L’Ukraine dit reprendre du terrain près de Kherson, Zelensky s’adresse aux Européens

Écrit par sur 30 mai 2022

KHARKIV: L’Ukraine affirme reprendre du terrain dans la région de Kherson, aux mains des Russes depuis le début de l’invasion, au moment où le président Volodymyr Zelensky doit s’adresser lundi aux dirigeants européens réunis à Bruxelles pour un sommet extraordinaire consacré à son pays.

« Kherson, tiens bon, nous sommes proches! », affirme l’état-major ukrainien sur sa page Facebook.

Dans son point de situation publié dans la nuit de dimanche à lundi, l’armée ukrainienne affirme avancer dans la région de Kherson, du côté des villages de Andriyivka, Lozove et Bilohirka.

Le bulletin de lundi matin ne donne pas de précision quant à Kherson, mais indique que les forces russes ont fait venir des forces spéciales à Mykolayiv, la ville voisine, « dans le dessein de mener des actions offensives pour récupérer des positions perdues ».

Aucun commentaire côté russe n’a été fait dans un premier temps concernant les affirmations de Kiev faisant état de « la construction de lignes défensives » par les troupes russes autour de Kherson.

Cette contre-offensive ukrainienne sur Kherson intervient alors que les nouvelles autorités de la ville, désignées par le Kremlin, ont d’ores et déjà exprimé le souhait d’être rattachées à la Russie, laquelle a annoncé qu’elle allait permettre aux habitants de demander un passeport russe via « une procédure simplifiée ».

Si Kherson retombait aux mains de Kiev, ce serait une avancée symbolique forte, cette région ayant été entièrement conquise par l’armée russe depuis son offensive lancée le 24 février.

A cela s’ajoute le fait que Kherson est stratégiquement située dans le sud de l’Ukraine, près de l’embouchure du Dniepr sur la mer Noire.

VISITE À KIEV DE LA NOUVELLE MINISTRE FRANÇAISE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES

La nouvelle cheffe de la diplomatie française, Catherine Colonna, effectuait lundi son premier voyage en Ukraine pour « témoigner de la solidarité de la France à l’égard du peuple ukrainien (…) face à l’agression russe », a indiqué lundi le Quai d’Orsay.

C’est la responsable française de plus haut rang à visiter l’Ukraine depuis le début de l’attaque russe le 24 février.

La ministre s’entretiendra avec le président Volodymyr Zelensky et son homologue ukrainien, Dmytro Kuleba, « pour évoquer en particulier le blocage des exportations de céréales et d’oléagineux d’Ukraine qui soulève des risques réels d’insécurité alimentaire », a précisé le communiqué.

La ministre se rendra aussi à Boutcha, ville de la banlieue de Kiev où ont eu lieu des massacres de civils imputés aux troupes russes. Elle y « remettra du matériel de sécurité civile (camions de pompiers et ambulances) » aux autorités.

Mme Colonna avait réservé mardi dernier à l’Allemagne sa première visite à l’étranger. Elle avait souligné qu' »aucun des pays du G7 (n’était) en guerre contre la Russie » mais appelé à « encore renforcer notre soutien à l’Ukraine dans la durée, sur tous les plans ».

Elle avait aussi évoqué l’idée d’Emmanuel Macron d’une « communauté politique européenne », susceptible d’accueillir l’Ukraine ou la Grande-Bretagne.

Le président Zelensky doit s’adresser lundi aux dirigeants européens réunis à Bruxelles pour un sommet extraordinaire consacré à son pays.

Nouvelles sanctions au menu 

Le président ukrainien doit parler lundi au début du sommet européen, par visioconférence depuis Kiev. De nouvelles sanctions contre Moscou sont au menu de cette réunion des Vingt-Sept.

Outre l’embargo pétrolier, le paquet de sanctions vise l’exclusion de banques russes du système financier international Swift, une aide à l’Ukraine allant jusqu’à neuf milliards d’euros en 2022.

Cette adresse du président Zelensky intervient au lendemain de sa visite très médiatisée dimanche à Kharkiv, la deuxième ville d’Ukraine, dans le nord-est du pays. Une sortie inédite depuis l’invasion russe de fin février.

