Ukraine: la Russie affirme gagner du terrain à Severodonetsk, «chantage» au blé de Moscou

Écrit par sur 7 juin 2022

KIEV: Des combats intenses se poursuivaient mardi pour le contrôle de Severodonetsk, ville-clé de l’est de l’Ukraine dont Moscou a affirmé avoir « libéré » les zones résidentielles, tandis que la Russie est accusée de « chantage » sur les exportations de blé ukrainien.

« Les zones résidentielles de Severodonetsk ont été totalement libérées », a affirmé dans un rare briefing télévisé le ministre russe de la Défense Serguëi Choïgou, ajoutant que « la prise de contrôle de sa zone industrielle et des localités voisines se poursuit ».

« Ils ne contrôlent pas la ville », autrefois connue pour son industrie chimique et qui aujourd’hui « est complètement détruite », a rétorqué mardi soir dans un message vidéo sur Telegram le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï.

« Toutes les forces, toutes les réserves ont été mobilisées par l’ennemi, l’armée russe, pour couper la grande route Lyssytchansk-Bakhmout afin de prendre Severodonetsk. Ils bombardent très violemment Lyssytchansk », a déclaré le gouverneur.

Severodonetsk est, avec sa ville voisine Lyssytchansk, la dernière agglomération encore sous contrôle ukrainien dans la région de Lougansk. Sa prise ouvrirait aux Russes la route de Kramatorsk, grande ville de la région de Donetsk.

« Il est très difficile de tenir Severodonetsk », a admis M. Gaïdaï, parlant de « mission impossible ».

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait affirmé lundi soir que les combattants ukrainiens « tenaient » leurs positions et étaient « engagés dans d’intenses combats de rue » à Severodonetsk. Des sources ukrainiennes ont cependant souligné que les Russes avaient un avantage écrasant en termes d’équipement d’artillerie.

« Nous avons un besoin vital d’armes lourdes qui peuvent contrer l’artillerie ennemie (…) Nos gars sont forts mentalement, et ils ne demandent qu’une chose: nous avons besoin d’artillerie occidentale », a renchéri mardi soir le gouverneur du Lougansk. « Et à ce moment-là, en affrontement direct, il ne fait aucun doute que les Russes perdront ».

Les régions de Donetsk et Lougansk forment le bassin du Donbass, partiellement sous contrôle de séparatistes prorusses depuis 2014, dont Moscou cherche désormais à prendre le contrôle total.

A Severodonetsk, « environ 800 civils » sont réfugiés dans une usine chimique, a affirmé mardi l’avocat américain du magnat ukrainien Dmytro Firtach, propriétaire du site. « Parmi ces 800 civils figurent environ 200 des 3 000 employés de l’usine et environ 600 habitants de Severodonetsk ».

Selon un communiqué, les 200 employés toujours présents dans l’usine « restent (…) pour assurer la protection des produits chimiques hautement explosifs ».

La situation rappelle celle de Marioupol, grand port du Sud-Est dévasté par près de trois mois de bombardements, où des centaines de personnes, combattants et civils ukrainiens, s’étaient abritées pendant des semaines dans les abris souterrains de l’immense complexe métallurgique Azovstal, assiégé par les Russes.

Mort d’un général russe 

Témoin de l’intensité des combats dans le Donbass, le chef des séparatistes prorusses Denis Pouchiline a confirmé mardi sur Telegram la mort d’un général russe, Roman Koutouzov, rapportée dimanche par un correspondant de guerre russe.

Plusieurs généraux russes sont morts depuis l’invasion de l’Ukraine le 24 février. Leur nombre exact est invérifiable, les autorités russes communiquant rarement sur leurs pertes.

La bataille se poursuit aussi dans le Sud, où Kiev essaie de reprendre le terrain occupé par les Russes dans les régions de Kherson et Zaporijjia.

Les militaires ukrainiens ont affirmé avoir effectué des frappes contre des campements russes près de Kherson et des dépôts de munitions près de la ville de Mykolaïv.

L’Ukraine a également accusé mardi l’armée russe d’avoir emprisonné et de torturer près de 600 personnes, essentiellement des journalistes et des militants pro-Kiev, dans la région de Kherson.

« Selon nos informations, ils sont détenus dans des conditions inhumaines et sont victimes de tortures (…) dans des sous-sols spécialement aménagés », a accusé Tamila Tacheva, représentante du président ukrainien pour la Crimée, péninsule ukrainienne frontalière de Kherson et qui a été annexée par Moscou en 2014.

