Législatives: à Montpellier, une fragmentation «à tous les étages» brouille les cartes

Écrit par sur 6 juin 2022

MONTPELLIER: « Bonheur des politologues », cauchemar des états-majors parisiens, la deuxième circonscription de l’Hérault semblait promise aux troupes de Jean-Luc Mélenchon. C’était sans compter sur le goût des Montpelliérains pour les dissidences, qui rend l’issue des législatives incertaine dans la septième ville de France.

Les près de 120.000 habitants (65.000 électeurs) de cette circonscription entièrement située sur le territoire de Montpellier, plus jeunes et moins riches que la moyenne nationale, se répartissent entre des quartiers défavorisés comme La Mosson ou le Petit Bard et des zones bourgeoises-bohèmes, étudiantes ou aisées, symbolisées par le quartier des Arceaux, proche du centre historique.

Seize candidats, dont neuf femmes, briguent le siège à haute valeur symbolique qu’avait remporté, en 1988 et 1997, l’ancien baron du Parti socialiste et maire de Montpellier au fort caractère George Frêche, décédé en 2010.

Il y a une « fragmentation à tous les étages » rendant tout pronostic incertain, constate Emmanuel Négrier, docteur en science politique basé à Montpellier.

Trois candidats se revendiquent de la majorité présidentielle: l’officielle, Emmanuelle Yague, et deux dissidents, dont un âgé de 18 ans, Flavio Dalmo. A l’extrême droite, peu puissante, le Rassemblement national (RN) et Reconquête!, le parti d’Eric Zemmour, présentent leur propre prétendant. Les Centristes-Les Républicains ont désigné la « chiraquienne » Anne Brissau, adoubée par François Baroin.

Fronde des barons
Mais c’est vers la gauche que les regards se tourneront principalement le 12 juin.

Le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a engrangé ici plus de 45% des voix lors de la présidentielle, mais la Nupes, forgée au niveau national avec les Verts (EELV), le Parti socialiste (PS), les communistes (PCF) et Génération.s, n’en n’a pas pour autant course gagnée.

La première pierre dans la chaussure du candidat déclaré au poste de Premier ministre s’appelle Muriel Ressiguier, 44 ans. Députée sortante élue sous la bannière LFI, elle a depuis rompu avec le leader de la gauche radicale, qui ne l’a pas réinvestie.

Fragilisée par un litige l’opposant devant les prud’hommes à deux de ses anciennes collaboratrices et à couteaux tirés avec certains de ses anciens amis au niveau local, elle a maintenu sa candidature pour, dit-elle à l’AFP, continuer à défendre « les plus fragiles ».

« La Nupes, ce n’est pas l’union de la gauche, c’est du populisme », tacle-t-elle depuis son petit QG de campagne, dans la vieille ville.

La candidate officielle de la Nupes se nomme Nathalie Oziol (LFI), professeure d’anglais de 32 ans, jusqu’ici peu connue.

« Je suis la candidate commune du Parti socialiste, des Insoumis, des écologistes, de communistes. Voter pour moi, c’est faire élire Jean-Luc Mélenchon Premier ministre. Attention aux contrefaçons! », a-t-elle insisté sur France 3, en promettant qu’un « autre monde est possible ».

La Nouvelle alliance populaire est aussi malmenée par la fronde de grandes figures du PS d’Occitanie, de la présidente de région Carole Delga au maire de Montpellier, Michaël Delafosse. Défiant le Premier secrétaire du PS Olivier Faure, ils soutiennent ostensiblement une candidate PS, Fatima Bellaredj, qui se présente en binôme avec l’écologiste Jacqueline Markovic (EELV).

«Cabine téléphonique»

« On nous parle de dissidence: je réponds +résistance+ face à ces médiocres petits pieds, ces 10 personnes réunies dans une cabine téléphonique », pourfend Michaël Delafosse. « On ne peut pas, au nom d’un accord d’appareil destiné à préserver quelques sièges, perdre nos valeurs », assène le maire de 45 ans à qui l’on prête des ambitions nationales dans quelques années.

« L’important, c’est de camper sur ses positions pour que Montpellier puisse inspirer la nation », abonde Mme Bellaredj, pour qui la recomposition d’une gauche « pro-européenne et sociale » viendra « dans un deuxième temps ».

Si elle compte ses particularismes locaux, comme une féroce rivalité entre LFI et PS au sein du conseil municipal, cette circonscription réunit aussi « toutes les intrigues, tous les phénomènes » à l’oeuvre nationalement, souligne Emmanuel Négrier.

« Si le vote populaire se maintient à un niveau élevé, ça sera favorable à la candidate de Mélenchon. S’il s’agit plutôt d’un vote de validation, alors ça bénéficiera à celle d’Emmanuel Macron. Il se peut aussi que des électeurs qui se sont étranglés en votant Macron contre Le Pen se tournent vers la gauche qu’ils connaissent et qui rassure, celle de Delafosse et Delga », dit-il.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background