Covid-19: la septième vague monte

Écrit par sur 24 juin 2022

PARIS: Sitôt élu président de la République en avril, Emmanuel Macron se retrouve sanctionné par les électeurs aux élections législatives de juin.

Le verdict des urnes a été d’une brutalité telle qu’il a enrayé tous les rouages de la «macronie». À peine quelques semaines après sa reconduction dans ses fonctions, le président est amputé de sa majorité parlementaire absolue, et va devoir composer avec une majorité relative.

Comment interpréter ce changement d’humeur électoral, cette volonté d’obstruer l’action parlementaire, de freiner le président dans son ambition réformiste? Comment articuler la vie parlementaire face non pas à un, mais à deux grands blocs d’oppositions, celui de la France insoumise, d’extrême gauche, et du Rassemblement national, d’extrême droite?

Plusieurs hypothèses ont vu le jour avant d’être rapidement écartées, notamment une alliance entre les députés d’Ensemble! (mouvement du président) et ceux du parti Les Républicains (droite traditionnelle), ou encore un gouvernement d’union nationale…

Macron a voulu mettre un terme aux spéculations en s’adressant aux Français pour leur dévoiler son intention de gouverner et de continuer à réformer le pays en élaborant des coalitions au cas par cas.

La France dans une situation périlleuse

Cette méthode est-elle viable? Va-t-elle lui permettre de reprendre en main les rênes du pays et d’imprimer l’empreinte du renouvellement qu’il appelait de ses vœux dès le début de son premier mandat en 2017?

Le professeur en sciences politiques à l’université Paris VIII, Yves Sintomer, reste à cet égard très prudent, et constate que la France se trouve «dans une situation non seulement inédite, mais dangereuse». Le président ne possède pas de majorité pour gouverner et «les lois qui passeraient au cas par cas vont susciter l’abstention d’un nombre considérable de députés». Selon Sintomer, ce contexte est loin d’«aider à dessiner une politique cohérente pour le futur du pays».

Pour sa part, le politologue Jean Petaux estime que la France se retrouve au lendemain des législatives dans une situation inédite certes, mais surtout «passionnante», dans la mesure où «elle peut amener des modifications de comportements par rapport à ce qu’on l’habitude de voir» de la part des acteurs politiques, en les incitant à sortir de ce qu’on appelle «la dépendance au sentier et des réflexes habituels». Si la culture politique française parvient à évoluer dans cette direction, «cela pourra donner un nouveau lustre à la vie parlementaire», indique-t-il.

Sintomer ne partage pas l’optimisme affiché de Petaux. Pour lui, la culture de coalition, telle qu’elle existe dans plusieurs pays dont l’Allemagne, n’est pas à l’ordre du jour en France, et «pour apprendre à gérer le pays autrement, il faut se montrer prêt à changer de programme de façon non négligeable». Or pour l’instant, le président demande une alliance sans véritablement proposer de changer de politique, et s’il continue sur ce même registre, «il est peu probable qu’il puisse construire des majorités stables qui lui permettent de gouverner», affirme Sintomer.

Macron a confondu les élections

Comment la France a-t-elle pu en arriver là? Les raisons pour Petaux sont pluricausales, mais le politologue souligne que Macron a commis une erreur de stratégie. «Il n’aurait jamais dû essayer de tuer la campagne législative comme il l’a fait pour la présidentielle, en faisant de l’immobilisme», analyse-t-il.

Plus encore, estime Petaux, Macron «a confondu les élections», en voulant utiliser aux législatives, le levier du barrage au Rassemblement national qui a fonctionné pour la présidentielle. Cette méthode s’est avérée inefficace, dans une élection qui a en outre été marquée par un vote basé sur les préoccupations quotidiennes des électeurs, comme le pouvoir d’achat, le chômage, la sécurité, entre autres.

Le positionnement de la France en Europe ou sur la scène internationale n’entre pas en ligne de compte lors des législatives, comme l’a fait valoir Macron en prenant la parole sur le tarmac de l’aéroport d’Orly pour inciter les Français à lui donner une majorité absolue.

Pour Sintomer, Macron «a gouverné sur la base de coups tactiques pour affaiblir ses opposants et en l’absence d’une politique cohérente stratégique. Il a dirigé de façon solitaire et non dans le dialogue, ce qui ne lui a pratiquement pas servi». L’analyste n’écarte pas «le scénario  de semi-paralysie» et de grandes difficultés «à faire passer des mesures fortes», ajoutant qu’on peut s’attendre «à un scénario noir pour le  futur, même si ce n’est pas une certitude».

Pour sa part, Petaux ne voit pas la période à venir en rose, et souligne que Macron sait «qu’il est fini politiquement, car il ne peut pas se présenter pour un troisième mandat». Il va donc vivre son second quinquennat dans la douleur, avec l’éventualité, selon le politologue,  «que les cinq années à venir soient marquées par la tentation de laisser les événements prendre le dessus sur les décisions».


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background