Moscou dit espérer qu’Ankara «s’abstiendra» d’une offensive en Syrie

Écrit par sur 2 juin 2022

MOSCOU: La Russie espère que la Turquie « s’abstiendra » de déclencher une offensive dans le nord de la Syrie, a déclaré jeudi la porte-parole de la diplomatie russe, faisant allusion aux menaces du président turc Recep Tayyip Erdogan contre les combattants kurdes.

« Nous espérons qu’Ankara s’abstiendra d’actions qui pourraient conduire à une détérioration dangereuse de la situation déjà difficile en Syrie », a écrit Maria Zakharova dans un communiqué.

« Une telle mesure, en l’absence d’accord du gouvernement légitime de la République arabe syrienne, constituerait une violation directe de la souveraineté et de l’intégrité territoriale » de la Syrie « et provoquerait une nouvelle escalade des tensions dans ce pays », a-t-elle observé.

Toutefois, « nous comprenons les préoccupations de la Turquie concernant les menaces à la sécurité nationale émanant des régions frontalières » avec la Syrie, a poursuivi la porte-parole, estimant que le problème pourrait « seulement » être réglé si Damas déployait des soldats dans cette zone.

Le chef de l’Etat turc a annoncé la semaine dernière préparer une nouvelle offensive dans le nord de la Syrie contre les Unités de protection du peuple (YPG).

La Turquie les accuse d’être affiliées au PKK, le Parti des Travailleurs du Kurdistan, qu’elle considère comme une organisation terroriste.

Ankara espère, par la création d’une zone tampon, séparer la Turquie des territoires aux mains des YPG, soutenues par les Etats-Unis au moment de la lutte contre le groupe Etat islamique.

Aux termes d’un accord conclu avec Ankara en octobre 2019, la Russie – alliée au régime de Damas – s’était engagée à faire partir les YPG en coordination avec l’armée syrienne pour les repousser à 30 km au moins de la frontière turque et à organiser des patrouilles communes avec l’armée turque.

Après avoir prévenu ce week-end que la Turquie n’attendrait « pas la permission » des Etats-Unis pour déclencher une nouvelle offensive en Syrie, M. Erdogan a réitéré ses menaces mercredi.

Il a également rappelé mardi à son homologue russe Vladimir Poutine que l’accord conclu en 2019 entre leurs deux pays prévoyait la création d’une zone « nettoyée du terrorisme » le long de la frontière turco-syrienne.

« Sa création est impérative », a martelé M. Erdogan mardi.

Il s’oppose depuis mi-mai à l’entrée de la Suède et de la Finlande dans l’Otan, les accusant d’héberger des « terroristes » du PKK et des YPG.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background