Toulouse: Pierre Baudis, investi aux législatives, perpétue une tradition familiale

Écrit par sur 29 mai 2022

TOULOUSE : Pierre Baudis, 34 ans, a débarqué par surprise sur la scène politique à Toulouse. Investi par LREM, il brigue une circonscription jadis tenue par son père et son grand-père.

Sur le marché du Cristal, au coeur de Toulouse, son visage est encore peu connu mais la lecture de son nom sur les tracts de campagne déclenche des sourires. « Je suis émue. Ici, les Baudis c’est une tradition. Beaucoup vont voter pour lui, on leur doit beaucoup », confie Marie-Claire Courtes, 70 ans, après avoir échangé quelques mots et de « vieux souvenirs » avec le candidat LREM.

De 1971 à 2001, la 4e ville de France a été dirigée par Pierre (1971-1983) puis Dominique Baudis (1983-2001), tous deux de centre-droit. Et pendant 30 ans aussi, la 1ère circonscription a envoyé un Baudis au palais Bourbon.

Cheveux tirés en arrière, dévoilant un front haut, moustache soignée, Pierre Baudis se présente comme un « centriste révolutionnaire, loin de l’idée de mollesse du centre ».

«Pas d’héritage»

« Le terme dynastie, je le récuse, dit-il fermement. La catégorie professionnelle où il n’y a pas d’héritage, c’est bien la politique. Le suffrage universel ne se transmet pas ».

« Je suis extrêmement fier du destin de mon père, de mon grand-père, qui ont toujours agi pour Toulouse, sa région, la France et pour l’Europe. En ce qui me concerne, j’ai tout à faire ».

Adhérent LREM depuis son investiture, il est débutant en politique.

Après quelques années dans le journalisme, il s’est réorienté vers le conseil en communication et les réseaux sociaux. En bon communiquant, et en soldat loyal, il déroule un discours à la gloire de la politique d’Emmanuel Macron.

Une retraite minimum de 1 100 euros, des bilans de santé gratuits à 25, 45 et 60 ans, la lutte contre les déserts médicaux, égrène-t-il en soulignant l’importance de donner une majorité au chef de l’Etat.

La 1ère circonscription de Haute-Garonne, 150 000 habitants, s’étend de la place du Capitole à l’aéroport de Blagnac, en passant par les usines Airbus, « le poumon financier de notre région, dit-il. Ce serait trop dangereux de laisser une forme d’obscurantisme s’installer, qui détricoterait 40 à 50 ans d’une industrie qui rayonne à l’international ».

« Le nom de Baudis retentit à Toulouse, le retour du petit-fils prodigue est un évènement, observe le politologue toulousain Jean-Michel Ducomte. Ce ne sera pas nécessairement une voie royale, il y a un électorat de gauche, mais incontestablement, LREM dispose d’une assez grande marge de manoeuvre ».

Cette circonscription, souvent à gauche quand les Baudis ne s’y présentent pas, a été remportée en 2017 par la majorité présidentielle, mais le député sortant Pierre Cabaré n’a pas été réinvesti.

« Ceux qui voteront pour Pierre Baudis, ne voteront pas forcément pour LREM, le nom va les inciter, notamment les personnes âgées. Il est porteur d’un héritage imaginaire », considère le professeur de Sciences Po Toulouse.

Parmi les autres candidats, dont la RN Cathy Marsal et le PRG Pierre-Nicolas Bapt, Hadrien Clouet (LFI, Nupes) apparaît comme l’autre poids lourd dans cette circonscription qui a voté à 32% pour Jean-Luc Mélenchon au 1er tour de la présidentielle, puis à 73% pour Emmanuel Macron au second tour.

«Prendre à Bernard Arnault»

Sociologue à l’université Jean Jaurès de Toulouse et figure montante de la France insoumise, il affiche l’objectif de réduire les inégalités dans cette circonscription « où il y a plus de riches et plus de pauvres qu’ailleurs ».

Une circonscription, ajoute-t-il, « avec une grande mobilité, de nombreux néo-Toulousains, sur qui les vieux réseaux politiques ont moins de prise ». « Trente ans de Baudis, ça suffit, 35 ans ce serait trop ».

L’universitaire de 30 ans, militant du Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon dès sa création en 2008, prête à Pierre Baudis « un rapport timide à la notion de débat démocratique », après le refus du candidat LREM d’un débat proposé par Radio-France.

A l’Assemblée nationale, il aimerait faire prospérer une couverture santé « intégrale et automatique », « un droit d’intervention dans les décisions de l’entreprise et un droit de véto suspensif sur les plans de licenciements » et une retraite minimum de 1 500 euros.

Dans le quartier populaire Arnaud-Bernard, dans le centre de Toulouse, il fait du porte-à-porte avec une quinzaine de militants.

A une dame de 87 ans, électrice de Mélenchon qui ouvre volontiers sa porte, il promet: « On va prendre à Bernard Arnault (plus grosse fortune française, ndlr), pour donner à Arnaud-Bernard


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background