Aéroports : calme à Roissy malgré de nouvelles grèves à l’orée de la haute saison

Écrit par sur 1 juillet 2022

PARIS: Roissy-Charles-de-Gaulle était encore calme vendredi matin alors que plusieurs aéroports français s’attendent à de nouvelles grèves pour les salaires ce week-end, avec des annulations et retards prévus à l’orée des vacances scolaires d’été.

À 8h30, au Terminal 2E du premier aéroport français (CDG) dont partent des vols internationaux hors espace Schengen, peu de rouge venait perturber le planning des départs affichés sur les écrans.

La majorité des vols était annoncée à l’heure, quelques-uns étant prévus avec en moyenne 30 minutes de retard. Un seul, à destination de Beyrouth, était annulé.

« Ah, je ne savais pas qu’il y avait une grève », lance Farida Bakir, joyeuse à l’idée de son départ en Algérie. « Ça fait seize ans que je n’y suis pas allée », raconte cette aide-soignante de 60 ans.

Dans une longue file d’attente vers l’embarquement, Richard Boland rafraîchit la page web de sa compagnie aérienne. « Mon vol a été annulé hier, j’ai dû revenir aujourd’hui », explique-t-il.

Ce professionnel des ventes doit rentrer à Dublin après des vacances en France mais l’enregistrement pour son vol, qui affiche déjà une demi-heure de retard, n’est toujours pas ouvert, ni en ligne, ni aux guichets. « Il y a quelque chose qui cloche, on n’a aucune information, il n’y a personne de la compagnie aérienne et c’est le problème ».

« 208.000 passagers sont prévus », a indiqué à l’AFP une source aéroportuaire, précisant que la situation était « plutôt calme ». « Le terminal est fluide », a renchéri un porte-parole d’Air France.

Tous ne pourront pas embarquer aujourd’hui, car 17% des vols sont annulés aux départs ou à l’arrivée de CDG entre 07h00 et 14h00, selon la Direction générale de l’aviation civile (DGAC).

Les annulations préventives, qui représenteront 10% des mouvements d’aéronefs à CDG sur l’ensemble de la journée, ont été décidées par mesure de sécurité car les pompiers sont en grève depuis jeudi, contraignant à fermer une partie des pistes.

Les soldats du feu « revendiquent une prime de technicité et une revalorisation de la grille » des salaires, vu « les difficultés de recrutement », a expliqué à l’AFP Daniel Bertone, secrétaire général CGT du gestionnaire de l’aéroport, le Groupe ADP.

En outre, vendredi et tout le week-end, les salariés des plate-formes aéroportuaires parisiennes sont appelés à rejoindre une grève « multisectorielle » et intersyndicale, comprenant ADP et ses sous-traitants.

Diminution du personnel

À l’appel d’une intersyndicale FO-CGT-CFE-CGC, un préavis de grève a également été déposé de vendredi à lundi à Marseille-Provence, mais sa direction ne prévoyait jeudi soir ni annulation ni retard, des personnels ayant été réquisitionnés par arrêté préfectoral.

Les grévistes dénoncent une restructuration visant, selon le délégué syndical FO Olivier Traniello, à « diminuer drastiquement le personnel (…) alors qu’on revient à un trafic de 2019, voire supérieur, avec des équipes qui ne sont plus prêtes et armées pour y faire face ». Ils protestent aussi contre des diminutions de primes.

Les salariés d’ADP réclament pour leur part des augmentations de salaires de 6%, rétroactives au 1er janvier, tandis que la direction propose 3% au 1er juillet, selon les syndicats. ADP n’a pas souhaité faire de commentaire sur ce point.

ADP, touché comme l’ensemble du secteur aérien par la pandémie, a lancé un plan de départs volontaires et de réductions de salaires, assorties de la promesse d’un retour au même niveau de traitement une fois le trafic revenu au niveau d’avant-crise.

Or, celui-ci dépasse déjà les 100% sur la même période en 2019 pour certains faisceaux, a remarqué M. Bertone. « Il y a 71% du personnel qui est toujours sous son salaire de 2019 » malgré la reprise.

Alors que le préavis court jusqu’à dimanche inclus chez ADP, le groupe a invité comme jeudi les passagers à arriver « trois heures (avant) pour un vol international » et « deux heures pour un vol domestique ou européen ».

L’été s’annonce très difficile dans le secteur aérien européen qui peine à retrouver son efficacité après la pandémie et connaît de nombreux mouvements sociaux.

Le gouvernement va « continuer à échanger avec les syndicats pour trouver une sortie de crise », a assuré Olivia Grégoire, porte-parole du gouvernement, sur LCI vendredi matin. « L’idée que nos compatriotes ne puissent pas partir en vacances n’est pas viable », a-t-elle ajouté.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background