Burkini à la piscine: la justice française suspend l’autorisation donnée par la ville de Grenoble

Écrit par sur 25 mai 2022

GRENOBLE : La justice française a suspendu mercredi une disposition du nouveau règlement des piscines municipales de la ville de Grenoble (sud-est) autorisant le port du burkini, à l’origine d’une vive polémique en France.

Le tribunal administratif de Grenoble se prononçait suite au dépôt par le représentant local de l’Etat d’un « référé laïcité » réclamant la suspension de cette mesure controversée.

Le tribunal relève que l’article en cause permet aux usagers de « déroger à la règle générale d’obligation de porter des tenues ajustées près du corps pour permettre à certains usagers de s’affranchir de cette règle dans un but religieux ».

Ses auteurs ont par là-même « gravement porté atteinte au principe de neutralité du service public », affirme-t-il.

La maire de Grenoble, ville de quelque 158 000 habitants située au pied des Alpes et dirigée par un écologiste, Eric Piolle, a souhaité modifier le code vestimentaire dans les piscines pour y autoriser le burkini (un maillot de bain couvrant le corps et la tête, créé en Australie en 2004), et le monokini. Le nouveau règlement devait entrer en vigueur le 1er juin.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est immédiatement félicité sur Twitter de cette « excellente nouvelle ».

Le sujet polarise depuis plusieurs mois la classe politique française. Pour ses opposants, le burkini constitue un symbole flagrant d’oppression de la femme et s’apparente au voile intégral que les talibans viennent de réimposer à la gent féminine en Afghanistan.

Le président conservateur de la région Auvergne-Rhône-Alpes, où se trouve Grenoble, Laurent Wauquiez, avait accusé début mai le maire de Grenoble de « soumission à l’islamisme », dans un pays terrassé par plusieurs attentats jihadistes et où la question communautaire fait débat.

En France, le burkini n’était jusqu’à présent autorisé dans les piscines d’une seule autre grande ville, à Rennes (ouest) depuis 2018.

En quelques semaines, et à l’approche des élections législatives des 12 et 19 juin, le débat a viré à la tempête politique, les deux camps s’affrontant à coups de tribunes, pétitions et prises de position musclées.

Le maire de Grenoble fait « du mal » aux « valeurs républicaines » avec ce projet « absolument grave », avait estimé une porte-parole du parti du président Emmanuel Macron: « On viendrait déroger à la règle pour répondre à une volonté politique religieuse ».

Dans l’autre camp, une centaine de personnalités dont des féministes de renom, avaient publié une tribune de soutien: « les femmes musulmanes ont autant leur place à la piscine » que les autres citoyens et « personne ne doit être stigmatisée jusque dans les bassins en raison de son choix de maillot ».


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background