« Nous défendrons notre terre jusqu’au bout. Ils n’ont aucune chance », a déclaré M. Zelensky dimanche, allant à la rencontre de militaires sur le terrain, en gilet pare-balles et treillis, et visitant les décombres de bâtiments détruits à Kharkiv.

Médiation au point mort

Les tentatives de médiation entre Moscou et Kiev sont au point mort.

Ce week-end encore le président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz ont eu un entretien téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine, l’enjoignant d’entamer des « négociations directes sérieuses » avec Kiev.

Les forces russes, qui se sont repliées de la région de Kharkiv, ont continué leur progression ce week-end en direction des villes clefs de Severodonetsk, pilonnée sans relâche, et Lyssytchansk, sa ville jumelle, dans le Donbass.

Situées de part et d’autre de la rivière Siversky Donets, elles sont menacées d’encerclement par les forces russes et les séparatistes prorusses, qui cherchent à établir un contrôle complet sur le bassin minier du Donbass.

« Du côté de Donetsk, l’agresseur se concentre sur des opérations offensives pour encercler nos troupes à Lyssytchantsk et Severodonetsk », précise le bulletin de l’armée ukrainienne de lundi matin.

Le dirigeant de la république russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, avait revendiqué quant à lui samedi soir avoir pris le contrôle de Severodonetsk, ville qui comptait 100.000 habitants avant la guerre.

Le maire de Severodonetsk, Olexander Stryuk, a alerté sur l’aggravation de la situation sanitaire dans sa ville privée d’électricité depuis plus de deux semaines et vidée de ses habitants. Les « bombardements constants » compliquent beaucoup l’approvisionnement, notamment en eau potable, des milliers d’habitants encore sur place.

Alors que l’Ukraine, grande puissance agricole, ne peut plus exporter ses céréales en raison du blocage de ses ports, Vladimir Poutine a assuré, lors de sa conversation avec ses pairs français et allemands, que son pays était « prêt » à aider une exportation « sans entraves » des céréales de l’Ukraine.

LES RUSSES AVANCENT VERS LE CENTRE DE SEVERODONETSK, SITUATION «TRÈS DIFFICILE»

Les forces russes ont progressé vers le centre de Severodonetsk, ville dans l’Est de l’Ukraine, pilonnée depuis des semaines et où se déroulent désormais des combats de rue, a annoncé lundi le gouverneur de la région.
« Les Russes avancent vers le milieu de Severodonetsk. Les combats se poursuivent, la situation est très difficile », a indiqué sur Telegram Serguiï Gaïdaï, à la tête de la région de Lougansk.
Selon lui, deux personnes ont été blessées lundi lorsque leur voiture a été prise pour cible, et se trouvent désormais « en sécurité ». Trois médecins sont portés disparus, selon la même source.
« L’infrastructure critique de Severodonetsk est détruite, 60% du parc de logements ne peut pas être restauré », a poursuivi M. Gaïdaï.
Il a ajouté que la route reliant Severodonetsk à la ville jumelle de Lyssychansk puis à celle de Bakhmout plus au sud était trop « dangereuse » pour permettre l’évacuation des civils et le transport d’aide humanitaire.
Dimanche, M. Gaïdaï avait signalé qu’un assaut russe sur Severodonetsk était en cours avec des combats de rue. Il avait également indiqué que la situation à Lyssychansk s’était « largement aggravée ».
Severodonetsk, ville de 100.000 habitants avant la guerre, est pilonnée à l’artillerie depuis des semaines par l’armée russe et les séparatistes prorusses qui combattent à ses côtés. Des dizaines de civils y ont tués.
Severodonetsk et Lyssytchank sont situées à plus de 80 km à l’est de Kramatorsk, devenu le centre administratif du Donbass ukrainien depuis que les séparatistes soutenus par Moscou se sont emparés de la partie orientale de ce grand bassin houiller en 2014.

Blocage hongrois

A Bruxelles, à la veille du sommet de l’UE, les représentants des Vingt-Sept ont examiné dimanche une nouvelle proposition qui exempterait temporairement un oléoduc clé pour la Hongrie d’un embargo progressif de l’UE sur le pétrole russe, afin de tenter de lever le blocage sur leur 6e paquet de sanctions contre Moscou.

