La chute de Ferrand, un message «anti-Macron» venu du centre Bretagne

Écrit par sur 22 juin 2022

BREST: Pilier de la macronie, le président sortant de l’Assemblée nationale Richard Ferrand, battu à la surprise générale dimanche dans son fief du centre Finistère, a notamment pâti d’un vote « anti-Macron » venu autant de la gauche que de la droite.

Dans la sixième circonscription du Finistère, le deuxième tour des législatives a eu des allures de « référendum anti-Ferrand », note auprès de l’AFP Romain Pasquier, directeur de recherche au CNRS. Mais surtout, la consultation a servi « de courroie de transmission pour un message anti-Macron », poursuit le politologue.

Sur les huit circonscriptions du Finistère, toutes acquises en 2017 par des candidats de la République en marche (LREM), seule celle de Richard Ferrand a basculé.

« On a axé notre campagne du deuxième tour sur l’idée que pour envoyer un message clair au président de la République, il y a avait un réel enjeu à battre Richard Ferrand », confirme la socialiste Mélanie Thomin, élue dimanche sous les couleurs de la Nupes avec 50,85% des suffrages.

Pourtant, rien ne laissait présager un tel revers pour celui qui a été l’un des soutiens de la première heure d’Emmanuel Macron, dès 2016. Le titulaire du perchoir depuis 2018 était notamment sorti, à l’issue du premier tour, en ballotage favorable avec 33,56% des voix, contre 31,16% à sa rivale.

Et à droite, le report de voix lui était en principe plutôt favorable. Dans un contexte de forte abstention, le Rassemblement national (RN) a engrangé 14,51% des suffrages, Les Républicains (LR) 10,60%. « Les électeurs de droite lui ont fait payer ce que la macronie a fait à la droite, c’est-à-dire les débauchages successifs, l’affaiblissement du camp », analyse Romain Pasquier.

A cela, s’est ajouté une situation depuis longtemps compliquée pour Richard Ferrand sur ces terres rurales traditionnellement à gauche où il s’est pendant longtemps opposé à Christian Troadec, le maire DVG de Carhaix et ancien porte-parole des Bonnets rouges. « Son ascension a créé des inimitiés qui se sont cristallisées », note le politologue.

«Des inimitiés»

« Ferrand paye le prix de sa trahison », confirme Christian Troadec. « Dans l’opposition, il nous reprochait toujours de ne jamais être assez à gauche », raconte-t-il. « Il donnait des leçons à tout va pour se retrouver finalement à soutenir la politique ultra-libérale de Macron », s’étrangle ce soutien de la candidate de l’alliance de gauche Nupes dans la circonscription.

« Je préfère une victoire par procuration qu’une défaite », assure Christian Troadec, très remonté contre le bilan de celui qui était député depuis 2012. « Il a pratiqué un clientélisme qu’encore aucun député sur la circonscription n’avait osé réaliser. C’était effroyable », estime- t-il.

« Je me suis toujours battu pour mes idées et mon territoire et ai veillé à accompagner les projets d’où qu’ils viennent », a réagi auprès de l’AFP Richard Ferrand, qui s’était notamment mobilisé en mai pour défendre l’hôpital de Carhaix, dont des services étaient menacés de fermeture.

« Mélanie Thomin ressemble sans doute plus à l’électeur lambda de la 6e circonscription du Finistère que Richard Ferrand », juge cependant Romain Pasquier, à propos de cette professeur de français de 38 ans, quasiment inconnue en politique jusque-là.

Pour Erwan Chartier, rédacteur en chef de l’hebdomadaire local indépendant Le Poher, Richard Ferrand a également fait les frais de l’affaire immobilière des Mutuelles de Bretagne, qui lui avait coûté en 2017 son éphémère portefeuille de ministre de la Cohésion des territoires.

La Cour de cassation examine d’ailleurs mercredi la question de la prescription dans cette affaire dans laquelle l’ancien député avait été mis en examen pour prise illégale d’intérêt.

« Il a traîné cette affaire pendant tout son mandat. Ca n’avait pas accroché en 2017, mais depuis ça revenait régulièrement dans les conversations », note-t-il.

Et la venue début avril d’Emmanuel Macron à Spézet, dans cette circonscription qui s’étire depuis Carhaix jusqu’à la presqu’île de Crozon, lors d’un de ses rares déplacements de campagne, n’a pas suffi à convaincre les électeurs de voter pour celui qui avait depuis quelques années l’oreille du chef de l’Etat.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background