ils peuvent convaincre la communauté internationale de les aider », affirme cet homme de 38 ans.

Pour Yeh, la question n’est pas de savoir s’ils devront ou non un jour mettre en pratique leurs nouvelles connaissances, mais quand.

Il cite l’exemple de Hong Kong, où Pékin mène une sévère reprise en main ces dernières années. Pour lui, « Taïwan est le prochain ».


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background