Comment empêcher Poutine d’exterminer Kiev avec ses bombes thermobariques?

Écrit par sur 2 mars 2022

La Russie a ouvert une petite fenêtre pour la négociation, l’Ukraine et ses partenaires occidentaux ont intérêt à s’y engouffrer. Le président russe, Vladimir Poutine, n’a pas été pris au sérieux quand il a annoncé son projet de mettre les pieds en Ukraine. On a vu ce qu’il a fait depuis. Ces colonnes kilométriques de blindés qu’on a vu faire mouvement vers la capitale ukrainienne, Kiev, n’y vont certainement pas pour festoyer avec le président Volodymyr Zelensky. Pas plus tard que ce mardi 1er mars, le ministre de la Défense russe a déclaré que l’armée continuera ses opérations “jusqu’à ce que les objectifs fixés soient atteints“, rapporte Paris Match. Et quand on sait avec quelles armes Poutine pourrait frapper, on est d’autant plus terrifié…

D’après les spécialistes, les forces russes qui campent aux abord de Kiev et Kharkiv disposent de bombes thermobariques. Ces redoutables engins ont la particularité de brûler l’oxygène et de faire flamber la température jusqu’à 3000°C, sans parler de l’onde de choc qui pulvérise tout sur son passage.

D’après les autorités ukrainiennes et plusieurs journaux, des blindés russes sont munis de lance-roquettes TOS-1A “Solntsepek” faits pour propulser sur plusieurs kilomètres ces roquettes, également dénommées “bombes à vide“, rapporte BFM TV. Chacun de ces engins contient un liquide ou une poudre qui prend feu dès qu’il est à l’air libre. Après la détonation, le produit se diffuse rapidement sur plusieurs centaines de mètres en consumant tout l’oxygène ambiant, même celui qui se trouve dans le corps humain. Vous imaginez les dégâts dans ces villes peuplées…

On l’appelle à tort l’arme du futur, puisque les troupes de Adolf Hitler l’ont déjà expérimentée dans des zones à forte densité lors de la seconde guerre mondiale. La Russie aussi en a fait usage en Afghanistan, en Tchétchénie ou en Syrie. Les Américains également s’en sont servis pour tenter de mater les Vietnamiens et dans les grottes en Afghanistan pour exterminer les Talibans.

L’ambassadrice d’Ukraine aux USA confirme que les Russes l’ont déjà balancée, “ce qui est interdit par la convention de Genève“…

Vladimir Fédorovski, ancien diplomate russe, est formel : “il faut prendre au sérieux” Poutine quand il brandit la menace de l’arme nucléaire, “il y a une possibilité, il ne reculera pas“. Il a sa propre “logique, et c’est une logique qui peut être dangereuse (…) C’est quelqu’un qui est psychorigide, qui ne recule pas“, a-t-il ajouté.

En attendant le président ukrainien tente ce mardi de convaincre l’Union européenne de lancer une procédure d’urgence pour accélérer l’adhésion de son pays. Dans tous les cas même si un tel dossier était ouvert, sa complexité inouïe le fera traîner durant des mois, au meilleur des cas. Ce n’est pas avec ça que Zelensky va sauver Kiev du carnage qui s’annonce…


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Radio Awledna

Rihet Bledna

En ce moment

Titre

Artiste

Background