La France vote pour redonner ou non une majorité au président Macron

Écrit par sur 12 juin 2022

PARIS: Un mois et demi après la réélection du président Emmanuel Macron, les Français votent de nouveau dimanche pour lui redonner ou non une majorité parlementaire face à une gauche revigorée, un scrutin décisif pour sa capacité à agir pendant les cinq prochaines années.

Malgré l’enjeu, l’abstention s’annonçait particulièrement élevée au premier tour avec une participation à la mi-journée de 18,43 % des plus de 48 millions d’inscrits, encore en recul par rapport à 2017, des élections législatives qui s’étaient soldées en fin de journée par un plus bas historique depuis 1958 de 48,7 %.

Les bureaux de vote ont ouvert à 06H00 GMT et fermeront à 16H00 GMT à l’exception des grandes villes dont Paris, où le délai est prolongé jusqu’à 18H00 GMT, heure à laquelle sont attendues les premières estimations des instituts de sondage. Le second tour aura lieu dans une semaine, le 19 juin.

Selon les derniers sondages d’intentions de vote publiés vendredi, la coalition présidentielle est au coude à coude avec l’alliance de partis de gauche regroupée derrière Jean-Luc Mélenchon, arrivé troisième à la présidentielle.

Le parti d’extrême droite de Marine Le Pen, finaliste à la présidentielle du 24 avril, arriverait en troisième position, loin devant la droite traditionnelle qui pourrait perdre son statut de premier groupe d’opposition.

Ces législatives devraient ainsi confirmer la large recomposition du paysage politique français engagée avec l’élection de M. Macron en 2017.

Les projections en nombre de sièges, plus incertaines, donnent en revanche un avantage à la coalition présidentielle, mais avec une probabilité d’obtenir la majorité absolue – 289 députés sur 577 – globalement déclinante au fil des dernières enquêtes d’opinion, de même que l’intérêt manifesté par les électeurs.

«Moins d’engouement que pour la présidentielle»

A Saint-Sulpice-la-Forêt (Bretagne, ouest), Arnaud Davy, 61 ans, qui « vote à toutes les élections », constate « moins d’engouement que pour la présidentielle, les gens en parlent moins ».

Pour Mauricette, 73 ans, qui a fait partie des premiers votants à Pantin, en banlieue parisienne, « on vit une période un peu compliquée, a fortiori c’est encore plus important de se manifester » en allant aux urnes.

M. Macron s’est mobilisé en fin de campagne, appelant les Français à lui donner une « majorité forte et claire ». Il s’est posé en rempart contre les « extrêmes », visant la gauche radicale de M. Mélenchon et l’extrême droite de Marine Le Pen, synonymes selon lui de « désordre » pour la France.

Une majorité non pas absolue mais relative compliquerait le chemin des réformes qu’il souhaite entreprendre pour son second mandat, sur les retraites notamment.

Dans l’hypothèse moins probable ou la gauche conduite par Jean-Luc Mélenchon remporterait la majorité absolue, lui imposant une cohabitation inédite pour un président tout juste réélu, il serait privé de pratiquement tous ses pouvoirs en politique intérieure

« Ce n’est plus lui qui déterminera la politique de la nation, mais la majorité à l’Assemblée nationale et le Premier ministre qui en sera issu », résume Dominique Rousseau, professeur de droit constitutionnel à l’université Panthéon-Sorbonne.

M. Mélenchon, vieux routier de la vie politique française, s’est imposé comme son principal opposant en prenant la tête d’une alliance inédite regroupant les socialistes, communistes, écologistes et son propre mouvement, et en menant la campagne la plus dynamique, selon les analystes.

La gauche propose un programme économique prévoyant d’injecter 250 milliards d’euros dans l’économie (contre 267 milliards de recettes) dont 125 milliards d’aides, subventions et redistributions de richesse.

Le scrutin se déroule dans un climat d’inquiétude des Français face à la flambée des prix de l’alimentation et de l’énergie.

Le gouvernement se fait fort de rappeler que la France a le taux d’inflation le plus faible (5,2% en mai sur un an) en Europe et a promis de nouvelles mesures de sauvegarde du pouvoir d’achat, après les élections.

Le résultat final des législatives dans une semaine pourrait influer sur la composition de l’exécutif formé le 20 mai, quinze de ses membres, dont la Première ministre Elisabeth Borne, étant candidats. Or, ils devront démissionner en cas de défaite, en vertu d’une règle non écrite mais déjà appliquée en 2017 par Emmanuel Macron.

En Guadeloupe, dans les Antilles françaises, où l’on votait dès samedi, comme dans plusieurs territoires hors métropole, la secrétaire d’Etat à la Mer Justine Benin est en ballotage favorable face à un candidat divers gauche.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background