À l’Assemblée, la gauche Nupes tente de rassurer sur son unité

Écrit par sur 22 juin 2022

PARIS: « Unis dans la diversité » pour combattre Emmanuel Macron: les députés de l’alliance de gauche Nupes sont arrivés en masse à l’Assemblée nationale mardi et ont tenté d’éteindre la polémique de la veille sur la constitution des groupes parlementaires.

Les différentes forces ont rejoint en ordre dispersé le Palais Bourbon, mais s’affichent vite ensemble, tout sourire pour les photographes. Au milieu d’une foule d’Insoumis, le patron du Parti socialiste Olivier Faure est là, comme les écologistes Julien Bayou et Sandrine Rousseau ou les communistes Pierre Dharréville et Sébastien Jumel.

Même s’il n’est plus député, Jean-Luc Mélenchon retrouve les troupes LFI sur les marches de la cour d’honneur, pour une photo de famille le poing levé. Les Insoumis rentrent en chantant un air des gilets jaunes: « on est là, on est là, même si Macron le veut pas, nous on est là ».

« C’est une grande fierté, on multiplie par plus de deux le nombre de députés » de gauche, avec quelque 150 élus dans la coalition Nupes dont environ 75 insoumis, savoure Mathilde Panot, réélue à l’unanimité à la présidence du groupe LFI en fin de journée.

Dans l’après-midi, Jean-Luc Mélenchon a ironisé sur le refus par Emmanuel Macron de la démission d’Elisabeth Borne: « Ça ne me fait ni chaud ni froid. Cette femme n’a aucune légitimité, zéro! Nous sommes en train de perdre notre temps, jusqu’à ce qu’elle parte. »

Alors que les Insoumis plaidaient pour un groupe unique à l’Assemblée pour faire face aux 89 députés RN, socialistes, écologistes et communistes lui ont opposé un refus net et célèbrent l’arrivée de leurs groupes respectifs.

Le chef du PCF Fabien Roussel et Olivier Faure se tombent dans les bras dans la cour d’honneur. Fabien Roussel est satisfait d’être « en mesure de faire un groupe, mais aussi de l’élargir » au-delà des 15 députés minimum. A ses côtés, André Chassaigne, qui devrait en conserver la présidence, revendique d’ores et déjà 18 membres, grâce à l’apport des outre-mer.

Mais la Nupes n’a pas tout réussi, insiste M. Roussel: « Il va falloir qu’on se dise franchement ce qui n’a pas fonctionné. Je veux que nous gagnions, je n’ai pas vocation à rester dans l’opposition ».

«Ruffinades»

Olivier Faure, à la tête de la délégation socialiste, se montre diplomate: « J’ai beaucoup appris des Insoumis comme j’espère qu’ils ont appris de moi ». Il se satisfait d’avoir au moins 32 députés socialistes, mais rappelle: « Nous avons perdu les élections législatives, perdu la présidentielle ».

« C’est le retour d’un groupe écolo » à l’Assemblée, souligne aussi Julien Bayou, fort d’un bataillon de 23 députés. « Il y aura d’autres initiatives » unitaires, promet-il. Il évoque la nécessité de « débattre à huis clos, et aussi en public » de la stratégie de la Nupes, alors que la veille, Jean-Luc Mélenchon a pris tout le monde de court avec son idée de groupe unique.

Place du Palais Bourbon, une cohue se forme à l’arrivée de Rachel Kéké, la « première femme de chambre » élue à l’Assemblée nationale, connue pour son engagement lors de la longue grève de l’Ibis Batignolles. Elle esquisse un pas de danse devant les caméras: « j’avais promis que je danserais à mon arrivée ».

La députée LFI indique qu’elle va « travailler sur les métiers essentiels ». « Il ne faut pas que les gens pensent que quand tu es femme de chambre tu ne peux pas être députée », ajoute-t-elle.

Raquel Garrido, proche de Jean-Luc Mélenchon, la prend dans ses bras, expliquant: « Pour elle et moi qui sommes issues de l’immigration, vous ne pouvez pas savoir la force que c’est d’être là ».

Parmi les nouveaux venus, Louis Boyard, 21 ans, deuxième élu le plus jeune de l’Assemblée, jean et baskets, veut répondre à la « rupture générationnelle » dans la société sur les « questions écologiques » et de « genre ».

Pour son deuxième mandat, François Ruffin entend « peser sur la ligne politique », pour partir à « la reconquête des territoires périphériques, de la France des ronds-points ». « Chez moi, c’est Fort Alamo, il y a huit députés RN élus en Picardie ».

Un nouvel élu vient le saluer, le Savoyard Jean-François Coulomme. Pour gagner, « j’ai fait des ‘ruffinades’, avec mon enceinte et mon micro » dans les rues, dit-il. Et une « fanfare », « on ne fait rien sans fanfare », conviennent les deux députés.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background