Une ouverture sociale mesurée dans la nouvelle Assemblée

Écrit par sur 22 juin 2022

PARIS: « L’Assemblée va trembler! », s’exclamait dimanche soir l’ancienne femme de chambre Rachel Keke. Comme elle, nombre de députés moins favorisés socialement que d’habitude font cette semaine leur entrée à l’Assemblée, sans pour autant faire de l’institution un miroir fidèle de la société.

Arrivé avec les autres élus Insoumis dans la cour d’honneur mardi matin, Sébastien Delogu, nouveau député de Marseille, est tombé en larmes dans les bras de Jean-Luc Mélenchon.

« C’est émouvant, les invisibles sont là. C’est important de montrer que nous ne sommes pas tous des professionnels de la politique », a déclaré ce chômeur: « Pôle emploi m’a appelé vendredi pour me proposer un rendez-vous, je leur ai dit que j’allais avoir du boulot. »

Parmi les Insoumis, le Cevipof a compté 34% de cadres, 13% d’employés et 3% d’ouvriers. Au RN, 11% des députés sont employés, 3% ouvriers et 2% agriculteurs. Dans la majorité présidentielle, la proportion de cadres est écrasante: plus de 50%, voire 56% pour le Modem.

En comparaison, la population française est composée de 21% de cadres et 19% d’ouvriers.

« On n’aura pas une Assemblée miroir de la population française, mais elle est plus diverse » que celle de 2017 consécutive à la vague En Marche, établit Etienne Ollion, sociologue et professeur à l’Ecole polytechnique.

Dimanche, Stéphanie Galzy, mère célibataire et intérimaire à la Poste, a été élue députée RN de la 5e circonscription de l’Hérault. « Je suis là pour faire avancer les choses, parce que je les vis au quotidien », revendique l’ancienne propriétaire de boutiques de vêtements, qui se définit comme « la Française du peuple », payant plus de 300 euros de gazole par mois.

Lors de la précédente législature, l’Insoumise Caroline Fiat, aide-soignante, avait souvent porté la voix des classes populaires à l’Assemblée et s’est fait parfois surnommer « bac -2 ».

En 2017, elle interpellait la ministre de la Santé: « Face à une aide-soignante, ils (les professionnels de santé) se sont dits qu’ils seraient entendus, que je connaissais leur

conditions de travail, ils ont raison ». Elle a maintes fois narré ses tâches en Ehpad.

« Le pari de la démocratie représentative est que l’on peut transcender ses origines pour porter un intérêt général. Mais s’il ne faut pas forcément être pour représenter, ça aide », explique Etienne Ollion à l’AFP.

«Fonction tribunicienne»

Pour autant, ces députés différents auront-ils les moyens de porter les voix des moins représentés et de chambouler l’Assemblée?

« A ne changer que les visages en conservant des règles qui sont relativement strictes, on ne produit pas de changement politique », considère Etienne Ollion. « L’institution s’impose aux individus, ils sont dans un cadre très contraint ».

Dès lors, les moins au fait des arcanes politiques « n’ont que très rarement réussi à s’imposer », lors des précédentes législatures.

Mais aujourd’hui, la situation dans l’hémicycle a radicalement changé: pas de majorité absolue pour les macronistes, et des oppositions bien décidées à peser dans le jeu législatif.

Alors, si « l’opposition n’a pas beaucoup plus de pouvoir que de s’exprimer », explique Etienne Ollion, ces députés pourront toujours « rentrer dans une fonction tribunicienne et porter la voix des personnes qu’ils prétendent représenter ».

Une fonction que des mouvements comme La France Insoumise pourraient être tentés d’investir. « Donner de la visibilité à des profils comme Rachel Kéké favorise l’image qu’ils essaient de construire d’un parti attentif aux mobilisations sociales », analyse le sociologue.

D’autant que les nouveaux députés sont souvent des militants politiques aguerris.

Côté RN, dont les 89 députés font leur entrée mercredi à l’Assemblée, prime la volonté de montrer leur capacité à exercer le pouvoir, dans une logique de crédibilisation.

Dans cette optique, selon Etienne Ollion, « ils vont être tentés de contrôler un peu la parole de leurs élus et de miser sur des personnes qui ont déjà une petite formation », ce qui n’est pas forcément le cas de l’auxiliaire de vie, du pompier, du chauffeur-livreur ou du marin pêcheur nouvellement élus.

« S’il n’y a pas un effort conscient du groupe pour les prendre en charge, ils resteront en arrière-plan », pronostique le sociologue.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background