Le roi Abdallah II de Jordanie soutient l’idée d’une «Otan du Moyen-Orient»

Écrit par sur 24 juin 2022

LONDRES: Le roi Abdallah II de Jordanie a affirmé qu’il soutenait l’idée d’une alliance militaire au Moyen-Orient, conçue sur le modèle de l’Otan.

Lors d’un entretien avec Hadley Gamble sur la chaîne CNBC, le roi a déclaré qu’une telle alliance pourrait travailler avec des pays partageant les mêmes idées, mais a souligné que sa mission devrait être claire dès le départ.

«J’aimerais que d’autres pays de la région participent à ce projet. Je serais l’une des premières personnes à soutenir une Otan du Moyen-Orient», a indiqué le roi Abdallah. «L’énoncé de mission doit être extrêmement clair. Sinon, tout le monde sera perdu», a-t-il ajouté.

Le roi a précisé qu’il considérait déjà son pays comme un «partenaire» de l’Otan, la Jordanie ayant travaillé en étroite collaboration avec l’organisation et ses troupes ayant combattu «côte à côte» avec les forces de l’Otan par le passé.

Outre la coopération sécuritaire et militaire, une alliance plus étroite au Moyen-Orient pourrait aider à relever les défis découlant de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, notamment en ce qui concerne les prix de l’énergie et des matières premières, a estimé le roi. «Nous nous réunissons tous et nous nous demandons: “comment pouvons-nous nous entraider?”, ce qui est, je pense, très inhabituel pour la région», a-t-il déclaré.

«Si je vais bien et que vous n’allez pas bien, c’est moi qui vais finir par en payer le prix. J’espère que vous verrez en 2022 une nouvelle dynamique dans la région où nous nous demandons:“Comment nous connecter les uns aux autres et travailler les uns avec les autres ?”»

Le roi a également évoqué la menace déstabilisatrice que représente l’Iran pour la sécurité de la région et pour la crise israélo-palestinienne. Deux dossiers susceptibles de perturber les projets de développement dans la région.

«S’ils ne se parlent pas, cela crée des insécurités et une instabilité dans la région qui affectera les projets régionaux. Personne ne veut de guerre, personne ne veut de conflit», a-t-il lancé, ajoutant qu’il restait à voir si les pays de la région pouvaient œuvrer à la réalisation d’une vision où “la prospérité est la règle du jeu”.»


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background