Macron II: Les défis de la recomposition du paysage politique

Écrit par sur 30 mai 2022

PARIS: Le 24 avril dernier, Emmanuel Macron a réussi une performance inédite: il est le seul président de la Ve République à avoir été réélu au suffrage universel direct hors période de cohabitation. Mais le début de son second mandat est marqué par de nombreux défis, notamment la probable recomposition du paysage politique lors des élections législatives de juin 2022.

À en croire les estimations des instituts de sondages, la confédération macroniste devrait emporter la majorité. Mais ce n’est pas rassurant dans un contexte de montée des extrêmes, de recomposition de la gauche sous une direction radicale, et de crise démocratique et institutionnelle. De surcroît, le gouvernement d’Élisabeth Borne, oscillant entre continuité et renouveau, ne semble pas convaincre les Français et il ne paraît pas en mesure de rehausser le crédit présidentiel.

Les leçons de la présidentielle 

Emmanuel Macron a été élu avec plus de 58 % des voix face à son adversaire, Marine Le Pen, qui a obtenu 41,45 % des voix. Le scrutin s’est distingué par une large abstention, qui a atteint 28 %, et un fort pourcentage de bulletins blancs et annulés. L’écart entre les concurrents était de 17 %, très en dessous de l’écart de trente points de 2017. Ainsi, le paysage politique français a été bouleversé à plusieurs égards. Ce qui va compliquer la tâche du président Macron pour pouvoir gouverner.

La présidentielle a surtout révélé trois fractures: politique, sociale et territoriale.

Tous les centres de la vie politique s’accordent à dire que l’échéance des législatives représente une sorte de troisième tour de l’élection présidentielle, comme le qualifie Jean-Luc Mélenchon.

Si l’éclatement du paysage politique en trois principaux pôles (Renaissance – ex-LREM, Nupes – Nouvelle Union de la gauche, Rassemblement national) représente la partie émergée de l’iceberg, la présidentielle a surtout révélé trois fractures: politique, sociale et territoriale. Le phénomène du vote extrême pourrait être lié à l’impact de ces fractures, et à l’importance des clivages sociologiques et territoriaux.

Il est également clair que les électeurs voudraient un pouvoir moins parisien, et plus de décentralisation. «Jupiter» (l’un des surnoms donnés au président Macron durant le premier mandat) devrait agir pour que le pouvoir devienne «en même temps» plus apaisé et moins horizontal, et il devrait établir deux nouveaux compromis: deal social et deal territorial. Il est surtout attendu pour améliorer le pouvoir d’achat et assurer «la transformation énergétique» ainsi que «la planification climatique». Dans le cadre d’une cohabitation risquée prônée par le radical Mélenchon, le président Macron aurait l’avantage de l’expérience ainsi que de bénéficier de la crainte des Français d’une instabilité et d’un blocage institutionnel. Cependant, les risques de troubles sociaux ne sont pas exclus à la lumière des répercussions de la crise ukrainienne en matière socio-économique.

Dans ce contexte précaire, l’entourage d’Emmanuel Macron peut nourrir des inquiétudes à la lecture des résultats des dernières enquêtes d’opinion concernant les proches législatives.

Malgré des rapports de force mouvants dans un paysage émietté, M Macron devra agir vite pour éviter un nouveau quinquennat troublé.

Macron et la quête d’une majorité stable  

Lors de la cérémonie de son investiture, le 7 mai, le président Macron s’est entendu rappeler par Laurent Fabius, le président du Conseil constitutionnel, «l’accumulation de crises» venues «percuter» son premier mandat et qui ne sont «pas toutes terminées». M. Fabius a également souligné «un certain malaise démocratique préoccupant» et il a évoqué les «défis» auxquels le chef de l’État va devoir faire face. «Le défi de la paix ou de la guerre», «le défi de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité» et celui «du renforcement de la démocratie et de la justice sociale». Avec sa promesse d’agir dans le cadre d’un projet républicain et européen, M. Macron ne minimise pas sa tâche, au regard d’une «telle conjonction de défis» et de la gravité des crises qui pèsent sur la France.

''
Le président du Conseil constitutionnel Laurent Fabius (à droite) arrive au palais présidentiel de l’Elysée à Paris, le 7 mai 2022, pour assister à la cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron comme président français, suite à sa réélection le 24 avril dernier. (AFP).

Dans ce contexte précaire, l’entourage d’Emmanuel Macron peut nourrir des inquiétudes à la lecture des résultats des dernières enquêtes d’opinion concernant les proches législatives. Pour le premier tour, le 12 juin, les derniers sondages soulignent que la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes – partis de la gauche et des Verts, associés sous la houlette de Jean-Luc Mélenchon, ambitionnant d’être le Premier ministre d’une cohabitation inédite au début du mandat) jouit d’une dynamique qui pourrait lui permettre de dépasser de peu Ensemble (la confédération macroniste qui inclut Renaissance, le Mouvement démocrate, et Horizons…). La Nupes pourrait être créditée de 28 à 30 % des voix contre 27 à 29 % pour Ensemble.

Cependant, il ne s’agit pas d’un bouleversement total de la situation. En effet, il y a en réalité 577 élections différentes dans ce grand scrutin des législatives 2022, la donnée sondagière la plus pertinente étant donc la projection finale en nombre de députés. Ainsi, selon les derniers sondages, l’alliance «macroniste» serait, malgré le réveil de la gauche, la grande gagnante de ces législatives avec 295 à 335 sièges remportés à l’issue du deuxième tour (la majorité absolue est de 289 députés). La Nupes serait, quant à elle, la première force d’opposition, avec 155 à 185 sièges de députés. De leur côté, les Républicains et leurs alliés en obtiendraient 50 à 70, et le Rassemblement national, entre 14 et 34.

''
La Première ministre français et candidate aux élections législatives, Elisabeth Borne, regarde, à Aunay-sur-Odon, dans l’ouest de la France, le 28 mai 2022, lors d’une visite de campagne dans la 6e circonscription du Calvados, en Normandie. Les électeurs français se rendent aux urnes pour les élections législatives de juin 2022. (AFP).

Outre la répartition des sièges, l’étude des résultats de la Première ministre, Élisabeth Borne, ainsi que des ministres impliqués dans le combat électoral sera essentielle pour le maintien de l’équipe ou son changement.

À première vue, on peut constater que la nomination de Mme Borne comme deuxième femme au poste de Premier ministre dans l’Histoire de la Ve République constitue un rebondissement sur le chemin semé d’embûches des élections législatives, et une entrée délicate pour la recomposition d’un paysage politique.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background