Dans la région de Zaporijjia, les Russes occupent notamment la grande centrale nucléaire éponyme, qui fournissait avant-guerre 20% de l’électricité ukrainienne.

Le directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) Rafael Grossi a tweeté lundi que son organisation préparait une mission d’experts à la centrale, mais l’opérateur ukrainien Energoatom s’y est opposé mardi tant que Kiev n’en aurait pas le contrôle. Une visite sous contrôle russe viendrait à « légitimer la présence des occupants », a estimé Energoatom sur Telegram.

Plusieurs responsables russes ont indiqué ces dernières semaines vouloir occuper ces régions du Sud ukrainien de façon durable. Un proche du Kremlin a évoqué un référendum sur une annexion à la Russie qui pourrait avoir lieu dès juillet.

Chantage au blé 

Une bataille économique se joue également, celle des ressources en blé de la superpuissance céréalière qu’est l’Ukraine.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov est arrivé mardi soir en Turquie pour discuter de l’instauration de couloirs maritimes sécurisés pour l’exportation de céréales en mer Noire. Moscou rejette toute responsabilité dans cette crise, due selon elle aux seules sanctions occidentales.

M. Lavrov doit rencontrer mercredi son homologue turc, Mevlüt Cavusoglu, avec qui il discutera de la possibilité pour l’Ukraine d’exporter ses récoltes bloquées dans ses ports. Ce blocage fait flamber les prix et peser un grave risque de famine dans certains pays d’Afrique et du Moyen-Orient.

A la demande des Nations unies, la Turquie a proposé son aide pour escorter les convois maritimes depuis les ports ukrainiens, malgré la présence de mines dont certaines ont été détectées à proximité des côtes turques.

La presse ukrainienne a assuré que les discussions prévues mercredi à Ankara associeront, outre la Turquie et la Russie, « les Nations unies et l’Ukraine ». Mais l’ambassade d’Ukraine à Ankara a démenti tout contact entre l’ambassadeur Vasyl Bodnar et M. Lavrov.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a, lui, accusé Moscou de « chantage » à la levée des sanctions internationales par son blocage des exportations de blé de l’Ukraine, et jugé « crédibles » les informations de Kiev selon lesquelles la Russie « vole » des tonnes de céréales ukrainiennes, « pour les vendre à son propre profit ».

Selon le quotidien américain New York Times, Washington avait averti mi-mai 14 pays, principalement en Afrique, que des cargos russes transportaient des « céréales ukrainiennes volées ».

Mardi soir, le ministère russe de la Défense a accusé les « combattants des bataillons nationalistes » ukrainiens d’avoir « incendié à dessein un important dépôt de céréales » dans le port de Marioupol. « Plus de 50 000 tonnes de céréales ont ainsi été détruites », a assuré le général Mikhaïl Mizintsev, accusant Kiev de « terrorisme alimentaire à l’égard de son propre peuple ».

« La Russie raconte que la pénurie alimentaire incombe à l’Ukraine… C’est faux », avait martelé lundi le président Zelensky. La quantité de céréales destinées à l’exportation et bloquées en Ukraine par les Russes pourrait tripler d’« ici à l’automne » pour atteindre 75 millions de tonnes, selon lui.

« Nous avons besoin de couloirs maritimes et nous en discutons avec la Turquie et le Royaume-Uni » ainsi qu’avec l’ONU, avait poursuivi le président ukrainien.

M. Lavrov a en revanche été obligé d’annuler une visite à Belgrade, prévue lundi et mardi car trois pays européens avaient fermé leur espace aérien à son avion – une mesure dénoncée comme « scandaleuse » par le Kremlin.

De nombreux analystes y ont vu un moyen « élégant » de se sortir d’une situation délicate pour Belgrade, en équilibre difficile entre la Russie et l’UE, avec laquelle il négocie une adhésion.

En attendant, à Kiev, les Ukrainiens se pressent pour observer casques, rations alimentaires et missiles récupérés suite au retrait de l’armée russe des zones occupées et montrés dans une exposition nommée « Ukraine – Crucifixion ».

« Ici on peut voir et toucher la guerre du doigt », explique le commissaire Iouri Savtchouk. « C’est aussi le but: choquer les gens pour qu’ils se rendent comptent de ce qui se passe ».

 


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background