Le président américain, Joe Biden, en visite en Arabie saoudite le mois prochain

Écrit par sur 15 juin 2022

RIYAD: La Maison Blanche et les responsables saoudiens ont annoncé ce mardi la visite du président américain, Joe Biden, en Arabie saoudite les 15 et 16 juillet sur invitation du roi Salmane, mettant ainsi fin à plusieurs semaines de spéculation.

M. Biden s’entretiendra avec le roi Salmane et le prince héritier Mohammed ben Salmane. Il assistera à un sommet regroupant les six États du Conseil de coopération du Golfe (CCG), l’Égypte, l’Irak ainsi que la Jordanie.

L’ambassade d’Arabie saoudite à Washington a salué la visite du président américain, qui permettra, selon elle, de «renforcer le partenariat historique et stratégique» qui lie l’Arabie saoudite et les États-Unis. «En cette période marquée par les conflits et les défis qui menacent l’économie mondiale, la santé et le climat, le partenariat entre nos deux pays est plus que jamais indispensable à la promotion de la paix, de la prospérité et de la stabilité dans le monde», a déclaré l’ambassade.

Les discussions qui auront lieu dans le Royaume porteront notamment sur les moyens de maintenir la trêve conclue au Yémen sous l’égide des Nations unies, qui a engendré une période de paix sans précédent depuis que la guerre a éclaté dans ce pays, il y a sept ans. «Cette rencontre abordera également les moyens de renforcer la coopération régionale dans les domaines de l’économie et de la sécurité. En particulier, les nouvelles initiatives prometteuses relatives aux infrastructures et au climat seront évoquées. À l’ordre du jour figurent également les mesures à prendre pour contrer les menaces de l’Iran, promouvoir les droits de l’homme et garantir la sécurité mondiale en matière d’énergie et d’alimentation», a précisé la Maison Blanche.

Un haut responsable américain a souligné que le prince héritier avait joué un rôle déterminant dans le maintien de la trêve au Yémen, ce qui incite, selon lui, les États-Unis à s’engager auprès de l’Arabie saoudite afin d’apporter la paix et la sécurité dans la région.

C’est le 13 juillet que le président américain entamera sa tournée régionale par une visite en Israël, au moment où la coalition fragile de Naftali Bennett traverse une période agitée. En effet, le Premier ministre israélien cherche à prévenir la tenue de nouvelles élections qui pourraient ramener au pouvoir Benjamin Netanyahou. Par ailleurs, Israël et l’Arabie saoudite éprouvent les mêmes inquiétudes face aux avancées du programme nucléaire iranien.

En Israël, M. Biden participera à une réunion virtuelle du groupe dit «I2-U2», un forum économique créé l’année dernière qui regroupe Israël, l’Inde, les Émirats arabes unis (EAU) et les États-Unis.

Il se rendra dans un deuxième temps en Cisjordanie occupée «pour se concerter avec l’Autorité palestinienne et réitérer son ferme soutien à la solution de deux États, assortie de mesures équitables qui garantissent sécurité, liberté et opportunités au peuple palestinien», selon la Maison Blanche.

Dans un entretien accordé à Arab News, le Dr Hamdan al-Shehri, un analyste politique saoudien, a déclaré: «Les entretiens de M. Biden en Arabie saoudite seront confrontés à certaines difficultés en raison de sa politique peu rigoureuse sur de nombreux sujets. Il s’agit avant tout de son engagement laxiste en faveur de la sécurité de ses alliés, de sa réticence à subvenir à leurs besoins en armes, de son retrait précipité d’Afghanistan, de l’attitude “molle” qu’il a adoptée dans le traitement du nucléaire iranien, et bien d’autres positions encore.»

«Pour les observateurs saoudiens, le revirement dans la politique de l’administration américaine est apparu quelques mois après les réunions à Riyad entre les principaux conseillers de Biden d’une part [Brett McGurk et Amos Hochstein] et les responsables saoudiens d’autre part, avec à leur tête le prince héritier d’Arabie saoudite.»

«On reproche de plus en plus à l’administration Biden sa gestion de la crise pétrolière actuelle et son incapacité à stopper la hausse des prix de l’essence, qui dépassent les 5 dollars le gallon [1 dollar = 0,96 euro] pour la première fois dans l’histoire des États-Unis.»

Dan Shapiro, ambassadeur des États-Unis en Israël à l’époque où Biden occupait le poste de vice-président, estime que la visite du président en Arabie saoudite intervient à un moment où la Chine se tourne de plus en plus vers les pays arabes du Golfe, qui, pour la plupart, ont réfuté les tentatives américaines pour isoler la Russie après son invasion de l’Ukraine.

«Le président Biden a fini par comprendre que, pour servir leurs intérêts stratégiques, les États-Unis devaient consolider leur relation avec l’Arabie saoudite», a déclaré M. Shapiro, qui travaille désormais pour l’Atlantic Council.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background