Macron ou la difficile équation de trouver une majorité parlementaire

Écrit par sur 29 juin 2022

PARIS: La nouvelle Assemblée nationale française issue des élections législatives du 19 juin entre en fonction mardi, alors que le président Emmanuel Macron recherche toujours une majorité parlementaire mais se heurte à une opposition décidée à ne pas lui faire de cadeau.
PARIS: La nouvelle Assemblée nationale française issue des élections législatives du 19 juin entre en fonction mardi, alors que le président Emmanuel Macron recherche toujours une majorité parlementaire mais se heurte à une opposition décidée à ne pas lui faire de cadeau.

Le chef de l’Etat français a confirmé samedi sa « confiance » en la Première ministre Elisabeth Borne, dont le sort faisait l’objet de spéculations, et l’a chargée de sonder si un « accord de gouvernement » est possible.

Il lui a également demandé de former un « nouveau gouvernement d’action » d’ici début juillet. Mme Borne a entamé ses consultations dès lundi.

Emmanuel Macron a néanmoins souligné que ces discussions se feront dans le « cadre du projet présidentiel et de celui de la majorité présidentielle qui pourra être amendé ou enrichi ». Avec pour ligne rouge de n’augmenter « ni les impôts, ni la dette ».

Confortablement réélu en avril, le président français a subi un sérieux revers au second tour des législatives le 19 juin en perdant sa majorité absolue à l’Assemblée nationale.

Depuis lors, la France est plongée dans l’incertitude, elle qui est peu habituée à des coalitions de gouvernement contrairement à de nombreux autres pays européens.

D’autant que le président français a écarté la possibilité d’un accord avec le Rassemblement national (RN, extrême droite) et La France insoumise (LFI, gauche radicale), deux formations qui, selon lui, « ne s’inscrivent pas comme des partis de gouvernement ». Elles ont toutes deux fait une entrée massive à l’Assemblée.

Les alliés possibles, « ce sera des communistes aux LR » (Les Républicains, parti de droite), a-t-il indiqué.

Mais au sein même de la majorité présidentielle, certains sont sceptiques. Un proche allié de M. Macron, François Bayrou, ne pense pas que des « accords d’appareil » ou une « coalition » soient possibles avec des oppositions mais croit plutôt « à un gouvernement des bonnes volontés et aux majorités d’idées ».

Et l’opposition refuse tout accord général.

Chez Les Républicains, principale formation vers laquelle semble se tourner le président et qui dirige la chambre haute du Parlement, le nouveau patron des députés, Olivier Marleix, a refusé « de servir de béquille au pouvoir ».

« Aujourd’hui, on a beaucoup mieux à faire que de se vendre individuellement, c’est d’obtenir des avancées pour les Français », a-t-il dit lundi sur la radio Europe 1, « excluant » que des députés LR acceptent de rentrer dans le gouvernement.

Les Républicains vont « tout faire pour converger avec le gouvernement » lors de l’examen du texte sur le pouvoir d’achat, mais seront « exigeants » sur le financement, a-t-il précisé.

Trio féminin

Car la France, à l’instar d’autres pays européens, affronte une flambée de l’inflation, et le gouvernement prépare des mesures pour la sauvegarde du pouvoir d’achat des Français.

Le texte gouvernemental en préparation propose la hausse de 4% d’une série de prestations sociales.

La gauche radicale de Jean-Luc Mélenchon s’apprête également à déposer « une grande loi d’urgence sociale ».

La nouvelle Assemblée entre en fonction mardi à 13H00 GMT, et doit élire son président.

Avec Mme Borne et l’élection la semaine dernière d’Aurore Bergé pour présider le groupe du parti présidentiel Renaissance à l’Assemblée nationale, ce trio de femmes au pouvoir est aussi inédit en France.
Le chef de l’Etat français a confirmé samedi sa « confiance » en la Première ministre Elisabeth Borne, dont le sort faisait l’objet de spéculations, et l’a chargée de sonder si un « accord de gouvernement » est possible.

Il lui a également demandé de former un « nouveau gouvernement d’action » d’ici début juillet. Mme Borne a entamé ses consultations dès lundi.

Emmanuel Macron a néanmoins souligné que ces discussions se feront dans le « cadre du projet présidentiel et de celui de la majorité présidentielle qui pourra être amendé ou enrichi ». Avec pour ligne rouge de n’augmenter « ni les impôts, ni la dette ».

Confortablement réélu en avril, le président français a subi un sérieux revers au second tour des législatives le 19 juin en perdant sa majorité absolue à l’Assemblée nationale.

Depuis lors, la France est plongée dans l’incertitude, elle qui est peu habituée à des coalitions de gouvernement contrairement à de nombreux autres pays européens.

D’autant que le président français a écarté la possibilité d’un accord avec le Rassemblement national (RN, extrême droite) et La France insoumise (LFI, gauche radicale), deux formations qui, selon lui, « ne s’inscrivent pas comme des partis de gouvernement ». Elles ont toutes deux fait une entrée massive à l’Assemblée.

Les alliés possibles, « ce sera des communistes aux LR » (Les Républicains, parti de droite), a-t-il indiqué.

Mais au sein même de la majorité présidentielle, certains sont sceptiques. Un proche allié de M. Macron, François Bayrou, ne pense pas que des « accords d’appareil » ou une « coalition » soient possibles avec des oppositions mais croit plutôt « à un gouvernement des bonnes volontés et aux majorités d’idées ».

Et l’opposition refuse tout accord général.

« Aujourd’hui, on a beaucoup mieux à faire que de se vendre individuellement, c’est d’obtenir des avancées pour les Français », a-t-il dit lundi sur la radio Europe 1, « excluant » que des députés LR acceptent de rentrer dans le gouvernement.

Les Républicains vont « tout faire pour converger avec le gouvernement » lors de l’examen du texte sur le pouvoir d’achat, mais seront « exigeants » sur le financement, a-t-il précisé.

Trio féminin

Car la France, à l’instar d’autres pays européens, affronte une flambée de l’inflation, et le gouvernement prépare des mesures pour la sauvegarde du pouvoir d’achat des Français.

Le texte gouvernemental en préparation propose la hausse de 4% d’une série de prestations sociales.

La gauche radicale de Jean-Luc Mélenchon s’apprête également à déposer « une grande loi d’urgence sociale ».

La nouvelle Assemblée entre en fonction mardi à 13H00 GMT, et doit élire son président.

Avec Mme Borne et l’élection la semaine dernière d’Aurore Bergé pour présider le groupe du parti présidentiel Renaissance à l’Assemblée nationale, ce trio de femmes au pouvoir est aussi inédit en France.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background