Législatives: à Strasbourg, militants et électeurs écolos divisés face à l’union avec LFI

Écrit par sur 28 avril 2022

STRASBOURG: « Erreur politique » de refuser l’union? Ou risque de s’allier avec un parti « dogmatique »? A Strasbourg, ville verte où le candidat écologiste Yannick Jadot a été largement distancé par Jean-Luc Mélenchon au 1er tour de la présidentielle, un possible accord avec LFI aux législatives divise militants et électeurs.

La France Insoumise (LFI), dont le leader Jean-Luc Mélenchon est arrivé troisième (21,95%) le 10 avril, EELV et les communistes ont entamé des négociations pour faire front commun aux législatives mais les pourparlers se sont tendus cette semaine, notamment autour des questions européennes. Sans refuser l’alliance, Yannick Jadot refuse également de se ranger derrière l’Insoumis.

A Strasbourg, capitale européenne gérée depuis deux ans par la Verte Jeanne Barseghian, il est arrivé quatrième au soir du 1er tour, plafonnant à 6,41% des voix (4,63% au niveau national), quand M. Mélenchon en a rassemblé 35%.

« Le verdissement tardif de Mélenchon », en fin de campagne, « a dû agir pour fusionner les deux sensibilités, sociales et écologiques », présentes de longue date à Strasbourg, analyse le politologue strasbourgeois Richard Kleinschmager.

Le patron de LFI a également cartonné dans d’autres villes écologistes, comme à Bordeaux, Lyon ou Grenoble, ville où il a aussi fini en tête.

«Erreur politique»

Militant EELV dans la métropole alsacienne, Bruno Dalpra relativise le score décevant du candidat vert: « Dans une région (l’Alsace) globalement tournée à droite, Strasbourg est restée à gauche ».

Cet habitué des luttes sociales et écologiques, qui se décrit comme « un rouge chez les verts », dit nourrir « un grand espoir » que son parti fasse alliance avec LFI.

A ses yeux, « ça serait une erreur politique de ne pas arriver à trouver une entente et un accord pour les législatives », estime ce quadragénaire qui plaide pour « une alliance la plus large possible » afin d’avoir « un maximum de députés et la majorité à l’Assemblée ».

Lors de la primaire écolo qui avait désigné Yannick Jadot, il avait préféré soutenir le maire de Grenoble Eric Piolle, chantre d’un « arc humaniste » rassemblant les forces de gauche et qui a prôné l’union derrière Jean-Luc Mélenchon aux législatives.

Mais attention: l’union oui, mais pas à n’importe quel prix. « Chacun doit trouver sa place », insiste M. Dalpra. Premier parti de gauche, « la France Insoumise a une grande responsabilité », celle « de faire de la place sans humilier » ses partenaires.

«Losers qui font 3%»

Electeur de Jadot, Olivier Laurent, fonctionnaire de 49 ans, voit en revanche d’un oeil sceptique une possible union avec une formation dont il doute de la capacité de « compromis ».

Pour lui, les questions européennes et internationales constituent les « principaux clivages » entre les deux formations.

« Je ne sais pas si LFI pourra par exemple faire des compromis » sur les questions liées à l’Europe, s’interroge le Strasbourgeois, qui estime que « l’effet vote utile » en faveur de Mélenchon « ne permet pas », tout comme « le vote Macron au second tour », de « mesurer le niveau d’adhésion (…) au programme et surtout à la personne » du leader Insoumis.

Selon lui, une alliance avec les Insoumis risquerait de faire fuir « une partie de l’électorat » EELV, « moins attiré par le dogmatisme », « la virulence » ou la « logique de parti antisystème » de LFI.

Votera-t-il aux législatives pour cette union de la gauche si elle se concrétisait? « Avec un programme de gouvernement bien défini et clair, pourquoi pas? Mais avec des garanties sur les libertés fondamentales et les acquits européens », prévient le quadragénaire.

S’allier à LFI, « c’est l’espoir de quelque chose qui peut se faire à gauche », s’enthousiasme Luna Bossuet, 22 ans, militante aux Jeunes écologistes.

Pour elle, les bons scores de Mélenchon n’ont rien d’étonnant, beaucoup d’électeurs ayant opté « en dernière minute » pour l’Insoumis. Même « certains militants +jeunes écolos+ », dont la plupart sont plutôt favorables à l’alliance avec LFI, glisse la jeune femme.

Jadot « n’a pas réussi à rassembler », analyse l’étudiante en Master 2 de philosophie qui, sans complètement apprécier la « personnalité » du leader Insoumis, dit ne pas comprendre « pourquoi on bloquerait une union qui ferait peut-être avancer les choses ».

« A un moment donné, il faut accepter un changement », tance Luna, lassée des querelles d’appareils, d’états-majors et « d’égos ». « On en a marre de voter pour des +losers+ qui font 3%, c’est déprimant… »


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background