Au procès des douanes, l’entêtant parfum de corruption au port du Havre

Écrit par sur 26 mai 2022

PARIS : Il a accepté de garder 800 000 euros en liquide pour le compte de son « tonton » par simple « empathie »: soupçonné de corruption, c’est le récit « rocambolesque » qu’a servi l’ancien chef du renseignement douanier au Havre, mercredi, au tribunal correctionnel de Paris.

Dans ce procès qui dure depuis le 9 mai, six ex-cadres des douanes sont soupçonnés d’avoir fermé les yeux sur les trafics d’un de leurs informateurs fétiches grâce à qui ils auraient monté de toutes pièces des importations de café pour gonfler artificiellement les chiffres des saisies. Et le tribunal tente de comprendre comment cet indic trouble a fini par totalement dominer son agent traitant.

A la barre, Pascal Schmidt, l’ex-chef d’antenne au Havre de la Direction des opérations douanières (DOD), bras armé de la puissante Direction nationale du renseignement douanier (DNRED), tente de dissiper les lourds soupçons de corruption qui pèsent sur lui.

Plus de 800 000 euros en liquide ont été retrouvés dans son bureau et à son domicile fin 2016, lors d’une perquisition après laquelle un autre douanier du Havre s’est suicidé.

Un magot qui ressemble fort selon l’enquête à une récompense de la part de son informateur, Zoran Petrovic, soupçonné d’avoir pu faire passer des conteneurs probablement remplis de tabac de contrebande au port du Havre, sans aucun contrôle.

M. Schmidt assure qu’il ne faisait que garder temporairement cet argent pour son « aviseur », effrayé par une perquisition policière quelques temps auparavant.

Lorsqu’il lui remet l’essentiel du cash « dans l’urgence », cet ancien militaire serbe lui assure qu’il doit le récupérer « dans dix jours ».

Pourquoi avoir accepté un tel service, en violation avec toutes les règles de gestion d’un informateur ?

« Sur le coup, je ne réfléchis pas », reconnaît le douanier, en se dandinant dans son ensemble gris dépareillé.

S’il a franchi la ligne rouge sans en informer personne, c’est par « empathie pour la source parce que je le connais depuis cinq ans. (…) On ne reste que des humains », se justifie-t-il, en livrant de son propre aveu une histoire « un peu rocambolesque ».

«Tout est hors normes»

En face, la présidente s’étonne de ces explications « pas forcément très vraisemblables ».

Petrovic, qui a longtemps été l’informateur fétiche des douanes, avec 32 opérations de saisies apportées contre lesquelles il a touché plus de 400 000 euros, n’avait-il pas un coffre ou d’autres amis plus proches chez qui cacher cet argent ?

A la barre, cet ancien militaire serbe a corroboré en tous points le récit de « Monsieur Pascal », à qui il a également offert une montre de luxe Chopard, retrouvée dans le vestiaire du douanier.

C’est une perquisition chez lui dans une autre affaire de stupéfiants, où les policiers ont saisi 100 000 euros en petites coupures, qui l’a décidé à relocaliser le cash, majoritairement acquis selon lui grâce à ses collaborations avec la douane.

« Je pensais qu’il serait mieux chez l’agent traitant qui avait connaissance de sa provenance », a assuré l’indic, bras croisés sur son torse corpulent.

Face aux moues dubitatives des juges et des procureurs, M. Schmidt a également rappelé l’historique de sa relation avec Petrovic, qui lui est assigné dès l’origine directement par l’ex-patron de la DOD, Vincent Sauvalère, sans qu’il soit mis au courant que le Serbe figure depuis 2009 sur une liste noire des aviseurs à éviter absolument.

« Quand je refais le film de ces cinq ans, tout est hors normes, tout est hors cadre », a-t-il avoué, un peu penaud.

Depuis trois semaines, les juges tentent de comprendre s’il est le seul qu’on peut soupçonner d’avoir fauté, ou bien si la hiérarchie douanière était plus largement impliquée dans le système opaque autour de Petrovic, révélé par une saisie douteuse de 43 tonnes de café contrefait en 2015, dont l’intérêt a été sérieusement remis en cause par l’enquête – le robusta de piètre qualité aurait difficilement pu être écoulé.

Face aux dénégations de ses supérieurs, l’ex-agent, qui nie avoir permis à son informateur de développer un trafic de cigarettes, refuse de porter seul le chapeau.

« Dire que j’aurais la possibilité de faire rentrer de la marchandise sans que personne ne le voie, c’est quelque chose qui m’agace », s’est-il ému.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background