En France, l’extrême droite caresse l’espoir de consolider son ancrage

Écrit par sur 14 juin 2022

PARIS: Ce serait une première en France en plus de 35 ans: au vu des résultats du premier tour des législatives, l’extrême droite peut caresser l’espoir d’obtenir un groupe à l’Assemblée nationale et de peser davantage dans l’arène politique après des décennies passées dans le rôle de vote contestataire.

Cette percée, qui devra encore être confirmée dimanche prochain au moment du second tour, intervient après dix ans de stratégie de « normalisation » et de « dédiabolisation » de l’image du Rassemblement national (RN) – mais pas de son programme – menée par Marine Le Pen.

« Nous sommes là, nous sommes bien là, nous sommes en dynamique forte depuis 2017 », date des dernières législatives, s’est réjouie la députée sortante lundi depuis Rouvroy, dans son fief du Pas-de-Calais (nord), où elle est en ballotage favorable.

La partie était pourtant mal engagée pour le RN, contraint pendant une campagne électorale atone de jouer les seconds rôles derrière les têtes d’affiche incarnées par la coalition Ensemble! emmenée par le parti centriste libéral du président Emmanuel Macron et par l’alliance de la gauche (Nupes).

Certes, avec 18,68% au premier tour du scrutin dimanche, les candidats RN n’ont pas réussi à capitaliser sur la dynamique de Marine Le Pen qui avait engrangé à la présidentielle 23% des voix au premier tour et plus de 41% au second.

Le RN est également devancé par la Nupes et Ensemble! qui pourraient remporter respectivement entre 150 à 210 et 255 à 295 sièges, selon les projections, sur les 577 que compte l’Assemblée nationale.

Mais son bataillon au sein de la nouvelle assemblée devrait être plus important qu’en 2017 – le parti d’extrême droite avait obtenu aux dernières législatives huit sièges – et Marine Le Pen devrait de nouveau y siéger.

S’il parvient à former un groupe à l’Assemblée nationale – il lui faut pour cela obtenir 15 sièges -, le RN pourra peser davantage dans les débats.

Les présidents de groupe peuvent en effet demander la création d’une commission spéciale, ou y faire opposition, réclamer une suspension de séance ou encore bénéficier d’un temps de parole plus important pour les questions au gouvernement.

Selon un décompte de l’AFP, le RN est par ailleurs arrivé en tête dans environ 11.300 communes sur près de 35.000, devant Ensemble! (plus de 9.000), la Nupes (près de 7.500) et le parti de droite Les Républicains (environ 4.900).

« C’est une très bonne performance par rapport à ce qui se passe traditionnellement où entre une présidentielle et une législative, le score de Le Pen, qu’il s’appelle Jean-Marie (nom du fondateur du parti et père de Marine Le Pen, NDLR) ou qu’elle s’appelle Marine baisse très fortement voire s’effondre », a souligné Frédéric Dabi, de l’institut de sondage Ifop, sur la chaîne LCI.

« Là le RN tient plutôt le choc » dans ce scrutin majoritaire qui lui est traditionnellement défavorable.

A titre de comparaison, en 2017 Marine Le Pen avait obtenu 21,5% au premier tour de la présidentielle. Quelques semaines plus tard le RN avait recueilli 13,2% lors des législatives, toujours au premier tour.

Pour Brice Teinturier, directeur général délégué d’Ipsos France, « le seul gagnant par rapport à 2017 de ce premier tour c’est le RN, qui progresse » et « va augmenter ses sièges ».

Prudence

La constitution d’un groupe à l’Assemblée serait une première pour une formation d’extrême droite depuis 1986, quand le RN, alors Front national, avait obtenu, à l’issue des législatives, 35 sièges grâce à l’instauration d’une dose de proportionnelle jusqu’en 1988. Et donc un groupe.

Trente-cinq ans plus tard, la formation d’extrême droite est créditée de 5 à 25 sièges par l’Ifop, de 23 à 45 sièges par l’institut Harris et de 25 à 35 sièges par Elabe.

Prudente, Marine Le Pen a évoqué dimanche soir « la possibilité d’envoyer un groupe très important » à l’Assemblée sans donner plus de détails sur l’objectif chiffré visé.

Autre motif de satisfaction dans le camp Le Pen, l’explosion de la bulle Eric Zemmour dont la candidature surprise à l’élection présidentielle d’avril avait fait grincer des dents dans les rangs du RN.

Au lendemain de l’élimination de l’ancien polémiste au premier tour des législatives dans le Var, Mme Le Pen a tendu la main à ses électeurs, exprimant le souhait qu’ils votent pour son mouvement dimanche prochain au second tour.

Point non négligeable enfin pour un parti endetté à plus de 20 millions d’euros: chaque voix gagnée donnant droit à 1,64 euro par an, le RN pourra compter, avec ses 4.248.626 voix, sur au moins 6,9 millions d’euros d’argent public chaque année.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background