Ces nouvelles sanctions sont pour l’instant bloquées par la Hongrie, pays enclavé sans accès à la mer et dépendant du pétrole acheminé de Russie par l’oléoduc Droujba, qui lui fournit 65% de sa consommation.

Parallèlement, les Occidentaux continuent à revoir leurs politiques de défense face à la menace russe.

Le chef adjoint de l’Otan, Mircea Geoana, a estimé dimanche que l’Alliance n’était plus tenue par ses anciens engagements envers Moscou de ne pas déployer ses forces en Europe orientale.

Dans l’Acte fondateur sur les relations entre l’Otan et la Russie, signé il y a 25 ans, les Russes s’étaient « engagés à ne pas agresser les voisins, c’est ce qu’ils sont en train de faire, et à tenir des consultations régulières avec l’Otan, ce qu’ils ne font pas », déclaré M. Geoana.

Selon lui, l’Acte fondateur « ne fonctionne simplement pas, à cause de la Russie », et l’Otan n’a désormais plus « aucune restriction » pour se doter d’une « posture robuste sur le flanc est ».

Et en Allemagne, gouvernement et opposition conservatrice ont trouvé dimanche soir un accord pour faire une entorse aux règles budgétaires imposées par la constitution, afin de débloquer 100 milliards d’euros pour moderniser l’armée.

UNE VOITURE PIÉGÉE EXPLOSE À MELITOPOL, LES AUTORITÉS PRORUSSES ACCUSENT KIEV

Une voiture piégée a explosé lundi matin à Melitopol, faisant deux blessés, a indiqué l’administration prorusse de cette ville du sud de l’Ukraine occupée par les forces russes, qui accuse Kiev d’être derrière cet « attentat ».
« Vers 08H00 du matin une voiture piégée a explosé dans le centre de la ville », a écrit l’administration de la cité située près de la mer d’Azov, faisant état de deux blessés, des « bénévoles qui apportaient de l’aide humanitaire » âgés de 25 et 28 ans.
Une enquête est en cours, selon cette source.
« C’est un acte terroriste cynique du régime de Kiev, un acte destiné à effrayer les habitants de notre ville, un acte dirigé contre les civils », a accusé Galina Daniltchenko, la nouvelle maire de la cité installée par les forces russes, citée par l’agence russe Ria Novosti.
« C’est une situation horrible, et le régime de Kiev ne peut se faire à l’idée que les habitants de Melitopol ne veulent plus avoir à faire avec ce pouvoir de Kiev, nous voulons vivre une nouvelle vie, une autre vie, une vie pacifique », a-t-elle ajouté.
Melitopol a été conquise par les forces russes dans les premiers jours de l’offensive de Moscou en Ukraine. Le 11 mars, son maire, Ivan Fedorov, avait été enlevé par les Russes, avant d’être libéré quelques jours plus tard. Une administration prorusse a ensuite été installée dans la cité.
Le 23 mai, Andreï Chevtchik, le maire installé par Moscou d’Energodar, autre ville du sud de l’Ukraine accueillant la plus grande centrale nucléaire d’Europe, avait été blessé dans une explosion avec deux de ses gardes du corps.
Selon le Comité d’enquête russe, une « bombe artisanale » avait été placée dans une armoire électrique dans l’entrée d’un immeuble résidentiel.
Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, avait estimé qu’il s’agissait d’un « attentat » commis par des « nationalistes » ukrainiens.
Les villes de Melitopol et d’Energodar appartiennent à la région ukrainienne de Zaporijjia, en grande partie occupée par Moscou. Elle est voisine de celle de Kherson, entièrement sous contrôle russe, dont l’annexion par la Russie semble se dessiner.
Le contrôle par la Russie du littoral de la mer d’Azov (Kherson, Zaporijjia et Donetsk), y compris le port de Marioupol, permet de constituer un pont terrestre pour relier le territoire russe à la péninsule de Crimée, qu’elle a annexée en 2014.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background