Si les perspectives économiques de la région Mena sont «positives», il reste des défis à relever

Écrit par sur 24 mai 2022

DAVOS: Les perspectives économiques pour la région Mena sont globalement positives, malgré certains défis comme la hausse des prix des denrées alimentaires, a déclaré lundi dernier le ministre saoudien des Finances, Mohammed al-Jadaan, lors d’une table ronde qui s’est tenue à l’occasion du Forum économique mondial.
S’exprimant lors d’une session qui portait sur les perspectives de la région Mena, M. Al-Jadaan a affirmé que, à moyen terme, les possibilités de croissance étaient «très positives». Il a cependant mis en garde contre le fait de vouloir considérer la région Mena comme un même bloc.
«Ce qui pourrait convenir à un pays ou être adapté aux défis auxquels fait face un État pourrait se révéler différent dans un autre. Il ne faudrait pas considérer la région Mena comme un seul bloc. Cela dit, les pays de la région présentent beaucoup d’avantages et de défis communs», a-t-il précisé.
«Le monde entier est confronté aux mêmes défis, mais la situation est plus alarmante à plusieurs niveaux dans la région Mena», a-t-il ajouté.
«Il s’agit de la sécurité énergétique, alimentée par la reprise postpandémique, ainsi que des défis que pose la chaîne d’approvisionnement. La sécurité alimentaire représente un autre problème grave, alimenté lui aussi par la situation géopolitique», a-t-il souligné.
Évoquant une hausse attendue des prix alimentaires, M. Al-Jadaan a poursuivi en ces termes: «Dans ce domaine, en particulier, il convient de rappeler que la région Mena est un important importateur de blé.»
«Il suffit de consulter quelques données de base pour savoir que nous représentons environ 6% de la population mondiale. La Banque mondiale prédit que 20% de la famine potentielle à travers le monde touchera la région Mena.»
Cependant, au sein du Royaume lui-même, M. Al-Jadaan a indiqué que les perspectives étaient «très saines», ajoutant que la croissance du produit intérieur brut des recettes pétrolières atteindrait 19% cette année, avec une croissance du PIB non pétrolier de 6%.
Le ministre a ajouté que les changements au niveau des prix du pétrole n’auraient pas d’incidence sur la façon dont le Royaume gère ses finances. Il a indiqué qu’il n’existait pas de plan immédiat pour transférer des fonds vers son fonds souverain – le fonds d’investissement public (PIF).
Lors de la table ronde, il a révélé que l’inflation saoudienne était d’1,6% à la fin du premier trimestre de cette année et qu’elle devrait atteindre entre 2,1% et 2,3% d’ici à la fin de l’année.
«Les gens se contentent de regarder les prix du pétrole et croient que ce qui se passe est simplement le résultat de cette flambée», a fait observer M. Al-Jadaan.
«Les prix du pétrole ont déjà atteint de plus hauts sommets en Arabie saoudite. Il s’agit de savoir comment gérer ces prix  et comment le système est prêt à y faire face.»
Le ministre des Finances a également annoncé que la filiale de Tadawul – la Securities Depository Center Company, ou Edaa –, avait signé un accord avec Euroclear lundi dernier.
Un communiqué publié par le ministère saoudien des Finances indique: «Cet accord permettra aux investisseurs internationaux de régler des titres de créance émis au niveau national au moyen d’un compte de mandataire direct dans la filiale Edaa en utilisant leurs comptes courants à Euroclear et de parvenir ainsi à une plus grande interopérabilité au sein du marché.»
Euroclear est une société de services financiers basée en Belgique. Elle est spécialisée dans le règlement des transactions sur titres ainsi que dans la garde et la gestion des actifs de ces titres.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background