Le président français Emmanuel Macron attendu sur l’Europe et l’Ukraine

Écrit par sur 25 avril 2022

PARIS: À peine réélu, le président français Emmanuel Macron est très attendu par ses partenaires européens pour continuer à renforcer l’Europe et la faire peser de tout son poids dans la crise en Ukraine.

Dès l’annonce de sa victoire, les capitales européennes ont salué « un signal fort », une « magnifique nouvelle » pour l’UE, soulignant « le besoin d’une Europe forte et solidaire » face aux défis qui s’accumulent, des bouleversements géopolitiques au changement climatique.

Des réactions enthousiastes qui cachaient mal également le soulagement de voir sa rivale d’extrême droite Marine Le Pen et son projet souverainiste, sinon anti-européen, recalés, avec 41,5% des suffrages contre 58,5% au président sortant.

« Une victoire importante pour la France, l’Europe, la démocratie! », a résumé le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis. Son homologue irlandais Michael Martin s’est félicité de son côté du »leadership dynamique et méthodique » du président réélu, au service de l’UE.

« Emmanuel Macron est d’autant plus attendu qu’il s’est fait plus discret durant la campagne sur ce leadership diplomatique européen et que d’autres n’ont pas pris le relais », résume Tara Varma, directrice du bureau de Paris du Conseil européen des relations internationales (ECFR).

Le chancelier allemand Olaf Scholz, critiqué de toutes parts pour sa réticence à se rallier à un embargo sur les importations de pétrole et gaz russes, n’a pas pu ou voulu saisir la balle au bond.

« Il n’imagine absolument pas qu’il peut incarner ce leadership, ce n’est pas sa manière de fonctionner du tout », considère Tara Varma.

« Légitimité renouvelée »  

Pour son homologue Éric Maurice de la Fondation Robert Schuman à Bruxelles, le chancelier fait de « la prudence un principe cardinal de son action », tout comme, avant lui, Angela Merkel.

« Emmanuel Macron devient de fait le partenaire dominant dans le couple franco-allemand. Il n’y a guère d’autres leaders européens en mesure de donner une impulsion. Il ne reste donc que lui, avec une légitimité renouvelée au niveau national qu’il va pouvoir utiliser au niveau européen », renchérit-il.

Outre-Manche, la tonalité est tout aussi enjouée même si Londres a pris ses distances avec le continent depuis le Brexit et si sa relation avec Paris n’est pas toujours des plus simples.

Affirmant que la France était l’un des alliés « les plus proches » du Royaume-Uni, le Premier ministre britannique Boris Johnson s’est dit « heureux de continuer à travailler » avec M. Macron.

« Au milieu de la pire crise sécuritaire en Europe depuis la Guerre froide, la victoire de Macron le place en position de dirigeant le plus expérimenté du continent, capable de voir à long terme », relève Peter Bracketts, ancien ambassadeur britannique à Paris et vice-président du Royal United Services Institute (RUSI), un centre de réflexion londonien.

« Il visera à façonner l’approche de l’UE dans la crise en Ukraine et agira comme le lien clé avec (Joe) Biden », le président américain, ajoute-t-il sur Twitter. Le locataire de la Maison Blanche s’est dit dès dimanche « impatient de poursuivre son étroite coopération » avec son homologue français sur l’Ukraine, la démocratie et le climat. Il a d’ailleurs annoncé lundi qu’il lui parlerait dans la journée.

« Reprendre la main »  

Beaucoup s’attendent désormais à une prochaine visite d’Emmanuel Macron à Kiev, voire à un déplacement conjoint avec le chancelier Scholz.

« Il est essentiel qu’il reprenne la main mais il faut qu’il la reprenne avec Scholz, l’Europe du sud, les Baltes, qu’il soit capable de créer cet esprit de cohésion national mais aussi européen », estime Tara Varma.

La France assure en outre la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne jusqu’en juin, ce qui lui offre une tribune supplémentaire sur les grands enjeux du continent.

Emmanuel Macron sera aussi attendu sur la politique d’élargissement à l’Est, y compris à l’Ukraine, la Moldavie et la Géorgie, à l’occasion de la conférence sur les Balkans prévue d’ici à la fin de la présidence française, ainsi que sur le soutien à l’Otan.

« Les Européens de l’est ont cette crainte permanente que la France ne se détourne de l’Alliance atlantique », même si elle vient de donner des gages en renforçant le pilier est de l’Otan en Roumanie, rappelle Tara Varma.

Le président français pourrait aussi présenter des initiatives pour faire face aux conséquences économiques de la crise en Ukraine.

« Du point de vue français, il y a besoin d’une nouvelle étape après le plan de relance post-Covid », en favorisant notamment les investissements liés à la transition énergétique, note Eric Maurice.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background