Les armes se taisent au Yémen et les factions s’en tiennent à la trêve négociée par l’ONU

Écrit par sur 3 avril 2022

RIYAD : Les combats ont pratiquement cessé dans les principaux champs de bataille du Yémen, les factions rivales s’en tenant à la trêve humanitaire négociée par l’ONU, ont déclaré samedi des responsables militaires locaux à Arab News.

L’envoyé spécial de l’ONU pour le Yémen, Hans Grundberg, a annoncé vendredi que les Houthis, soutenus par l’Iran, et le gouvernement reconnu par la communauté internationale avaient convenu d’une trêve de deux mois qui entrera en vigueur samedi, premier jour du ramadan.

Les parties ont accepté de mettre fin aux frappes terrestres, aériennes et transfrontalières, de permettre aux pétroliers d’entrer dans le port maritime de Hodeïda, d’autoriser les vols à destination et en provenance de l’aéroport de Sanaa et de lever le siège de Taiz.

Selon des responsables locaux, les combats et les tirs d’obus entre les troupes gouvernementales et les Houthis ont largement diminué dans la province centrale de Marib et à l’extérieur de la ville de Taiz, tandis que certaines sources indiquent que les Houthis continuent de rassembler des forces à Marib.

« Les combats ont cessé à Marib. Il y a un échange limité de tirs de mortier et de tirs nourris et l’ennemi déploie ses forces », a indiqué à Arab News un responsable militaire qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat, ajoutant que les troupes de l’armée et les membres des tribus alliées se préparaient à une éventuelle violation de la trêve par les Houthis.

Des milliers de combattants et de civils ont été tués depuis le début de l’année dernière dans la province de Marib, lorsque les Houthis ont repris une offensive majeure pour prendre le contrôle de la ville de Marib riche en pétrole, dernier bastion du gouvernement yéménite dans le nord du pays.

En dépit des attaques agressives de missiles et de drones et des attaques terrestres sur la ville, les Houthis n’ont pas réussi à prendre le contrôle de Marib et ont subi des milliers de pertes.

Les experts yéménites estiment que les Houthis, qui ont longtemps rejeté de nombreux appels similaires à la trêve, ont été contraints d’accepter le dernier cessez-le-feu négocié par l’ONU après avoir échoué à envahir Marib.

Dans la ville de Taiz, les principaux champs de bataille étaient calmes samedi, les Houthis et les troupes de l’armée ayant cessé les hostilités pour la première fois depuis des années, mais les habitants ont appelé la milice soutenue par l’Iran à lever immédiatement son emprise sur la ville.

Le colonel Abdel Basit al-Baher, un officier militaire, a déclaré à Arab News par téléphone que les forces gouvernementales s’en tenaient à la trêve et que les Houthis ont cessé leurs bombardements et leurs attaques contre la ville densément peuplée. « Il y a un calme relatif sur tous les fronts ici à Taiz», a précisé le colonel al-Baher.

Les Houthis assiègent Taiz, la troisième plus grande ville du Yémen, depuis plus de sept ans, après avoir échoué à s’emparer du centre-ville.

Ils ont positionné des forces à la périphérie de la ville, empêchant les gens de la quitter ou d’y entrer, et abattant ceux qui s’approchaient de leurs positions.

Le colonel Al-Baher a expliqué que le siège devait être levé, de concert avec la trêve, car il étouffe la ville et pousse des milliers de personnes au bord de la famine. « La trêve n’a aucun sens si le siège de Taiz n’est pas levé. Le siège est une forme de guerre », a-t-il souligné.

« Les Houthis ont bloqué les routes de Taiz avec de gros rochers et des sacs de sable et ont planté un très grand nombre de mines terrestres. » Ils visaient tous les êtres vivants, y compris les chats et les chiens, a-t-il ajouté.

 


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background