«Pas d’autre choix que d’aller en Russie»: le périple de familles évacuées de Marioupol

Écrit par sur 7 juin 2022

VARSOVIE: « On n’avait pas droit au choix »: des Ukrainiens ayant quitté Marioupol, port stratégique pris par les Russes après des semaines de siège, ont raconté comment ils ont été obligés d’aller en Russie plutôt que vers une autre région d’Ukraine, une politique que Kiev n’hésite pas à comparer à des « déportations » .

Après des semaines passées dans une cave du centre de Marioupol, et la mort de son père, tué dans une frappe de missile, Tetiana, une comptable de 38 ans, a raconté comment elle a décidé de quitter la ville pour « sauver sa fille » de neuf ans.

En l’absence de réseau mobile et de toute possibilité de communication, elle profite d’un répit dans les bombardements pour se rendre sur un lieu de rassemblement désigné par les autorités, et se renseigner sur les possibilités de départs. Des responsables des évacuations, nommés par les autorités prorusses, lui annoncent alors que ce ne sera possible que vers la Russie.

« On était sous le choc, on ne voulait pas aller en Russie », raconte-t-elle par téléphone depuis Riga, en Lettonie, où elle est désormais réfugiée avec sa famille. « Comment aller dans un pays qui veut te tuer? »

Depuis plusieurs semaines, les autorités ukrainiennes accusent Moscou d’avoir « illégalement transféré » plus d’un million d’Ukrainiens en Russie ou dans la partie orientale de l’Ukraine contrôlée par les séparatistes prorusses, utilisant même le terme de « déportations ».

Un responsable du ministère russe de la Défense, Mikhaïl Mizintsev, a confirmé ce chiffre d’un million. Mais Moscou assure que son seul but est de permettre aux civils d’« évacuer » des « zones dangereuses ».

Certains civils sont de fait parfois obligés d’évacuer vers la Russie, les combats empêchant de franchir la ligne de front. Ielyzaveta, originaire d’Izioum – ville de la région de Kharkiv occupée par les Russes – est ainsi arrivée en Estonie via la Russie car « il était impossible d’aller vers l’Ukraine », a-t-elle indiqué.

« Filtration »  

Mais pour Tetiana et deux autres familles de Marioupol – où près de trois mois de bombardements ont fait au moins 20 000 morts selon Kiev – les forces russes ont clairement choisi à leur place.

Employée d’une grosse entreprise industrielle, Svitlana se cachait elle aussi dans une cave avec son mari et ses beaux-parents dans un quartier de l’est de Marioupol lorsque des militaires russes leur ont ordonné de partir pour une zone contrôlée par les forces russes.

« Quand un homme armé te le dit, tu ne peux pas lui dire non », dit cette Ukrainienne de 46 ans, qui a pu depuis repartir en Ukraine – à Lviv, non loin de la frontière polonaise – mais a demandé que son prénom soit changé pour protéger sa famille.

Après le passage d’un barrage routier, sa famille a d’abord été transportée à Novoazovsk, petite ville aux mains des séparatistes prorusses à une quarantaine de kilomètres à l’est de Marioupol, où ils ont logé quatre jours dans une école, puis à Starobechevé, à 80 kilomètres au nord dans la zone séparatiste.

Ils ont atterri dans un centre culturel bondé « où les gens dormaient à même le sol, sur des espèces de torchons », raconte Svitlana.  « Le pire, c’était l’odeur des pieds sales, des corps sales, elle est restée sur nos affaires après plusieurs lavages ».

Trois jours plus tard, la famille a été interrogée dans le cadre d’une étape de « filtration » obligatoire.

Dans un bâtiment de la police séparatiste prorusse, ils ont dû répondre à des questions écrites pour savoir s’ils avaient des proches dans l’armée ukrainienne, donner leurs empreintes digitales et leur smartphone pour vérification.

Dans une pièce séparée, les hommes ont dû se déshabiller pour prouver l’absence de tatouages patriotiques ou de blessures de combat.

« Mon mari a dû tout enlever sauf son slip et ses chaussettes », raconte Svitlana. « Nous avons également supprimé toutes les photos et les réseaux sociaux de nos téléphones » par peur de représailles à cause de sa « position pro-ukrainienne », ajoute-t-elle.

« Impossible de dire non » 

Ivan Drouz, qui a quitté Marioupol avec son demi-frère en avril, est également passé par cette « filtration » à Starobechevé.

Il espérait pouvoir ensuite regagner le territoire contrôlé par Kiev, mais après cinq jours de déplacements chaotiques en territoire séparatiste prorusse, quand « on a demandé comment évacuer vers le coté ukrainien, on nous a dit ‘Pas possible’ », raconte ce jeune homme de 23 ans, qui lui aussi s’est depuis réfugié à Riga.

« D’abord ils t’épuisent, et puis ils te disent que tu ne peux partir que dans une seule direction », s’insurge-t-il.

Arrivé la frontière russe, il a dû se déshabiller et répondre à des questions sur ses échanges en ukrainien avec sa tante: « il demandaient pourquoi elle m’écrivait en ukrainien » et « voulaient vérifier que je n’étais pas un nazi », dit-il.

« On comprenait très bien que tout ce qu’ils faisaient était illégal », ajoute Svitlana. « Mais on ne peut pas dire ‘Non, je ne veux pas’ ».

Une fois en Russie, les familles de Tetiana et d’Ivan ont été envoyées à Taganrog, à une centaine de kilomètres de Marioupol. A peine arrivés, des responsables russes leur ont dit d’aller en train vers Vladimir, à plus de 1 000 kilomètres au nord.

De là, Ivan et son frère ont dû repartir, cette fois vers Mourom, à 130 kilomètres au sud-est, pour arriver enfin dans un hôtel pour réfugiés.

« Tout ce chemin est une série de choix qu’on avait déjà faits pour toi », dit-il. Si personne n’a été enfermé ni menacé, « tout est organisé pour que les gens restent en Russie, comme s’ils tentaient de peupler des villes où personne ne veut vivre », ajoute-t-il.

Selon lui, l’hôtel était plein d’Ukrainiens – notamment des personnes âgées – qui, faute d’argent ou de connaissances en Russie, n’avaient pas d’autre choix que de rester à Mourom.

« Ils voulaient nous envoyer au fin fond de leur pays pour qu’on ne puisse pas raconter la vérité » sur le « génocide » organisé par la Russie à Marioupol, accuse Tetiana.

Grâce à des amis russes, les familles d’Ivan, Tetiana et Svitlana ont finalement pu se rendre à Moscou. Et de là, prendre des bus pour la Lettonie ou l’Estonie, où ils savaient que les réfugiés ukrainiens étaient bien accueillis.

« Une fois en Lettonie, on s’est enfin senti en liberté », dit Tetiana.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background