Macron, «l’agitateur d’idées» européen, de retour lundi à Bruxelles

Écrit par sur 27 mai 2022

PARIS: « Agitateur d’idées », force motrice ou leader de l’Europe ? Emmanuel Macron est en tous cas très attendu lundi à Bruxelles pour son premier sommet post-réélection, après une série de propositions choc sur la réforme de l’UE et l’ancrage de l’Ukraine à l’Europe, très contestées à l’Est.

« Tous ces dirigeants européens savent ce qu’est une élection et regardent leur homologue d’une manière différente selon qu’il a subi une défaite ou obtenu une victoire », relève le diplomate français et fin connaisseur des arcanes européennes Pierre Vimont, aujourd’hui chercheur associé au centre d’études Carnegie Europe à Bruxelles.

Le président français a été réélu avec 58% des voix le 24 avril face à la candidate d’extrême droite Marine Le Pen, au terme d’une bataille électorale suivie de près au sein de l’UE en raison de ses enjeux européens.

« L’autorité d’Emmanuel Macron sort renforcée de cette consultation électorale », même s’il doit encore faire face aux législatives des 12 et 19 juin, poursuit l’ex-secrétaire général du Service extérieur de l’UE.

Le chef de l’Etat français, dont le pays assure la présidence tournante de l’UE jusqu’à la fin juin, a aussi frappé fort le 9 mai à Strasbourg en se disant favorable à une réforme des traités européens pour rendre l’UE plus efficace, et en proposant de créer une « communauté politique européenne » pour arrimer plus vite l’Ukraine à l’Europe après l’offensive russe du 24 février.

« Ses partenaires vont sans doute lui poser beaucoup de questions », même si le sujet n’est pas officiellement à l’ordre du jour, note Pierre Vimont. Le sommet sera consacré à l’aide financière à l’Ukraine et la réduction de la dépendance aux énergies fossiles.

«Méfiance»
Les plus hostiles n’ont d’ailleurs pas tardé à donner de la voix. Le président polonais Andrzej Duda a plaidé le 22 mai depuis Kiev pour une adhésion de l’Ukraine à l’UE. Son homologue lituanien Gitanas Nauseda s’est aussi inquiété d’un « manque de volonté politique » pour faire entrer rapidement l’Ukraine dans l’UE.

« Il y a de la méfiance. On voit ces propositions comme un moyen de retarder le processus d’intégration de l’Ukraine », pointe Lukasz Maslanka, chercheur à l’Institut polonais d’Affaires internationales (PISM).

Emmanuel Macron assure que la « communauté politique européenne » n’est pas une alternative à l’entrée de l’Ukraine dans l’UE mais une solution intermédiaire, sachant que l’adhésion prendra des « décennies ».

Le doute est néanmoins instillé. « Il y a pas mal de malentendus qu’il faudra sans doute dissiper », résume Pierre Vimont. « La balle est dans notre camp », concède-t-on à l’Elysée.

Les appels du chef de l’Etat à ne pas « humilier » la Russie sont aussi très mal perçus en Ukraine et en Europe centrale et orientale.

Avec sa proposition, Emmanuel Macron a peut-être fait une erreur de « communication », en prenant trop vite la parole ou en n’expliquant pas assez son projet, esquisse Lukasz Maslanka.

«Un problème allemand»
« Il croit beaucoup à la force créatrice de sa parole mais nous savons qu’en Europe tout est fait de compromis, et ce n’est pas forcément la parole du président français qui va décider », ajoute l’expert polonais.

Selon lui toutefois, la France a des « bases solides pour devenir le leader de l’Europe », a fortiori à un moment où l’Allemagne est à la peine avec une politique jugée trop timorée vis-à-vis de l’Ukraine.

Le président Macron a cependant besoin du tandem franco-allemand pour faire avancer ses idées. Le chancelier Olaf Scholz a d’ailleurs aussitôt jugé « intéressante » son idée de communauté politique européenne.

« Il n’y a pas de leadership allemand en ce moment, il y a un problème allemand », déplore Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert Schuman à Paris.

Dans ce contexte, Emmanuel Macron apparaît plus que jamais aux avant-postes de l’UE. « C’est le rôle traditionnel de la France d’agiter des idées. On n’a pas raison sur tout mais on fait avancer le +schmilblick+ », rappelle Jean-Dominique Giuliani.

« Les idées françaises traditionnelles portées par le président avec un porte-voix un peu brutal, parfois un peu audacieux, ça percole, ça fait réfléchir les Européens », dit-il.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background