Banquiers et assureurs misent sur le Tour de France pour se faire aimer

Écrit par sur 30 juin 2022

PARIS : LCL, Groupama, AG2R, Cofidis, Arkéa : nombreuses sont les marques de la banque et de l’assurance qui ont choisi de s’associer au Tour de France dont le départ sera donné vendredi, une stratégie favorable à leur activité et à leur image et plébiscitée au-delà du cyclisme.

C’est avant tout « la visibilité et la notoriété » apportées par un tel événement qui ont convaincu Arkéa, explique à l’AFP le directeur de la communication institutionnelle de cette filiale du Crédit Mutuel Cédric Malengreau, sponsor avec la société d’intérim Samsic d’une équipe alignée au départ de la Grande Boucle.

Cet enjeu est capital dans un secteur concurrentiel où les produits se ressemblent. A l’heure de la souscription d’un crédit ou d’une assurance, il faut à tout prix figurer parmi les premières marques qui viendront spontanément à l’esprit du client potentiel, puisque rares seront ceux qui étudieront plus de trois offres avant de faire leur choix.

Le Tour de France semble répondre parfaitement à cet objectif de « présence à l’esprit »: plus de 42 millions de personnes l’ont regardé l’an dernier sur les antennes de France Télévisions.

Le cyclisme est également bénéfique à l’image d’une marque, qui se voit associée à un certain nombre de valeurs. En vrac: « esprit d’équipe, solidarité, performance, dépassement de soi », liste Katia Caniot, directrice de la communication de Cofidis, dont une équipe porte les couleurs depuis 1996.

Tout cela a un prix: faire vivre une équipe professionnelle coûte entre 15 et 25 millions chaque année.

Tous les publics

Populaire, le cyclisme est un sport accessible dont les grandes compétitions sont gratuites: nul besoin de s’acquitter d’une place pour voir passer ses idoles sur le bord de la route, une proximité avec le grand public mise en avant par les sponsors.

Le Tour « permet aussi de faire du business sur le marchés des entreprises », explique à l’AFP Julie Terzulli, responsable du sponsoring au sein de LCL, qui décerne chaque jour un maillot jaune symbolique à un entrepreneur, dans chacune des régions traversées.

« C’est un sport qui offre une bonne capacité d’accueil VIP et permet d’inviter des clients importants pour leur faire suivre des moments de grande intimité avec l’équipe, voire même les embarquer dans la voiture du directeur sportif », abonde M. Malengreau.

Les salariés des entreprises en question sont également sollicités, dans les agences des villes étapes jusque sur les chars de la caravane publicitaire pour ceux de Cofidis.

Via des partenariats avec des compétitions à l’international, comme le Tour d’Espagne, du Portugal ou de Hongrie, les entreprises n’hésitent pas non plus à décliner leur sport fétiche pour y développer leur activité sur place.

Réchauffer son image

Le cyclisme ne fait pas exception. Parmi les grandes banques françaises, chacune a sa chasse gardée: le tennis pour BNP Paribas, le football pour Crédit Agricole, le rugby pour la Société Générale. Le groupe BPCE, rassemblant les Banques Populaires et les Caisses d’Épargnes, est sponsor des jeux Olympiques de Paris 2024.

La Banque Postale fait bande à part: elle a choisi à l’orée de la décennie 2010 de réaffecter le budget alloué à la Route du Rhum, célèbre course à la voile, à un programme de mécénat baptisé L’envol. Sa maison mère La Poste reste néanmoins partenaire des arbitres de football, rugby, handball et basketball.

Le secteur de la banque et de l’assurance investit massivement le champ du sport car il en a besoin pour gommer une image parfois « froide et peu sexy », avance le directeur de la communication de Groupama Sylvain Burel en y ramenant « de l’émotion, de l’identification ». L’assureur est associé cette année avec la Française des Jeux dans l’équipe Groupama-FDJ.

L’événement sportif « est synonyme de passion, de spectacle », abonde Magali Tezenas du Montcel, déléguée générale de l’organisation interprofessionnelle Sporsora, il vient « réchauffer » l’image des banquiers et assureurs, souvent malmenée.

Avec, toutefois, le risque de cas de dopage, qui plane sur la compétition: Sylvain Burel « a conscience des enjeux potentiellement négatifs » d’un éventuel scandale éclaboussant sa marque, mais les considère inférieurs aux avantages.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background