France: Un influenceur jugé pour escroquerie massive aux aides Covid

Écrit par sur 6 juillet 2022

PARIS : Il est soupçonné d’avoir monté une escroquerie massive aux aides Covid via les réseaux sociaux: le tribunal de Paris se prononce mercredi sur le sort de Paul A. alias « PA7 » et de ses six coprévenus.

Cet homme de 24 ans, qui postait en 2021 des photos de lui devant une voiture de luxe et une piscine à Dubaï où il s’était installé, a comparu mi-juin, notamment pour escroquerie en bande organisée.

Le ministère public a requis à son encontre sept ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende.

Il a reconnu avoir mis en place un « business » au moment de la crise sanitaire: remplir des formulaires falsifiés, au nom d’auto-entrepreneurs ou d’indépendants, pour le fonds de solidarité aux entreprises mis en place en mars 2020.

Ses « clients » étaient recrutés via des « publicités » sur les réseaux sociaux, de courtes vidéos où il lançait par exemple: « Y a 4 500 euros à prendre. T’es entrepreneur, tu envoies un message sur le whatsapp, en 48 heures. Let’s go for the show ».

De nombreuses tentatives ne passaient pas mais d’autres ont fonctionné: sur l’argent public versé, il prenait alors une commission – pouvant aller jusqu’à 40% selon l’accusation.

Le ministère public l’a relié, entre mars 2020 et juillet 2021, à près de 700 demandes frauduleuses, pour 33,8 millions d’euros réclamés et 7,5 millions effectivement versés – soit plus de 3 millions en commissions.

Des montants réfutés par « PA7 », son avocate estimant qu’il avait en réalité empoché « un million d’euros maximum ». Parlant d’une « jeune homme immature », loin du « grand banditisme », qui a reconnu les faits, Me Carole Foissy a mis en garde dans sa plaidoirie contre la tentation d’en « faire un exemple ».

Contre son « meilleur ami », âgé de 24 ans, qui l’avait accompagné à Dubaï où ils ont « flambé » pendant quelques mois, la procureure a requis six ans d’emprisonnement et 80.000 euros d’amende.

Soulignant qu’il n’a aucun casier et a lui aussi admis sa participation, son avocat a réclamé « une peine qui lui permette de retrouver la liberté ».

Deux à quatre ans de prison avec, selon les cas, des amendes allant jusqu’à 80 000 euros, ont été requis contre trois autres prévenus, soupçonnés d’avoir participé à l’escroquerie.

L’accusation a demandé quatre mois avec sursis pour un « client » de « PA7 » – des procédures parallèles visent les autres bénéficiaires indus présumés.

Une dernière prévenue, absente, est visée par un mandat d’arrêt.

« PA7 » comptait encore au début du procès 51.000 abonnés sur Snapchat, mais ce chiffre a depuis chuté. Il avait changé son statut en mentionnant: « en prison actuellement » – depuis son placement en détention provisoire à l’été 2021, des portables ont été retrouvés à plusieurs reprises dans sa cellule.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background