La SNCFT, l’Office des céréales, la TAP… et demain l’effondrement des banques publiques?

Quand on agite le chiffon rouge du déficit budgétaire, ça n’imprime pas chez le citoyen lambda. Après tout tant que les salaires du secteur public sont payés et tant que le Tunisien peut se payer son café et sa chicha… Mais voilà, cette réalité commence à nous rattraper et devient palpable. On a nettement vu ces difficultés du Trésor public pour honorer les salaires à la SNCFT. L’agence de presse officielle tunisienne, la TAP, se débat également dans de grosses difficultés financières. Idem pour l’Office des céréales. A qui le tour demain ?

L’autre dégât collatéral majeur c’est que toutes ces structures publiques sont adossées à des banques publiques auxquelles elles doivent beaucoup de sous, beaucoup trop et qu’elles pourraient entraîner dans leur chute. Vous imaginez le tableau pour l’économie tunisienne. Je vous parle de l’affichage désastreux pour un pays qui désespère d’être oxygéné par son principal bailleur, le FMI et dont on dit déjà que son déficit pour 2022 pourrait frôler les 20 milliards de dinars…

Personne ne voudrait être à la place de la cheffe du gouvernement, Najla Bouden, en ce moment et il y a fort à parier qu’à la place des traditionnelles festivités de fin d’année ce sera pour elle une énorme migraine. Peu de personnalités ont eu le toupet de refuser la proposition d’occuper le palais de la Kasbah, ne serait-ce que pour les dorures des lieux, le prestige de la fonction mais aussi la place démesurée que ça occupe dans un CV. Chef de gouvernement, tout de même !  Même si après le 25 juillet 2021 c’est plus un faire-valoir du chef de l’Etat, Kais Saied, qu’autre chose…

En fait, puisque tout le monde sait que Bouden prend ses ordres chez le président de la République, c’est à lui qu’il faudra demander comment il compte faire pour renflouer toutes ces entreprises publiques ; comment compte-t-il faire pour trouver l’argent qui lui manque en 2021 et comment va-t-il prendre par les cornes le taureau : la Loi de finances 2022…

Laissez un commentaire