Aurore Bergé, une figure pugnace et «clivante» à la tête du groupe LREM

Écrit par sur 22 juin 2022

PARIS: Elue à la tête des députés LREM mercredi, Aurore Bergé, qui a longtemps bataillé pour obtenir un poste clé dans la majorité, est une macroniste « clivante » et offensive dans les médias, issue de la droite.

A 35 ans, la députée des Yvelines, ex-présidente déléguée du groupe, succède à Christophe Castaner, battu dans les Alpes-de-Haute Provence dimanche. Elle s’était inclinée face à lui lors de la précédente élection en septembre 2020 pour ce poste, réputé le plus dur de la majorité.

Très à l’aise sur les plateaux de télévision pour porter l’estocade contre les insoumis ou le RN, Aurore Bergé s’est imposée en première ligne de la macronie depuis son arrivée à l’Assemblée en 2017, après un parcours à droite, auprès d’Alain Juppé notamment.

Elle défend une vision stricte de la laïcité, proche de celle de l’ancien ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer ou de l’ex-Premier ministre Manuel Valls.

Quitte à créer la polémique dans son camp, comme en octobre 2019, quand elle se disait prête à voter une proposition de loi d’Eric Ciotti (LR) sur l’interdiction du voile pour les accompagnantes scolaires.

A l’Assemblée, elle s’est particulièrement impliquée sur les questions culturelles, notamment l’audiovisuel public. Un milieu que connaît bien cette fille de comédiens – son père est la voix française de Sylvester Stallone.

Aurore Bergé souligne aussi son engagement féministe, par exemple pour défendre l’allongement du délai légal de l’IVG, voté à la fin de la précédente législature.

Elle a mené une « campagne offensive » pour la présidence du groupe, « elle mérite le poste », mais « il ne faudra pas qu’elle soit clivante », estime un marcheur.

La fonction est réputée difficile, plus encore après des législatives qui placent les macronistes dans une situation délicate, loin de la majorité absolue. Le groupe LREM, rebaptisé

Renaissance, a fondu de 266 à 170 membres à l’issue du second tour dimanche. Ses alliés MoDem et Horizons comptent près de 50 et 30 élus.

« Personne n’a intérêt ni envie que le pays soit bloqué », soulignait-elle lundi en arrivant au Palais Bourbon, après sa large réélection dans les Yvelines (63,27%) face à un candidat Nupes.

Le groupe LREM devra « chercher du compromis et du consensus, mais c’est aussi la responsabilité des oppositions » d’éviter « l’obstruction qui ralentirait les débats », selon elle.

«Solo»

La députée des Yvelines a souvent espéré un poste à l’Assemblée ou au gouvernement. Jusqu’à verser quelques larmes lors d’un rassemblement des députés de la majorité à Matignon en juillet 2020, pour ne pas avoir été nommée dans le gouvernement de Jean Castex.

En politique, ses affinités successives, de Nicolas Sarkozy et François Fillon à Alain Juppé puis Emmanuel Macron, lui valent une réputation d’ambitieuse, voire d’opportuniste. « Elle la joue solo », grince un ancien LREM.

Mais Aurore Bergé, engagée très jeune à droite, a toujours affirmé suivre la même ligne directrice « libérale, progressiste, féministe et européenne ».

« Elle mériterait » un poste au gouvernement. « Elle a beaucoup donné mais elle est sur tous les fronts, parfois il vaut mieux décélérer, cibler ses interventions » et « je pense qu’elle leur fait peur » au sein de l’exécutif, disait un responsable de la majorité récemment.

Aurore Bergé démarre sa vie militante en 2002 lors de la fondation de l’UMP. En 2010, la diplômée de Sciences Po Paris tente sans succès de s’emparer de la présidence des « Jeunes Pop' », l’organisation de jeunesse du parti.

En 2013, elle prend position pour le mariage pour tous et s’attire de nombreuses critiques dans son camp.

Après un échec aux municipales de 2014 à Magny-Les-Hameaux (Yvelines), elle intègre la garde rapprochée d’Alain Juppé lors de la primaire en 2016, avant de rejoindre celle d’Emmanuel Macron en février 2017.

Aux législatives de 2017, elle s’impose dans la 10e circonscription des Yvelines, avec le soutien d’Alain Juppé, au grand dam de Jean-Frédéric Poisson, investi par LR et candidat à sa réélection dans ce vaste territoire rural et conservateur, ex-fief de Christine Boutin.

Chez LREM, on l’avait chargée à l’époque du porte-parolat et de la cellule « riposte », une mission de « snipeuse » qui convient parfaitement à cette jeune femme très présente sur les réseaux sociaux, après un parcours de communicante dans le privé pour les agences Spintank puis Hopscotch.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background