Emmanuel Macron privé de majorité absolue, percée de la Nupes et du RN

Écrit par sur 19 juin 2022

PARIS: Au soir du second tour des élections législatives, Ensemble! n’obtiendrait qu’une majorité relative à l’Assemblée nationale.

La coalition de gauche Nupes arrive en seconde position, devant le Rassemblement national.

Le président Emmanuel Macron a subi un désaveu majeur ce dimanche perdant sa majorité absolue à l’Assemblée nationale ce qui va rendre plus difficile sa capacité à gouverner, après un scrutin marqué par une percée de la Nupes et une poussée du Rassemblement National.

Si ces résultats se confirment Emmanuel Macron, réélu en avril pour un second mandat, devra trouver des alliances pour mettre en oeuvre son programme pour les cinqs prochaines années.

Selon les premières projections des instituts de sondage, la coalition Ensemble! obtiendrait entre 200 et 260 sièges, très loin de la majorité absolue de 289 à l’Assemblée nationale.

Pour sa part, l’alliance de gauche Nupes menée par Jean-Luc Mélenchon se situe entre 150 et 200 députés, et devient le premier groupe d’opposition à l’Assemblée.

La gauche se reprend et reprend des couleurs

L’union inédite dès le premier tour permet aux différentes formations de gauche d’être une des deux forces à progresser à l’Assemblée nationale, avec l’extrême droite et de se placer, selon les premières estimations en deuxième position.

Devant une centaine de militants qui scandent « Union populaire » à l’unisson, Jean-Luc Mélenchon s’est félicité du score de la coalition de gauche.

Le Rassemblement National en embuscade

La formation de Marine Le Pen, finaliste de l’élection présidentielle franchit le seuil requis pour former un groupe à la chambre basse du Parlement, une première depuis plus de 35 ans.

Le parti de Marine Le Pen obtient, selon les mêmes projections des sondeurs, entre 60 et 100 députés.

« C’est une vague bleue marine partout dans le pays. L’enseignement de ce soir, c’est que le peuple français a fait d’Emmanuel Macron un président minoritaire », s’est réjoui le président par interim du parti, Jordan Bardella, allant jusqu’à évoquer un « tsunami ».

Quant à la droite classique, elle sauve les meubles avec une soixantaine de députés, et pourrait se retrouver en position d’arbitre dans la future Assemblée même si elle perd son statut de premier groupe d’opposition à l’Assemblée.

La répartition précise des 577 sièges à l’Assemblée nationale ne devrait être connue que plus tard dans la nuit.

Ce vote risque de provoquer une grande instabilité. « Sur chaque vote, tout est possible », a anticipé le politologue Alain Duhamel, puisqu’il n’y a pas de majorité absolue et que le gouvernement peut se retrouver en minorité sur chaque vote.

Abstention

C’est une confirmation du désintérêt porté à cette élection législative, la quatrième en deux mois après la présidentielle. L’élection a été boudée par les Français. Le taux d’abstention devrait atteindre entre 53,5% et 54%, en hausse de plus d’un point par rapport au premier tour (52,49%), selon les instituts de sondage.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background